Procès du bébé secoué: la nourrice a un "doute" sur son fils, qui s'accuse

Publié le 28/03/2013 - 20:45
Mis à jour le 29/03/2013 - 09:13

L’assistante maternelle de 44 ans jugée aux assises depuis lundi pour avoir mortellement secoué un bébé en 2007 à Beaune (Côte-d’Or) a dit jeudi avoir toujours un « doute » sur la responsabilité de son fils, qui s’accuse de violences sur le nourrisson.

Le 30 janvier 2007, Nicolas, âgé de 8 mois, avait été pris de violentes convulsions au domicile de sa nourrice, Nathalie Lamalle. Le bébé était décédé quelques heures plus tard à l'hôpital.  "Je n'ai jamais accusé mon fils, j'ai dit que mon fils peut avoir des gestes de violences", a déclaré Mme Lamalle. "Par rapport à Nicolas, mon doute ne s'est pas levé", a-t-elle dit.

L'assistante maternelle a répété n'avoir "rien fait à cet enfant". "Moi, je n'ai pas vu quoi que ce soit", a-t-elle ajouté. Jeudi, l'un des fils de la nounou, âgé aujourd'hui de 16 ans, est venu à nouveau s'accuser d'être responsable des lésions du bébé, expliquant dans un premier temps avoir laissé l'enfant lui échapper des mains et dans un deuxième temps lui avoir fait tomber son cartable dessus et lui avoir donné un coup de pied.

Au cours de l'instruction, le jeune garçon avait avoué les faits, avant de revenir sur ses déclarations. Il avait bénéficié d'un non-lieu mais sa mère a été renvoyée devant la cour d'assises de Côte-d'Or pour "coups ayant entraîné la mort sans intention de la donner par personne ayant autorité".

L'avocat des parents du bébé, Me Arnaud Bibard, a estimé que les explications de l'adolescent "ne collent pas". "C'est un adulte qui a fait ça", a-t-il poursuivi, au regard de l'importance des traumatismes constatés sur l'enfant. L'autopsie avait révélé que le décès était consécutif à une hémorragie cérébrale liée au syndrome du bébé secoué. Le nourrisson avait également l'estomac éclaté.

"Nous, on ne sait pas et on veut savoir. On n'a toujours pas compris ce qui s'était passé et on ne saura probablement jamais", a regretté la mère de la victime. "Une version en remplace une autre", a-t-elle déploré, considérant que le fils de la nourrice est une "victime collatérale" dans cette affaire.  Le verdict est attendu vendredi.

(source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

En 2 ans, les plaintes pour violences conjugales ont explosé dans le Doubs. Entretien avec Étienne Manteaux, procureur de Besançon

EXCLUSIF • Quatre homicides en 2022, une hausse de 69% des faits graves, une hausse de 72% des faits de harcèlement et de menace le tout entre 2019 et 2022 dans le Doubs. Le département fait partie de ceux qui comptent le plus violences conjugales en France alors que l’on compte entre 120 et 130 homicides dans la sphère conjugale l’année dernière sur les 66 millions d’habitants… On en parle avec le procureur de la République de Besançon Étienne Manteaux en ce début d'année 2023.

Tirs à Planoise le 22 janvier : l’enquête a déjà permis de trouver la voiture des malfaiteurs

Le procureur de la République Étienne Manteaux a tenu une conférence de presse ce mercredi 25 janvier, trois jours après que des coups de feu à l'arme de guerre aient été tirés rue de Fribourg, dans le quartier de Planoise à Besançon. L’enquête a déjà levé le voile sur plusieurs éléments.

Disparition de Marie-Angèle Domece : " ultime " fouille dans l’Yonne pour retrouver le corps

MISE À JOUR • La campagne de recherches du corps de Marie-Angèle Domece, victime présumée du tueur en série Michel Fourniret en 1988, s'est conclue dans l'Yonne sans résultat, a indiqué mercredi 25 janvier 2023 le parquet de Nanterre, en charge du pôle "cold cases" des affaires non élucidées, sollicité par l'AFP.

Vandalisme de la Statue Victor Hugo à Besançon : " Un épilogue sinistre qui n’aurait jamais dû avoir lieu "

À quelques jours du jugement des deux étudiants soupçonnés d’avoir repeint le visage en blanc de la statue de Victor Hugo, oeuvre de Ousmane Sow, en novembre 2022 à Besançon, Béatrice Soulé, compagne du sculpteur sénégalais, parle d’"une polémique qui n’avait aucune raison d’être" dans un communiqué du 24 janvier 2023.

Procès des Barjols : un Belfortain et un Haut-Saônois parmi les 13 militants d’ultradroite jugés à Paris

Treize personnes affiliées au groupuscule d’ultradroite des Barjols comparaissent à partir de ce mardi 17 janvier à Paris, soupçonnées d’avoir préparé une série d’actions violentes dont un projet d’attaque contre Emmanuel Macron fin 2018, en marge du centenaire de l’armistice.

Le parquet conteste au Dr Péchier la possibilité d’exercer la médecine

Suite à l’arrêt rendu par la chambre d’instruction le lundi 11 janvier, qui autorise le docteur Péchier a exercer la médecine, le procureur de la République de Besançon Etienne Manteaux a tenu à réagir et à faire un point d’étape sur l’information judiciaire dans laquelle le médecin est mis en examen. 

Abus sexuels : le diocèse de Besançon lance un appel pour retrouver d’éventuelles victimes d’un abbé décédé

Le diocèse de Besançon a lancé un appel pour retrouver "d'éventuelles victimes" de Raymond Jaccard, un abbé décédé en 2021 connu pour son action auprès des lépreux camerounais, sanctionné de son vivant après des soupçons "d'abus d'ordre sexuel et spirituel" sur des majeurs.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 7.25
couvert
le 04/02 à 15h00
Vent
2.85 m/s
Pression
1036 hPa
Humidité
92 %