Alerte Témoin

Soupçons de fraude chez un négociant bourguignon : le PDG libéré sous contrôle judiciaire

Publié le 22/04/2016 - 10:30
Mis à jour le 16/04/2019 - 17:40

Le PDG de la maison de négoce bourguignonne Béjot, sur laquelle pèsent des soupçons de fraude, a été libéré jeudi en fin de journée et placé sous contrôle judiciaire, a-t-on appris de source proche du dossier.

Vincent Sauvestre avait été placé en garde à vue mercredi à l'issue d'une audition par les douanes judiciaires, un rendez-vous "souhaité par la Maison Béjot afin d'avoir accès à l'ensemble des éléments du dossier dans les plus brefs délais", avait précisé la veille un porte-parole du négociant.

La maison Béjot avait également annoncé que "des audits internes et externes" étaient en cours "afin de valider la qualité des procédures de travail et y apporter d'éventuels renforcements" et que "toutes les leçons seront énergiquement tirées de ces événements".

Dans le cadre d'une enquête après des soupçons de fraude, des perquisitions par les services douaniers avaient été menées fin mars au siège de la maison Béjot à Meursault (Côte-d'Or), tandis que le directeur technique de l'entreprise avait été placé en garde à vue, avant d'être remis en liberté. Le Bureau interprofessionnel des vins de Bourgogne, le BIVB, avait annoncé de son côté le 1er avril son intention de se porter partie civile dans ce dossier.

Fondée en 1891, la maison Béjot exploite 530 hectares de vignes en France, dont 260 en Bourgogne, et emploie 200 salariés.

(Source : AFP)
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

« Castaner assassin ! » : peine confirmée en appel pour Frédéric Vuillaume et son ex-compagne

Le leader du mouvement des Gilets jaunes à Besançon et son ex-compagne, ont été condamné en appel à la même peine "1.500 euros d'amende avec sursis" pour avoir outragé Christophe Castaner lors de sa venue à Besançon le 13 mars 2019.  Frédéric Vuillaume (FO) devrait se pourvoir en cassation.

Violences à Dijon : deux condamnations pour trafic de drogue

Deux personnes ont été condamnées ce vendredi 26 juin 2020 pour trafic de stupéfiants et douze autres étaient en cours de jugement, à la suite de l'enquête sur les violences survenues du 12 au 15 juin à Dijon, a indiqué le procureur de la République Eric Mathais.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     14.77
    couvert
    le 11/07 à 3h00
    Vent
    0.55 m/s
    Pression
    1022 hPa
    Humidité
    88 %

    Sondage