Un an de prison avec sursis pour agression sexuelle au travail à Besançon

Publié le 31/07/2019 - 11:11
Mis à jour le 31/07/2019 - 14:21

L’individu a été jugé le 12 juillet 2019 au tribunal de Besançon pour agression sexuelle sur personne majeure et mineure de plus de 15 ans.

Palais de justice Besançon © D poirier
Palais de justice Besançon © D poirier

Agression sur le lieu de travail

Les agressions se sont déroulées sur le lieu de travail, dans un restaurant de Besançon du centre-ville. Jeanne (le prénom a été changé) a "difficilement" parlé au tribunal. "Elle a pleuré à la barre, tandis que l'autre jeune fille n'a pas réussi à s'exprimer" a explique son avocate Me Tascher. "Suite à cette agression, elle a des difficultés à retrouver du travail, car elle a peur de se confronter à nouveau devant un employeur".

Les faits remontent à la fin de l'année dernière, entre le mois de septembre et le mois d'octobre 2018. Selon le témoignage de la jeune femme, son directeur-employé a "eu des gestes déplacés" envers elle alors qu'elle était apprentie. "Il m'a passé sa main sous mon T-shirt. J'étais faible, de Planoise et j'avais peur que l'on ne me croit pas, qu'on croit que je veuille attirer l'attention sur moi". Elle garde alors le silence pendant près de cinq mois : "Juste après qu'il ait eu des gestes déplacés, j'ai même croisé deux agents de police. J'étais en pleurs, je regrette de ne pas m'être arrêtée à ce moment-là pour leur parler. Je n'ai pas eu la force d'en parler avant. Aujourd'hui, si je le fais, c'est pour que les filles qui étaient avant moi et qui ont sûrement vécu les mêmes choses puissent parler". 

Un an de prison avec sursis

"Un rapport a été rendu par un expert", précise Me Tascher. "Ce dernier mentionne que Monsieur ne présente pas de dangerosité et que les soins n'étaient pas nécessaires", indique-t-elle en poursuivant : "le prévenu justifiait son comportement, lors de l'audience par le fait que sa conjointe était enceinte et qu'il n'avait plus aucun désir sexuel pour elle. Il s'est alors trouvé en manque d'affection et c'est pour cela qu'il a commis les faits".

Le parquet de Besançon avait requis huit mois avec mise à l'épreuve, interdiction de rentrer en contact avec les victimes et une indemnisation. Il a été reconnu coupable des faits qui lui ont été reprochés. Il écopera finalement d'un an de prison avec "sursis simple", sans autres obligations ni d'inscription au fichier des délinquants sexuels.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Tag de “L’Origine du monde” de Gustave Courbet : l’organisatrice de l’action mise en examen…

La performeuse franco-luxembourgeoise Deborah de Robertis, qui avait revendiqué être à l’origine d’une action début mai au Centre Pompidou-Metz où cinq œuvres, dont le tableau "L’origine du monde" de Courbet, ont été taguées et une autre dérobée, a été mise en examen, a-t-on appris lundi 3 juin 2024 auprès du parquet de Metz.

Éclatements de pneus Goodyear : de nombreuses données informatiques saisies lors des perquisitions

"De nombreuses données informatiques" ont été saisies lors de perquisitions menées chez le géant américain du pneumatique Goodyear, "qui vont pouvoir être exploitées par les enquêteurs", a déclaré jeudi 16 mai 2024 le procureur de la République de Besançon, après l'éclatement de pneus de camions à l'origine d'accidents mortels.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 14.62
ciel dégagé
le 25/06 à 3h00
Vent
2.26 m/s
Pression
1012 hPa
Humidité
93 %