Vesoul: 5 ans de prison dont 4 avec sursis pour le meurtre d'un délinquant

Publié le 08/04/2011 - 19:02
Mis à jour le 08/04/2011 - 19:02

Un électricien jugé pour le meurtre d'un délinquant en 2008 près de Vesoul, a été condamné à cinq ans de prison dont quatre avec sursis, par la cour d'assises de la Haute-Saône au terme d'un procès pendant lequel tout un village a soutenu le meurtrier.

PUBLICITÉ
Charles Beau, père de famille de 38 ans, a été reconnu coupable de violences volontaires avec arme ayant entraîné la mort sans intention de la donner. Dans la nuit du 13 au 14 juillet, il avait poignardé mortellement Frédéric Badet, connu pour ses multiples délits et infractions mineures dans le village de Vezet.

La victime, un homme de 35 ans déficient mental, handicapé à 80%, était issue d’une famille de gens du voyage sédentarisée. Il avait été surpris à la sortie d’une cabane qu’il aurait cambriolée.

Les jurés ont disqualifié l’accusation initiale d’homicide volontaire, comme demandé par la défense et le ministère public qui avait requis six à huit ans de réclusion criminelle.
L’accusé reconnaît les faits et affirme ne "pas avoir eu l’intention de tuer", même s’il a porté délibérément deux coups de couteau alors que sa victime "cherchait à fuir", avait estimé l’avocate générale Nathalie Perrin.
"A aucun moment mon client ne s’est autoproclamé justicier de Vezet ayant décidé de débarrasser le village de Frédéric Badet", a plaidé l’avocat de l’accusé, Me Jérôme Pichoff. Il a rappelé que "la loi prévoit qu’en cas de délit flagrant toute personne a qualité pour interpeller l’individu auteur de l’infraction".
Les jurés ont également pris en compte la personnalité de Charles Beau décrit comme un "bon père de famille, travailleur, non violent et sans histoires".
"Je suis très déçue du verdict, j’ai perdu un fils, on ne le reverra jamais. M. Beau, au moins, pourra revoir sa fille", a déclaré à l’issue du procès Jacqueline Badet, la mère de la victime.
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Jonathann Daval a admis qu’il avait « procédé à la crémation partielle du corps » d’Alexia

Jonathann Daval a admis qu’il avait « procédé à la crémation partielle du corps » d’Alexia

Lundi 17 juin 2019, Jonathann Daval a livré des aveux complets lors d'une reconstitution qui s'est déroulée pendant sept  heures à Gray en Haute-Saône, reconnaissant avoir lui-même "procédé à la crémation du corps" de sa femme Alexia et lui avoir porté des coups violents, a déclaré le procureur de Besançon Etienne Manteaux.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 15.53
nuageux
le 18/06 à 21h00
Vent
2.17 m/s
Pression
1013.19 hPa
Humidité
76 %

Sondage