Zones agricoles défavorisées : près de Cluny, un élu rêve aux « gilets jaunes »

Publié le 12/12/2018 - 07:45
Mis à jour le 12/12/2018 - 07:45

Un élu de Saône-et-Loire, resté sans réponse depuis des mois du ministère de l'Agriculture sur le redécoupage de la carte des zones agricoles défavorisées, a semblé mardi se ranger du côté des "gilets jaunes" pour faire entendre sa voix.

PUBLICITÉ

« Depuis plusieurs mois, nous attirons l’attention des pouvoirs publics sur l’injustice de ce redécoupage administratif, et il ne se passe strictement rien. Même si une conseillère de l’Elysée nous a parlé, au ministère de l’Agriculture c’est le mutisme complet, on ne nous répond jamais », a déclaré à l’AFP Jean-Luc Delpeuch, président de la communauté de Communes du Clunisois.

Plusieurs élus ruraux de la région avaient menacé en août de démissionner en bloc si les huit communes n’étaient pas réintégrées dans la carte des zones agricoles défavorisées simples (ZDS), dont le redécoupage a suscité de multiples protestations dans plusieurs régions de France depuis le début de l’année.

Les huit communes, qui comptent 29 exploitations agricoles, réunissent tous les critères d’éligibilité (relief, sols rocheux, altitude etc..), pour toucher les aides européennes dites de compensation de handicaps naturels (ICHN), l’élevage est leur activité principale, et aucune diversification agricole n’est possible. La disparition des aides, d’un montant moyen de 5.000 euros par exploitation, met en péril certaines d’entre elles, selon M. Delpeuch.

Or, le ministère de l’Agriculture s’est félicité mardi du bouclage de la carte finale des zones défavorisées simples qui doit entrer en vigueur en 2019 et exclut les 8 communes.

« C’est bien dommage pour nous », a réagi M. Delpeuch. « J’ai rarement connu ça de ma vie d’élu, ce mutisme complet d’un système qui s’en fout, malgré toutes nos lettres depuis des semaines, et juste au lendemain de l’intervention du président Macron à la télévision qui prétend s’appuyer sur les maires ». « Je ne suis pas +gilet jaune+, mais je me dis qu’ils ont complètement raison », a-t-il ajouté.

Le redécoupage, « aussi incohérent qu’injuste », selon lui, fait entrer plusieurs communes viticoles prospères du Chalonais, qui ne comptent pratiquement pas d’éleveurs et n’ont donc pas besoin de ces aides, et exclut les huit communes où seul l’élevage est possible.

La Commission européenne « veillera à ce que la pertinence et la cohérence de l’approche méthodologique soient bien expliquées et justifiées lors de la présentation du projet final de zonage », a écrit le Commissaire européen à l’agriculture Phil Hogan aux sénateurs et sénatrice Jérome Durain, Jean-Paul Emorine et Marie Mercier, qui se sont émus de la situation, dans un courrier daté du 29 novembre.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

gilets jaunes

Gilets Jaunes : 800 manifestants à Besançon, des tensions à Chalezeule et huit interpellations

Gilets Jaunes : 800 manifestants à Besançon, des tensions à Chalezeule et huit interpellations

Pour célébrer les six mois du mouvement, les Gilets Jaunes étaient plus nombreux dans les rues de Besançon en comparaison aux deux actes précédents qui avaient rassemblés 300 et 400 manifestants. Une des têtes de figures du mouvement avait appelé à un rassemblement national samedi 18 mai 2019. Au plus fort de la mobilisation Ils étaient 800 selon les autorités et largement plus d'un millier selon les gilets jaunes pour cet acte 27. A Chalezeule, les manifestants sont été dispersé par les gaz lacrymogènes et par la pluie. Le barbecue géant prévu près du rond point du bowling  n'a pas eu lieu.

Acte 26 des Gilets Jaunes: 400 manifestants à Besançon ce samedi selon la Préfecture

Acte 26 des Gilets Jaunes: 400 manifestants à Besançon ce samedi selon la Préfecture

Mise à jour • Déclin ou sursaut ? A bientôt six mois de mobilisation, les "gilets jaunes" ont appelé à manifester pour la 26e fois ce samedi 11 mai 2019 avec des points de ralliement "nationaux" à Lyon et Nantes, où les autorités redoutent la présence de casseurs. À Besançon, la manifestation est parti à 14h00 de la Place de la Révolution. A 16h30, le cortège rejoignait la Préfecture.  

Des médecins de Besançon pour la fin du fichage des gilets jaunes blessés

Des médecins de Besançon pour la fin du fichage des gilets jaunes blessés

Plus de cent médecins de France ont appelé ce mercredi 8 mai 2019 à l’arrêt des fichages des gilets jaunes aux urgences. Dont Thinès Laurent, neurochirurgien et professeur à Besançon, et Philippe Humbert, dermatologue. Ils répondent par une « désobéissance éthique » et demandent l’ouverture d’une enquête parlementaire…

2.500 manifestants pour le 1er mai à Besançon. Tentatives d’intrusion au commissariat de Besançon

2.500 manifestants pour le 1er mai à Besançon. Tentatives d’intrusion au commissariat de Besançon

Sous le soleil, dans le calme et en chansons. Dans une ambiance bon enfant, près de 2.500 personnes ont défilé dans les rues de Besançon au départ de la place de la Révolution. Le cortège s'est scindé peu avant midi. 500 gilets jaunes ont poursuivi jusqu'à la préfecture. Vers 12h45, des manifestants ont tenté de s'introduire à deux reprises au commissariat forçant la police à évacuer l'avenue de la Gare d'eau à coup de gaz lacrymogène.

Dans la catégorie

Une vague de neige en Franche-Comté

Une vague de neige en Franche-Comté

Avec la chute des températures ce samedi 4 mai 2019, une vague de neige a déferlé sur la Franche-Comté. Si à Besançon et ses environs c'est une fine couche qui a recouvert les arbres, dans le Haut-Doubs, de véritables tempêtes ont repeint le paysage en blanc.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 11.18
peu nuageux
le 23/05 à 21h00
Vent
1.61 m/s
Pression
1016.59 hPa
Humidité
90 %

Sondage