Vigneron poursuivi à Dijon : "il faut traiter là où c'est nécessaire"

Publié le 24/02/2014 - 13:47
Mis à jour le 24/02/2014 - 13:47

Le vigneron, poursuivi lundi 24 février devant le tribunal de Dijon pour avoir refusé de traiter ses ceps contre la flavescence dorée, a expliqué avant l'audience qu'il n'était pas contre tout traitement, mais seulement en cas de nécessité. "Je n'ai jamais dit qu'il ne fallait pas traiter, mais il faut traiter là où c'est nécessaire", a déclaré Emmanuel Giboulot à l'AFP lundi avant l'audience, soulignant qu'en Côte-d'Or il n'y a pas encore de maladie avérée, selon lui.

vigne_pasteur_030.jpg
©

"Est-ce qu'on va donner de la chimiothérapie à quelqu'un, en prévention d'un éventuel futur cancer ?", alors que les traitements insecticides "ne sont pas neutres", a-t-il demandé à titre d'exemple. Alors que ses collègues bio ne le soutiennent pas tous, il estime qu'ils "ont eu peur de l'arrêté préfectoral, qui a interdit le débat sur l'utilisation des pesticides".

Pris en juin 2013 après la découverte de foyers de flavescence dorée près de Beaune, cet arrêté a imposé de traiter tous les vignobles du département contre la cicadelle, l'insecte qui répand la maladie, grave et contagieuse. Viticulteur en biodynamie depuis les années 1970, Emmanuel Giboulot s'y est refusé sur les dix hectares qu'il exploite en Côte de Beaune et Haute-Côte de Nuits. Il encourt six mois d'emprisonnement et 30.000 euros d'amende.

Trois cents à 400 personnes, selon une journaliste de l'AFP, étaient rassemblées devant le tribunal de Dijon avant l'audience, en soutien au vigneron. Des tables étaient dressées pour un pique-nique sous le soleil et au son d'un accordéon, des convives trinquant même au champagne. La Fédération "Nature et Progrès" et la Confédération des associations de protection de l'environnement et de la nature de Saône-et-Loire étaient notamment représentées, ainsi que le parti EELV. "Emmanuel Giboulot est un honnête citoyen", "Pesticides veut dire tuer", "Logique préfectorale", "Pesticides aveugles", pouvait-on lire sur des pancartes.

(Source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Meurtre d’Alexia : Jonathann Daval condamné à 25 ans de réclusion criminelle

Jonathann Daval, jugé depuis lundi pour le meurtre de sa femme Alexia qu'il reconnaît, a demandé à deux reprises "pardon" ce samedi 21 novembre 2020 aux parties civiles, avant que la cour d'assises de la Haute-Saône ne  se retire pour délibérer. Elle a finalement donné son verdict. Il est condamné à 25 ans de réclusion criminelle.

Meurtre d’Alexia : réclusion criminelle à perpétuité requise contre Jonathann Daval

L'avocat général Emmanuel Dupic a requis ce samedi 21 novembre 2020 devant les assises de la Haute-Saône la réclusion criminelle à perpétuité à l'encontre de Jonathann Daval, auteur d'un "crime presque parfait" parce que sa femme Alexia "voulait le quitter". Le verdict est attendu en fin d'après-midi ou en début de soirée.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 1.83
couvert
le 02/12 à 3h00
Vent
1.56 m/s
Pression
1017 hPa
Humidité
96 %

Sondage