Un chef bourguignon renonce à contrecoeur à son étoile Michelin

Publié le 21/11/2017 - 17:29
Mis à jour le 21/11/2017 - 17:32

Le chef bourguignon Jérôme Brochot, dont le restaurant Le France à Montceau-les-Mines (Saône-et-Loire) est distingué par le guide Michelin depuis 2005, a décidé à contrecoeur de renoncer à son étoile en raison de la situation économique "catastrophique" de la ville.

134291_10152255901150109_563039627_o.jpg
Le France à Montceau-les-Mines - Facebook
PUBLICITÉ

« La situation économique de l’ancien bassin minier sur lequel je suis installé est catastrophique », regrette M. Brochot dans un courrier adressé vendredi au directeur du célèbre guide rouge et transmis mardi à l’AFP. « Ce que je fais aujourd’hui, je ne le fais pas de gaité de coeur mais parce que je suis obligé de le faire. J’espère simplement que vous ne m’en tiendrez pas rigueur », poursuit la lettre du cuisinier, révélée par le Journal de
Saône-et-Loire.

Depuis l’ouverture du restaurant en 1999, la clientèle d’affaires s’est réduite, selon le restaurateur, qui pointe les difficultés des entreprises dans une région qui poursuit sa reconversion industrielle 25 ans après la fermeture des mines.

« Ce n’est pas la pression du Michelin »

« Je perds de l’argent, j’ai la pression des banques. C’est ça qui me fait mal, ce n’est pas la pression du Michelin. Au contraire, je suis passionné des produits et du terroir », a expliqué M. Brochot à l’AFP.

Le chef, en rendant son étoile, espère attirer une clientèle plus nombreuse en baissant ses tarifs et sauver les huit emplois du restaurant. « Avec une cuisine moins sophistiquée mais toujours avec des bons produits », qui pourrait peut-être valoir « un bibendum rouge l’an prochain » de la part du guide Michelin, pour le rapport qualité-prix, estime le restaurateur.

Infos +

Jérôme Brochot compte aussi sur un deuxième restaurant qu’il a ouvert à Dijon, l’Impressioniste, où « les affaires marchent bien » et où il n’exclut pas « de reconquérir un jour cette étoile ».

(Source : AFP)
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Pas de vacances pour le chantier du pôle Viotte

Pas de vacances pour le chantier du pôle Viotte

Le pôle tertiaire Viotte à Besançon prend toute son ampleur durant cet été 2019 sur le secteur Sud de l'éco quartier. Les bâtiments A1 à A 5 qui accueilleront 800 agents des services de l'État ont pris de la hauteur le long des voies ferrées et le bâtiment B de la région (200 agents) est en cours d'élévation en parallèle de la rue de la Viotte. À mi-parcours, visite du chantier avec Bernard Bletton, directeur général de la Sédia Bourgogne Franche-Comté et de Territoire 25.

GE Belfort : intersyndicale et élus vont mettre en demeure le gouvernement

GE Belfort : intersyndicale et élus vont mettre en demeure le gouvernement

L'intersyndicale de General Electric (GE) à Belfort et des élus ont annoncé ce mardi 9 juillet 2019 leur intention de mettre en demeure le gouvernement pour exiger que l'industriel américain respecte les engagements pris au moment du rachat du pôle énergie d'Alstom en 2014 et suspende son plan de suppression d'un millier d'emplois.

Région : « On aide du petit hôtel en zone rurale à l’installation d’un jeune agriculteur » (P. Ayache)

Région : « On aide du petit hôtel en zone rurale à l’installation d’un jeune agriculteur » (P. Ayache)

Marie Guite-Dufay, la présidente de la région Bourgogne-Franche-Comté, a réuni la commission permanente le 5 juillet 2019. Les élus régionaux ont ainsi examiné ce vendredi 114 rapports pour un montant de 17,7 millions d'euros attribués sur le département du Doubs (86 millions sur six mois)...

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 25.99
ciel dégagé
le 16/07 à 12h00
Vent
1.7 m/s
Pression
1016.58 hPa
Humidité
41 %

Sondage