Entre 400 et 700 manifestants masqués dans les rues de Besançon

Publié le 08/11/2020 - 09:00
Mis à jour le 08/11/2020 - 09:23

mise à jour •

"Du fric pour l'hôpital, pas pour le capital", "le masque, c'est sur la bouche et le nez, pas sur les yeux.." : militants, fonctionnaires et quelques soignants sont partis de la place de la Révolution ce samedi 7 novembre pour rejoindre la préfecture du Doubs.Entre 400 et 700 personnes, selon la police et les organisateurs, ont réclamé plus de moyens pour l'hôpital public afin de faire face à la deuxième vague de Covid-19 qui frappe la région Bourgogne-Franche-Comté.

La manifestation à l’appel de Solidaires, CGT, FSU, NPA, Ensemble !, LO, PG, FI, Solmiré, CDDLE,CNL,AC ! Alternatiba, ANV-Cop21 a été autorisée par la préfecture du Doubs. Frédéric Vuillaume était également présent accompagné de plusieurs dizaines de Gilets Jaunes.

Suppressions de lits dans les hôpitaux, mesures de confinement contraignant les libertés. Les personnes rassemblées ont dénoncé "neuf mois d'inaction" du gouvernement et un "Ségur de la santé" stérile avec le mythe des 12.500 créations de lit annoncées par Olivier Véran.

"On ne nie pas que le Covid est là et, malheureusement, tue des personnes, mais ça fait neuf mois que ça dure et ça fait neuf mois que ce gouvernement
est incapable de faire quoi que ce soit pour l'hôpital", a déclaré Julien Juif, secrétaire de Solidaires dans le Doubs, alors que la région Bourgogne-Franche-Comté est actuellement l'une des plus touchées par la deuxième vague de coronavirus.

"Le Ségur de la Santé n'a répondu en rien aux principales revendications des personnels hospitaliers pour des soins de qualité : des postes et des lits"

"L'hôpital avant le Covid, ça ne fonctionnait pas (...) Alors, c'est sûr qu'avec qu'une maladie qui sature les hôpitaux, ça fonctionne encore moins bien", a pointé M. Juif. Il a également dénoncé "le côté liberticide (...) des attestations", nécessaires "pour aller au travail ou faire nos courses". "Ce discours, on ne le supporte plus", a-t-il encore déclaré, évoquant la possible tenue d'une nouvelle manifestation prochainement.

"Assez de confinement plus de soignants, moins d'actionnaires !"

Manifestation contre la "marchandisation" de la santé

Les manifestants ont commencé à se réunir vers 14h. Après une heure de discours, le cortège est parti peu avant 15h de la place de la révolution pour rejoindre la préfecture par la Grande rue et Granvelle. Un parcours court, mais de nombreux manifestants. Ils étaient entre 650 et 700 manifestants selon les syndicats, 400 selon les autorités. Le cortège est arrivé vers 15h20 avant de se disloquer relativement rapidement vers 16h.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Covid-19 : Quels sont les restaurants ouverts en livraison et en drive à Besançon et dans le Grand Besançon ?

Alors que les restaurants ne peuvent pas encore rouvrir au public et avec les restrictions relatives au couvre-feu à 19 heures, maCommune.info vous propose une liste régulièrement mise à jour des restaurants poursuivant leur activité à emporter ou en livraison à Besançon et dans le Grand Besançon...

Écoles, terrasses, musées : Macron maintient son calendrier de réouverture

Emmanuel Macron a indiqué, jeudi 15 avril au soir, à une quinzaine de maires, qu'il comptait toujours rouvrir les musées et les terrasses à partir de la mi-mai, avant de poursuivre une réouverture progressive, par étapes "toutes les trois semaines si tout va bien", selon plusieurs participants à cette visioconférence. Des réouvertures territorialisées pourraient-être envisagées.

Covid-19 : la France a dépassé le seuil des 100.000 morts

300 personnes sont mortes du Covid-19 en France ce jeudi. Le pays rejoint la Grande-Bretagne et l'Italie, qui ont dépassé ce cap depuis plusieurs semaines. Dans la région, 4.438 décès ont été enregistrés depuis le 20 mars 2020. En moyenne, sur les sept derniers jours, 15 personnes meurent chaque jour de la Covid-19 en Bourgogne-Franche-Comté.

La troisième vague « n’est pas derrière nous », la situation se dégrade en Franche-Comté

La troisième vague de l'épidémie de Covid-19 "n'est pas derrière nous" et le "pic des hospitalisations n'est pas atteint" malgré des "signaux encourageants", a rapporté mercredi  Gabriel Attal. Le porte parole du gouvernement parle d'une  "évolution qui paraît plus dégradée" dans les départements de l'Est de la région : Haute-Saône,  Doubs,  Territoire de Belfort et Jura.

Variant brésilien : quelle est la situation en Bourgogne-Franche-Comté ?

Comprendre • La présence des variants Sud-Africain et Brésilien n'explose pas en Bourgogne-Franche-Comté et serait même en diminution depuis un mois avec d'importantes disparités selon les départements. C'est dans le Doubs que l'on dénombre le plus de cas (7,2%) devant la Haute-Saône et la Saône-et-Loire. Rien à voir toutefois avec la Moselle fin février où le variant brésilien était responsable de la moitié des cas de contamination. On vous dit tout ce que l'on sait sur ce variant.

Social

Mineurs isolés à la rue : une association réquisitionne un logement de l’État à Besançon

Suite à l'absence de réponse à la demande d'aide à l'État, au Département du Doubs et à la municipalité de Besançon pour héberger des jeunes mineurs isolés à la rue, l'association Solmiré (Solidarité, Migrants Réfugiés) a décidé d'investir un logement bisontin appartenant à l'État depuis début avril 2021.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 7.98
nuageux
le 19/04 à 21h00
Vent
0.66 m/s
Pression
1018 hPa
Humidité
35 %

Sondage