Statue de Victor Hugo : les deux étudiants condamnés à des travaux d'intérêt général

Publié le 17/02/2023 - 17:02
Mis à jour le 17/02/2023 - 17:36

Deux étudiants de 20 et 22 ans ont été condamnés vendredi à 140 heures de travaux d'intérêt général par le tribunal de Besançon pour la dégradation "raciste" d'une statue de Victor Hugo. Ils risquent trois mois d'emprisonnement en cas de non exécution de cette peine.

Le parquet avait requis 12 mois de prison avec sursis probatoire, des travaux d'intérêt général et une peine complémentaire d'inéligibilité de cinq ans contre les deux hommes, qui encouraient jusqu'à 10 ans de prison pour "dégradations graves, en réunion, au détriment d'un bien d'utilité public, et à finalité raciste".

"C'est une peine moins sévère que les réquisitions du ministère public qui démontre que le tribunal a réussi à juger cette affaire en s'éloignant un peu des passions qu'elle a suscitées pour s'en tenir réellement aux faits, aux personnalités de ces deux jeunes sans casier judiciaire", s'est félicitée l'avocate de l'un des deux hommes, Marjorie Weiermann.

Anne Vignot extrêmement déçue de cette décision

La maire écologiste de Besançon, Anne Vignot s'est dite "extrêmement déçue" par la décision du tribunal, insistant sur le caractère raciste de l'infraction. "Exprimer une idéologie aussi gravissime que celle-ci, c'est juste insoutenable", a-t-elle déclaré.

Fin novembre 2022, les deux étudiants en histoire, anciens membres du Rassemblement national, avaient recouvert de peinture blanche le visage d'une statue de Victor Hugo à Besançon, avant d'y apposer une pancarte portant la mention "White Power" ("pouvoir blanc") et une croix celtique. La statue, oeuvre de l'artiste sénégalais Ousmane Sow, était en cours de restauration et une polémique s'était développée sur la couleur, jugée trop sombre par certains, du visage de l'écrivain, bien que la restauration ne fut pas terminée. "À l'initiative des nationalistes locaux, la statue de Victor Hugo (...) a été restaurée et arbore désormais une belle couleur blanche, bien française, bien bisontine, bien XIXe siècle", annonçait peu de temps après un message de revendication, posté sur le site internet de l'association La Cocarde Etudiante.

Dommages et intérêts et privation d'éligibilité

La Maison des Potes, qui s'était portée partie civile, a regretté des sanctions inférieures aux réquisitions pour les deux étudiants. "On espère que ça va les inciter à rentrer dans le rang et à se retirer des organisations d'extrême-droite", a déclaré Samuel Thomas, un des responsables de l'association antiraciste. "On n'est pas sûrs qu'ils aient compris le message". 

Les deux étudiants risquent trois mois d'emprisonnement en cas de non exécution de leur peine aux travaux d'intérêt général. En outre, ces deux anciens membres du Rassemblement national, dont l'un avait tenté d'être candidat à la députation, ont été condamnés à deux ans de privation d'éligibilité.

Ils devront également verser des dommages et intérêts aux parties civiles : la ville de Besançon, l'association SOS Racisme et la Maison des Potes.

(avec AFP)

1 Commentaire

Il est vrai que ce Victor Hugo est un peu trop bronzé par apport au vrai, a moins qu'il n'ai fait des UV ou alors c'est les carottes..........
Publié le 17 fevrier 2023 à 20h28 par robert macarena • Membre

Un commentaire

Laisser un commentaire

Justice

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Éco-quartier : le tribunal administratif rejette le recours introduit par Les Jardins des Vaîtes

L’association demandait l’annulation de la décision par laquelle la présidente de Grand Besançon Métropole a refusé d’inscrire à l’ordre du jour du conseil communautaire l’abrogation partielle du plan local d’urbanisme de la commune de Besançon, a-t-on appris jeudi 11 avril 2024.

Maltraitance animale dénoncée par L214 : un employé d’abattoir condamné à du sursis dans l’Yonne

Un employé d'un élevage de porcs de l'Yonne a été condamné jeudi 11 avril 2024 à 1.000 euros d'amende avec sursis pour "mauvais traitement envers un animal" après la dénonciation par l'association L214 de "sévices" incluant l'agonie d'une truie assommée à coups de masse.

Daval : le procureur requiert la relaxe pour les faits de dénonciation calomnieuse

Lors du procès pour dénonciation calomnieuse de Jonathan Daval, qui purge actuellement une peine de prison de 25 ans de prison pour le meurtre de son épouse Alexia en 2017, à l’encontre de son ancienne belle-famille, le procureur de la république Étienne Manteaux a finalement requis la relaxe mercredi 10 avril 2024 au tribunal correctionnel de Besançon. 

Renforts pour la justice : combien de recrutements supplémentaires pour Besançon d’ici 2027 ?

Éric Dupond-Moretti, garde des Sceaux et ministre de la Justice, s’est rendu au tribunal judiciaire d’Annecy le 28 mars 2024 pour dévoiler la répartition des effectifs supplémentaires au sein de chaque cour d’appel et de chaque tribunal judiciaire. À Besançon, 21 effectifs supplémentaires sont prévus entre le tribunal judiciaire et la cour d'appel.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 4.23
nuageux
le 20/04 à 3h00
Vent
1.07 m/s
Pression
1019 hPa
Humidité
95 %