Vœux de l'archevêque de Besançon : "J'appelle à ce que chacun porte attention à son voisin, à son prochain"

Publié le 10/01/2020 - 15:10
Mis à jour le 10/01/2020 - 14:47

L'archevêque de Besançon, Monseigneur Jean-Luc Bouilleret, a déclaré ses vœux pour l'année 2020 jeudi 9 janvier au foyer Sainte-Sanne à Montferrand-le-Château.

Mgr Bouilleret
Mgr Bouilleret @Diocèse de Besançon

Au cours de son allocution, Mgr Bouilleret a évoqué notamment la crise sociale contre la réforme des retraites. "Ce projet gouvernemental suscite de nombreuses interrogations. Le dialogue est difficile" a-t-il indiqué. Et d'ajouter : "La présidence de la Conférence des Évêques de France réaffirme que l’Église catholique est toujours attentive aux plus fragiles ; elle est préoccupée par la situation sociale qui agite notre pays depuis plus d’un an. Beaucoup de personnes connaissent des situations d'angoisse, d'incertitude. L’Église rappelle sa confiance dans le dialogue, dans la solidarité. Elle appelle les acteurs de cette crise à élargir leur regard aux détresses du moment."

Vers une "Eglise-Verte"

L'archevêque a également abordé le thème de l'environnement et son souhait que le label Eglise-Verte "soit au cœur de toute notre vie pastorale. Nous pourrions également réfléchir à une compensation carbone de toutes nos activités." Mgr Bouilleret a également déclaré : "Nous savons ce que nous devons faire, mais notre volonté n’est pas encore ancrée dans un agir salutaire. Notre diocèse doit prendre les décisions nécessaires à sa contribution dans ces domaines. Ma conviction est forte que nous ne pourrons avancer sur la question de l’écologie intégrale qu’en réduisant notre volume de consommation et d’activité."

L'élection municipale

Une petite partie du discours de l'archevêque était consacrée à l'élection municipale en mars prochain. "Les Français sont attachés à ces élections. Elles sont signe de proximité et de responsabilité au sein des communes. Comme vous tous, j’entends une lassitude des maires, de leurs adjoints et des membres des conseils municipaux. Ils sont pris en tenaille entre les décisions prises au niveau national et les demandes de leurs administrés. Le lien avec la population ne peut se faire que dans l’attention la plus proche envers tous."

Les abus sexuels au sein du diocèse

Sujet sensible qui n'a pas épargné l'année 2019 : les abus sexuels au sein de l'Église. Mgr Bouilleret a fait le point sur ce qui avait été réalisé l'an dernier et sur l'avenir.

"Comme le synode l’a demandé, nous poursuivons notre engagement et notre détermination pour faire la lumière sur tous les abus sexuels qui ont été perpétrés en notre diocèse.

Le 21 novembre 2019, nous avons réuni les principaux acteurs de la vie de notre diocèse pour une journée de formation sur les abus sexuels dans l’Église. Notre cellule d’écoute est toujours disponible. Nous avons répondu à l’enquête de la Commission Indépendante sur les Abus Sexuels dans l’Église sous la responsabilité de M. Jean-Marc Sauvé. Nous consultons la Commission Christnacht pour éclairer nos décisions. Nous informons la Congrégation de la doctrine de la foi pour tous les cas portés à notre connaissance. Nous prenons les mesures qui nous semblent nécessaires. Dans tous les cas, nous collaborons étroitement avec le parquet du tribunal de Besançon et de Vesoul. Nous étudions la possibilité de signer une convention entre les trois diocèses francs-comtois et les parquets de Franche-Comté afin que tout signalement d’infraction soit systématiquement transmis au parquet."

Enfin, l'archevêque de Besançon a rappelé que "nous sommes dans le temps liturgique qui nous situe entre l’Epiphanie et le Baptême du Seigneur. L’Épiphanie est la manifestation de Dieu à toutes les nations et tous les peuples. Jésus Christ n’est pas venu pour un petit groupe de disciples, mais pour que tous deviennent disciples du Seigneur. Le Baptême du Seigneur nous invite à la mémoire de notre propre baptême. Ce jour-là, nous avons été plongés dans la mort et la résurrection de Jésus-Christ. C’est notre marque de fabrique !"

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Religion

Hommage à Samuel Paty : la maire d’Ornans invite les habitants à poser une bougie sur leur fenêtre

Isabelle Guillame a décidé de mettre les drapeaux de la mairie d'Ornans en berne jusqu'à la fin de la semaine. Ce mercredi 21 octobre 2020, jour d'hommage national, les conseillers observeront une minute de silence. La maire d'Ornans invite les habitants "à s’associer à cet hommage et à poser une bougie sur leur fenêtre dès ce soir".

Samuel Paty tué : « Nous sommes scandalisés que des gens emplis de haine associent l’Islam à leur folie meurtrière » (Mosquées de Besançon)

Suite à l'assassinat du professeur d'histoire-géographique Samuel Paty vendredi dernier, les responsables des mosquées de Besançon dénoncent un acte "odieux" qui vient "remettre en question l'exercice du métier noble d'enseignant". Ils appellent "à la vigilance et à l'unité pour faire front contre l'extrémisime et toutes les tentatives de division de notre pays."

Frappée et tondue à Besançon parce qu’elle aime un chrétien : Gérald Darmanin parle de barbarie

Les réactions se multiplient après les violences subies par une adolescente musulmane de 17 ans dans le quartier des Clairs-soleils à Besançon. Le ministre de l'Intérieur estime que cette violence appelle aux sanctions les plus sévères. Pour Anne Vignot, la maire EELV de Besançon cette "intolérance (...) n'a pas sa place dans notre République."

Une adolescente musulmane tondue et frappée pour avoir fréquenté un chrétien

Les parents, l'oncle et la tante d'une adolescente musulmane de 17 ans originaire de Bosnie-Herzégovine l'ont tondue et violemment frappée lundi 17 août 2020 dans le quartier des Clairs-Soleils à Besançon, lui reprochant une liaison avec un jeune serbe chrétien, a-t-on appris vendredi auprès du parquet de Besançon.

Célébration de l’Aïd-el-Kebir en Bourgogne-Franche-Comté : des règles sanitaires et environnementales à respecter

La fête de l’Aïd-el-Kébir devrait débuter vers le samedi 1er août 2020. La date, fixée par le conseil français du culte musulman, sera confirmée une dizaine de jours avant l’événement. Cette fête, qui dure traditionnellement trois jours, donne lieu à des abattages rituels d’animaux et doit se dérouler dans le respect des réglementations sanitaires, environnementales, relatives au bien-être animal et commerciales, rappelle la préfecture de Bourgogne Franche-Comté.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 15.15
couvert
le 22/10 à 15h00
Vent
2.82 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
90 %

Sondage