Vacances de Noël : le taux de remplissage a atteint les 90 % à Métabief

Publié le 05/01/2021 - 18:40
Mis à jour le 05/01/2021 - 17:14

Les touristes ont été au rendez-vous à Métabief lors des fêtes de fin d’année. Le village a affiché un taux de remplissage à 90 % (pourcentage des chambres occupées par rapport au nombre total de chambres disponibles) alors que les remontées mécaniques étaient fermées. Gaël Marandin, maire de Métabief, nous en parle…

© Helene Loget ©
© Helene Loget ©

Même si l'affluence des touristes était au rendez-vous dans le Haut-Doubs, l'année 2020 laisse un goût amer au maire de Métabief. En plus des remontées mécaniques, les bars et les restaurants étaient également fermés. Gaël Marandin dit "se plier aux décisions" du gouvernement tout en trouvant cela "bien triste" et parfois "injuste". 

maCommune.info : Dans quel état d'esprit êtes-vous après cette fin d'année particulière notamment suite aux fortes chutes de neige et aux remontées mécaniques fermées ?

Gaël Marandin : "Il y a eu une bonne ambiance à Métabief avec l'affluence des touristes mais, il y a bien sûr un côté triste. Les restaurants sont fermés, il n'y a pas de convivialité. Même s'il y a eu du vin chaud en extérieur, les gens étaient debout, ce n'est pas comme d'habitude. Après nous sommes prêts pour la réouverture des remontées, nous avons pu fabriquer de la neige de culture avec la neige tombée à foison. 

Concernant les directives sanitaires, elles sont claires et en tant qu'homme responsable, je me plie aux exigences de l'Etat. Je comprends, mais c'est injuste, car je pense que les conditions d'ouverture pouvaient se faire. Des choses avaient été travaillées comme un centre de dépistage local pour les touristes et le personnel sur place. Toutes les distanciations au niveau des remontées mécaniques avaient été prévues". 

mC : Métabief était noir de monde pendant les vacances scolaires. Qu'elle a été la fréquentation ?

Gaël Marandin : "Il y a eu jusqu'à 300 personnes sur le front de neige. L'indicateur est le parking qui précède les pistes. Il était plein tous les jours. En fait, le village Métabief était dans le même esprit que cet été, très fréquenté. Je tiens à préciser qu'à aucun moment il n'y a eu de problème de distanciation contrairement à ce que j'ai pu voir à Pontarlier au centre-ville dans certains magasins.

Pour ce qui est de la fréquentation, le taux a été en moyenne de 75, et même 90 % à Métabief. Les joies de la neige ont contribué notamment avec la luge, les raquettes, les balades nordiques... Nous avions estimé la fréquentation à 50 %, mais il y a eu de nombreuses réservations de dernières minutes". 

mC : Quel est le ressenti des habitants de Métabief sur cet hiver particulier ?

Gaël Marandin : "Les locaux sont habitués au flux touristique. Cela fait partie de la vie du village. Ne pas avoir de touristes serait un crève coeur. Mais même cette année, ils ont continué à venir et il y avait une bonne ambiance."

mC : La date du 7 janvier avait été donnée pour la réouverture des remontées mécaniques. Ce mardi, les stations de montagne déplorent le "mutisme" du gouvernement. Comment voyez-vous les choses ?

Gaël Marandin : "Nous n'avons pas eu d'informations. C'est incroyable. Ce silence est pesant. On se prépare à ne pas rouvrir, mais nous espérons que cela puisse se faire pour les prochaines vacances scolaires. En plus des remontées mécaniques, il y a aussi les restaurateurs, les professionnels du secteur. Ils font jusqu'à 70 % de leur chiffre d'affaire sur cette période pour certains.

Lors du premier confinement, la saison touchait à sa fin donc nous étions sur une phase descendante. L'été a ensuite été beau beau fixe et l'automne a amené des inquiétudes. On peut désormais s'attendre à ce que des restaurants ne se relèvent pas malgré les aides. 

J'espère que cette nouvelle année sera meilleure pour qu'on puisse tourner la vite la page". 

Soyez le premier à commenter...

Un commentaire

Laisser un commentaire

Economie

Le stade Léo Lagrange bientôt équipé de 800 m2 de panneaux photovoltaïques

Le chiffre n’est pas négligeable. Si l’installation des panneaux photovoltaïques a un coût : 300.000 euros, elle permettra, à terme, d’économiser entre 30 à 35.000 euros par an, a précisé Anne Vignot, la maire de Besançon. Le projet sera soumis au vote des élus lors du Conseil municipal du 20 juin 2024.

La Région Bourgogne Franche-Comté lance une opération séduction pour attirer de nouveaux habitants

En ce premier semestre 2024, la Région Bourgogne-Franche-Comté préfigure une initiative inédite pour renforcer son attractivité résidentielle. Cette opération sans précédent vise concrètement à recruter dès le mois de septembre 2024 de futurs habitants. Prévu sur une première période de trois années, ce programme repose sur une dynamique collaborative initiée par la Région et de nombreux acteurs du territoire, et s’inscrit dans le cadre de la stratégie d’attractivité globale initiée depuis 2017.

“Chambre d’hôtes référence” : six hôtes du Doubs récompensés

Le 4 juin 2024, certaines chambres d’hôtes du département du Doubs se sont vu remettre la qualification "Chambre d’hôtes référence". Cette action nationale a été déployée depuis 2023 par Doubs Tourisme dans le département permettant à l’époque de qualifier deux premières chambres d’hôtes.

Le sport au service de l’emploi pour recruter autrement à Montbéliard

Après le succès des précédentes éditions qui se sont déroulées sur plusieurs villes de la région, le Comité Olympique Paris 2024, l'Agence Nationale du Sport, la Fédération Française d’Athlétisme et France Travail, ont proposé l’opération "Du stade vers l’emploi" (DSVE) dans sa version "Athlétisme" ce jeudi 13 juin 2024 à Montbéliard. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 16.15
légère pluie
le 21/06 à 6h00
Vent
1.61 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
95 %