Statue de Victor Hugo : les deux étudiants condamnés à des travaux d'intérêt général

Publié le 17/02/2023 - 17:02
Mis à jour le 17/02/2023 - 17:36

Deux étudiants de 20 et 22 ans ont été condamnés vendredi à 140 heures de travaux d'intérêt général par le tribunal de Besançon pour la dégradation "raciste" d'une statue de Victor Hugo. Ils risquent trois mois d'emprisonnement en cas de non exécution de cette peine.

Le parquet avait requis 12 mois de prison avec sursis probatoire, des travaux d'intérêt général et une peine complémentaire d'inéligibilité de cinq ans contre les deux hommes, qui encouraient jusqu'à 10 ans de prison pour "dégradations graves, en réunion, au détriment d'un bien d'utilité public, et à finalité raciste".

"C'est une peine moins sévère que les réquisitions du ministère public qui démontre que le tribunal a réussi à juger cette affaire en s'éloignant un peu des passions qu'elle a suscitées pour s'en tenir réellement aux faits, aux personnalités de ces deux jeunes sans casier judiciaire", s'est félicitée l'avocate de l'un des deux hommes, Marjorie Weiermann.

Anne Vignot extrêmement déçue de cette décision

La maire écologiste de Besançon, Anne Vignot s'est dite "extrêmement déçue" par la décision du tribunal, insistant sur le caractère raciste de l'infraction. "Exprimer une idéologie aussi gravissime que celle-ci, c'est juste insoutenable", a-t-elle déclaré.

Fin novembre 2022, les deux étudiants en histoire, anciens membres du Rassemblement national, avaient recouvert de peinture blanche le visage d'une statue de Victor Hugo à Besançon, avant d'y apposer une pancarte portant la mention "White Power" ("pouvoir blanc") et une croix celtique. La statue, oeuvre de l'artiste sénégalais Ousmane Sow, était en cours de restauration et une polémique s'était développée sur la couleur, jugée trop sombre par certains, du visage de l'écrivain, bien que la restauration ne fut pas terminée. "À l'initiative des nationalistes locaux, la statue de Victor Hugo (...) a été restaurée et arbore désormais une belle couleur blanche, bien française, bien bisontine, bien XIXe siècle", annonçait peu de temps après un message de revendication, posté sur le site internet de l'association La Cocarde Etudiante.

Dommages et intérêts et privation d'éligibilité

La Maison des Potes, qui s'était portée partie civile, a regretté des sanctions inférieures aux réquisitions pour les deux étudiants. "On espère que ça va les inciter à rentrer dans le rang et à se retirer des organisations d'extrême-droite", a déclaré Samuel Thomas, un des responsables de l'association antiraciste. "On n'est pas sûrs qu'ils aient compris le message". 

Les deux étudiants risquent trois mois d'emprisonnement en cas de non exécution de leur peine aux travaux d'intérêt général. En outre, ces deux anciens membres du Rassemblement national, dont l'un avait tenté d'être candidat à la députation, ont été condamnés à deux ans de privation d'éligibilité.

Ils devront également verser des dommages et intérêts aux parties civiles : la ville de Besançon, l'association SOS Racisme et la Maison des Potes.

(avec AFP)

1 Commentaire

Il est vrai que ce Victor Hugo est un peu trop bronzé par apport au vrai, a moins qu'il n'ai fait des UV ou alors c'est les carottes..........
Publié le 17 fevrier à 20h28 par robert macarena • Membre

Un commentaire

Laisser un commentaire

Justice

Relation toxique et violente pendant 3 ans : une Bisontine témoigne après le procès de son ex-compagnon

Pendant 3 ans, Madame W*, 40 ans, a vécu sous l’emprise d’un homme : violences physiques et morales, vols, harcèlement, mensonges, jalousie… Jusqu’au jour où elle décide de dire stop et de séparer de lui. En prenant du recul, elle se rend compte de l’ampleur des dégâts en elle et sa fille. Elle porte plainte en 2019 avec un dossier ”gros comme ça”. La décision de justice est tombée le 24 février 2023.

Retraites : le préfet réagit sur les récents débordements des dernières manifestations

Dans un communiqué, le préfet du Doubs Jean-François Colombet a réaffirmé son soutien aux forces de police pour « rétablir l’ordre public républicain dans le centre-ville de Besançon » suite aux derniers débordements survenus lors des manifestations non déclarées des 20 et 21 mars 2023 contre la réforme des retraites.

Le Dr Péchier mis en examen pour 2 nouveaux cas d’empoisonnement et non 7

L'anesthésiste Frédéric Péchier, qui ne cesse de clamer son innocence, a été mis en examen mercredi 8 mars 2023 à Besançon pour deux nouveaux empoisonnements présumés de patients et se trouve désormais soupçonné de 26 cas au total, a annoncé le procureur de la République, rectifiant les propos de l'avocat de la défense.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 4.19
légères chutes de neige
le 27/03 à 9h00
Vent
3.94 m/s
Pression
1021 hPa
Humidité
83 %