Un instituteur accusé de pédophilie blanchi après cinq ans en Bourgogne

Publié le 14/07/2021 - 18:16
Mis à jour le 14/07/2021 - 13:32

Un instituteur, un temps suspecté d'avoir violé une fillette de quatre ans, a été blanchi par la justice dans le cadre d'un non-lieu général près de cinq ans après les faits, a-t-on appris mercredi 14 juillet 2021 auprès du parquet de Dijon.

 © Alexane Alfaro
© Alexane Alfaro

"J'ai traversé cinq années d'enfer, pour rien", a souligné l'enseignant, cité par le quotidien régional Le Bien Public.

En novembre 2016, la fillette avait raconté avoir été victime d'attouchements et avait désigné ce professeur des écoles qui commençait un remplacement dans son école maternelle, située à Genlis (Côte-d'Or).

L'homme, marié et père de famille, avait alors été écroué pendant cinq mois. En mars, 2017, la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Dijon avait levé sa mise en examen et l'avait placé sous statut de témoin assisté.

L'oncle, le grand père et le père de l'enfant en garde à vue

Les analyses ADN avaient mis en évidence qu'une infime tache de sperme retrouvée dans la culotte de la petite victime appartenait à un membre de la lignée paternelle. L'oncle, le grand père et le père de l'enfant avaient alors tous été placés un temps en garde à vue.

Mais la possibilité d'un transfert d'ADN sur le vêtement dans la panière de linge sale n'a jamais pu être exclue par les experts.

"C'est très clairement un échec de l'enquête et de l'instruction"

L'ordonnance de non-lieu général prise par la juge d'instruction, tant envers l'instituteur que les parents de la fillette, est conforme aux réquisitions du parquet.

"C'est très clairement un échec de l'enquête et de l'instruction, malgré des moyens conséquents mis en oeuvre pour aboutir", a admis le procureur Eric Mathais, cité par le quotidien.

L'affaire pourrait toutefois ne pas en rester là, une association de protection de l'enfance, qui s'était portée partie civile, ayant manifesté son intention de faire appel.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Meurtre de « l’inconnue du Frasnois » : un ancien travailleur frontalier condamné à 30 ans de réclusion en appel

Alexandre Verdure, un ancien travailleur frontalier, a été condamné ce vendredi 24 septembre 2021 par la cour d'assises d'appel du Jura à 30 ans de réclusion criminelle, une peine plus lourde qu'en première instance, pour le meurtre sauvage d'une jeune prostituée roumaine en 2016 en Suisse.

Accusé d’empoisonnement, l’ex-beau-père de l’athlète Ophélie Claude-Boxberger relaxé

L'ex-beau-père et assistant de l'athlète Ophélie Claude-Boxberger, qu'elle accusait d'empoisonnement, a été relaxé ce jeudi 23 septembre 2021 par le tribunal de Montbéliard (Doubs), et la spécialiste de demi-fond condamnée à lui verser 2.500 euros de dommages et intérêts, a-t-on appris auprès des avocats des deux parties.

Meurtre d'une prostituée roumaine au Frasnois : le travailleur frontalier clame toujours son innocence

Verdict attendu vendredi • L'ombre du violent réseau de proxénétisme roumain qui exploitait Mihaela Miloiu, retrouvée morte, le visage méconnaissable, dans une forêt jurassienne en 2016, a plané mercredi sur les assises du Jura, au premier jour du procès en appel du travailleur frontalier accusé de l'avoir tuée.

Incendie à la fourrière municipale en 2019 : 7 personnes mises en examen dont une toujours en fuite

Le procureur de la République de Besançon Etienne Manteaux a convié la presse ce mardi 14 septembre afin de faire le point sur l'affaire de l'incendie volontaire commis au préjudice de la fourrière municipale de Besançon le 31 décembre 2019. Il a annoncé que l'enquête était close et qu'il avait requis le renvoi devant la justice de sept suspects.

Ambulancier poignardé à Besançon : les premiers résultats de l’enquête

Le procureur de la République de Besançon est revenu ce lundi 30 août 2021 sur l'homicide de Moussa Dieng, poignardé samedi matin par un homme de 40 ans connu pour des troubles psychiatriques. Une information judiciaire a été ouverte lundi pour "homicide volontaire" et "tentative d'homicide". Le procureur a requis la mise en examen du suspect, qui doit être prononcée dans un délai de 10 jours.

Meurtre à Plancher-Bas : trois hommes en garde à vue

Mise à jour • Trois hommes ont été placés en garde à vue jeudi après la découverte, mercredi soir en Haute-Saône, du corps d'un jeune homme de 19 ans atteint de multiples coups de couteau, a annoncé le parquet de Vesoul. Il s'agit du compagnon de la victime, un homme de 33 ans domicilié dans le Doubs et qui a donné l'alerte après le meurtre, et deux autres hommes de la région, âgés de 18 et 23 ans.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 18.12
légère pluie
le 26/09 à 18h00
Vent
1.6 m/s
Pression
1018 hPa
Humidité
97 %

Sondage