Suisse : un voleur de plumes d'oiseaux devant la justice

Publié le 02/07/2017 - 15:15
Mis à jour le 02/07/2017 - 18:06

Pendant plus de sept ans, il a plumé buses, aigles noirs, ou encore faucons gerfaut dans des musées d'Europe, jusqu'à rassembler une collection de 10.500 plumes. Accusé d'avoir causé un préjucide de 5,4 millions d'euros, ce Suisse va être jugé ce mardi 4 juillet à Bâle. Verdict attendu mercredi.

PUBLICITÉ

Ce passionné de rapaces, âgé de 45 ans, comparaîtra devant le Tribunal pénal du canton de Bâle-Ville, selon l'agence de presse ATS. L'homme, dont l'identité n'a pas été révélée, est accusé d'avoir volé dans différents musées d'Europe, notamment en Suisse, Allemagne et Autriche pour augmenter la valeur de sa collection.

L'homme visitait des collections ornithologiques en pretextant une démarche scientifique et en profitait pour dérober les plumes. "Des objets très rares et précieux, d'une valeur scientifique inestimable", ont ainsi été dérobés, selon l'acte d'accusation. Parmi eux figurent des plumes et des ailes de buse ou de milan royal, ainsi des plumes appartenant à des espèces exotiques, telles que l'aigle de Nouvelle-Guinée, le faucon gerfaut, l'aigle noir, la harpie ou encore le grand-duc des Usambara.

Au total, l'homme a plumé 127 espèces en 7 ans et demi, d'une valeur de 427.000 francs suisses. Cela représente 458 "objets" et quelque 10.500 plumes. Le montant des dommages causés aux musées, en raison notamment de la perte de la valeur de leurs collections, s'élève à plus de 6 millions de francs suisses (5,4 millions d'euros), estime le Ministère public.

  • Le premier vol dont le Ministère public peut tenir compte remonte à 2005. Les vols commis auparavant sont prescrits. La liste va jusqu'en 2012, lorsqu'il a volé le Musée d'histoire naturelle de Neuchâtel. Entretemps, le voleur s'est rendu à Francfort, Stuttgart, Vienne, Munich et Berlin.

 Sur le banc des accusés figure également son complice, un Suisse âgé de 44 ans, qui doit répondre de recel, de vol et de dégâts matériels. Le procès débute mardi et le verdict devrait tomber mercredi. 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS • Les investigations concernant l'assassinat fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, dont le corps n'a jamais été retrouvé, sont terminées et la France demande l'extradition du suspect chilien Nicolas Zepeda Contreras, a indiqué jeudi 10 octobre 2019 le procureur de Besançon Etienne Manteaux, qui dévoile les détails de l'enquête (voir vidéos ci-dessous).

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

Après le jugement du tribunal administratif de Besançon d'annulation de dérogation "espèces protégées" de la carrière de Semondans, la préfecture du Doubs met en demeure la SAS Maillard de régulariser sa situation administrative en cessant l'activité irrégulière ou déposant un dossier de demande d'autorisation environnementale. En attendant, le fonctionnement de la carrière est suspendu.

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Le parquet de Besançon a finalisé une demande d'extradition du Chilien Nicolas Zepeda Contreras, principal suspect dans la disparition fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, qui sera transmise aux autorités chiliennes dans les prochains jours, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Un aide-soignant, écroué en juin pour agressions sexuelles et harcèlement sexuel sur quatre personnes dans un Ehpad de Haute-Saône, est suspecté d'avoir commis des faits similaires sur neuf autres victimes dans plusieurs établissements de la région, a indiqué ce jeudi 3 octobre 2019 le parquet.

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon a annulé vendredi le prénom "Jihad" donné il y a presque un an par une mère à son nouveau-né, et que la justice considère comme ayant une "acception péjorative", a-t-on appris vendredi 27 septembre 2019 auprès du parquet.

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

La Cour de cassation a rejeté ce mercredi 18 septembre 2019 le pourvoi formé par le parquet général contre le maintien en liberté du Dr Frédéric Péchier, anesthésiste de Besançon soupçonné de dizaines d'empoisonnements, qui reste donc libre, a-t-on appris de source proche du dossier et auprès de son avocat.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 11.22
nuageux
le 22/10 à 21h00
Vent
2.25 m/s
Pression
1020 hPa
Humidité
94 %

Sondage