Fusion des régions : "Il faut saisir cette occasion unique et formidable"

Publié le 14/04/2014 - 21:12
Mis à jour le 15/04/2014 - 09:11

Marie-Guite Dufay, présidente de la région Franche-Comté, et François Patriat, président de la région Bourgogne se sont réunis pour donner une conférence de presse ce lundi 14 avril à 17h à l’hôtel de région à Besançon. Objectif : présenter le projet de fusion des deux régions dans le cadre d’une volonté de l’Etat de réduire le nombre de régions françaises métropolitaines à 10 au lieu de 22 actuellement. Pour Marie-Guite Dufay, « il faut saisir cette occasion unique et formidable ».

 ©
©

Selon un sondage publié la semaine dernière, 68% des Français se disent favorables une fusion des régions mais 83% des Francs-Comtois se disent "très attachés" à leur région. Ce lundi, Marie-Guite Dufay et François Patriat ont exposé le projet de fusion de la Franche-Comté et de la Bourgogne et leurs motivations et leurs arguments pour qu'il aboutisse avant 2017.

Les arguments de Marie-Guite Dufay

"Je pense que pour les deux régions, nous avons là les ingrédients d'un projet de développement commun et de solidarité entre nos deux territoires pour construire l'avenir dans un monde qui change : c'est participer au développement économique et de l'innovation, c'est participer à la transition énergétique et donc participer à la création d'emploi"  a déclaré Marie-Guite Dufay.

La création d'emplois : "il nous faut créer des outils nouveaux, nous en avons déjà en commun mais on a besoin de les renforcer" et "créer une société économie unique".

Avoir un poids dans l'Europe : "Avec ce territoire solidaire, nous avons les moyens de compter et de peser dans l'Europe. Nous voulons développer un partenariat qui soit équilibrer mais qui soit stratégique pour appréhender l'avenir : nos centres hospitaliers universtaires travaillent ensemble depuis longtemps, nos universités sont engagées dans un mouvement d'université fédérale".

Aucune perte d'identité régionale : "Je l'entends beaucoup : "on va perdre notre identité" mais on va perdre le comté, on va pas perdre nos vins, on va pas perdre la saucisse de Morteau parce qu'on a une organisation administrative différente et plus efficace."

Eviter la décentralisation des acteurs économiques : "Sur les mauvaises expériences du passé, les acteurs privés qui sont partis de Besançon vers Dijon ou de la Franche-Comté vers la Bourgogne, je dit ça suffit ! Il faut faire quelque chose pour arrêter ça. Il faut donc créer un partenariat stratégique et équilibrée, une gouvernance commune qui fera qu'il y aura une régulation en direction des acteurs. Aujourd'hui il n'y en a pas".

Eviter un démantèlement des deux régions : "C'est un risque que je sens poindre si on ne s'affirme pas dès maintenant. Si nous n'avons pas de projet commun, j'ai bien entendu qu'il serait question de prendre en main la carte de France et de voir les régions qui n'ont pas bougé. A ce moment-là, on peut très bien imaginer que des pans de la Franche-Comté aille vers l'Alsace ou le Rhône-Alpes. Je ne veux pas !" 

Faire des économies : "Parce qu'on a des services qui pourraient fusionner, mutualiser mais des services fonctionnels sans affaiblir les services rendus à la population, ni nos investissements. Il y a des économies fonctionnelles à faire comme des services à fusionner au niveau informatique, au niveau des finances, au niveau du personnel, des achats. Il y a là une source d'économies considérable. Elles seront possibles à condition que l'Etat se réforme."

Les deux régions comptent également préserver leurs dotations globales de fonctionnement.

Marie-Guite Dufay a également souligné sa volonté d'organiser des débats "les plus ouverts possibles, sans tabou, sans censure"

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

La Maison Loiseau ouvre un restaurant au Japon 

Blanche Loiseau, qui a travaillé en immersion une année au Japon en 2019-2020, avant d’assumer son premier rôle de cheffe à "Loiseau du Temps " à Besançon pendant une année, se rendra au Japon pour ouvrir "Loiseau de France". Son second, Léo Pujol, qu’elle forme depuis un an, deviendra son successeur à Besançon, apprend-on ce 1er mars 2024.

Salon de l’agriculture à Paris : la brasserie Les 2 Fûts veut “démocratiser” la bière artisanale

À l’occasion de la 60e édition du Salon international de l’agriculture à Paris qui se déroule en ce moment jusqu’au 3 mars 2024, l’équipe de maCommune.info a rendu visite ce mardi 27 janvier 2024 à Loïc Fusillier, co-fondateur de la micro-brasserie bisontine Les 2 Fûts.

SIA 2024 : l’agriculture en Bourgogne Franche-Comté est “aussi forte que la filière auto”

Comme chaque année, la Région Bourgogne - Franche-Comté élit domicile temporaire le Salon international de l’agriculture à Paris pendant neuf jours dans le but de promouvoir les produits, les producteurs et éleveurs de son territoire. C’est dans le pavillon 3 mardi 27 février 2024 que nous avons rencontré Christian Morel, vice-président de la Région en charge de l’agriculture, de la viticulture et de l’agroalimentaire.

Besançon : plus de 13.300 dépôts sauvages ramassés en 2023, près de 500 en 2024…

QUOI DE NEUF À BESAC ? • En 10 ans, le nombre de dépôts sauvages s’est multiplié par 10 à Besançon, comme partout en France, un fléau qui coûte très cher aux collectivités. C’est le sujet de notre rubrique Quoi de neuf à Besac ? de ce mois de février 2024, avec Marie Zéhaf, conseillère municipale déléguée à la Voirie.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 8.75
couvert
le 02/03 à 9h00
Vent
2.97 m/s
Pression
1003 hPa
Humidité
71 %