Une militante d'extrême droite jugée pour avoir déclaré sa haine de l'islam

Publié le 03/07/2014 - 08:40
Mis à jour le 03/07/2014 - 11:33

Trois mois de prison avec sursis et 3.000 euros d’amende ont été requis mercredi 2 juillet à Belfort à l’encontre d’une enseignante retraitée se revendiquant « islamophobe » jugée pour provocation à la haine raciale. La décision du tribunal correctionnel de Belfort a été mise en délibéré au 8 août prochain.

 ©
©

Le 15 octobre 2013 à Belfort, lors d'un échange verbal avec des membres de la communauté musulmane devant l'abattoir mobile installé pour le sacrifice rituel de l'Aïd el-Kébir, Christine Tasin, présidente d'une association d'extrême droite appelée "Résistance Citoyenne", avait déclaré : "Oui je suis islamophobe et alors ? La haine de l'islam j'en suis fière. L'islam est une saloperie (...), c'est un danger pour la France"

"Les mots sont extrêmement forts. Quand (Mme Tasin) dit que l'Islam est une saloperie, elle viole les restrictions de la loi française. Ce sont des propos qui sont de nature à susciter le rejet des musulmans en les désignant comme un danger pour la France", a estimé le procureur Alexandre Chevrier lors de l'audience qui s'est tenue mercredi. 

L'avocat de deux associations musulmanes qui se sont portées parties civiles, Me Nordine Gherbi, a regretté que la prévenue soit venue "pour tenir un discours haineux le jour de l'Aïd el-Kébir, l'une des fêtes les plus importantes pour la communauté musulmane".

"J'ai peur de l'islam"

La prévenue qui "se bat contre l'islamisation de la France", s'est présentée à la barre du tribunal habillée de bleu, de blanc et de rouge. "J'ai peur de l'islam", mais "je me bats contre l'islam et pas contre les musulmans", a déclaré cette enseignante agrégée de lettres classiques à la retraite qui revendique ses propos. Son avocat, Me Joseph Scipilliti, a plaidé la relaxe. "Vous ne pouvez pas condamner ma cliente, car il n'y a pas de désignation d'un groupe précis, l'islam ce n'est pas les musulmans", a-t-il dit, invoquant la "liberté d'expression".

(Source : AFP)
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Éclatements de pneus Goodyear : de nombreuses données informatiques saisies lors des perquisitions

"De nombreuses données informatiques" ont été saisies lors de perquisitions menées chez le géant américain du pneumatique Goodyear, "qui vont pouvoir être exploitées par les enquêteurs", a déclaré jeudi 16 mai 2024 le procureur de la République de Besançon, après l'éclatement de pneus de camions à l'origine d'accidents mortels.

Journée prison morte : mobilisation des agents pénitentiaires après l’attaque mortelle d’un convoi

L’intersyndicale appelle ce mercredi 15 mai à un blocage national après l’attaque d’un convoi pénitentiaire hier dans l’Eure dans laquelle deux agents sont morts et trois autres ont été gravement blessés. Une minute de silence sera également observée à 11h. 

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Éco-quartier : le tribunal administratif rejette le recours introduit par Les Jardins des Vaîtes

L’association demandait l’annulation de la décision par laquelle la présidente de Grand Besançon Métropole a refusé d’inscrire à l’ordre du jour du conseil communautaire l’abrogation partielle du plan local d’urbanisme de la commune de Besançon, a-t-on appris jeudi 11 avril 2024.

Maltraitance animale dénoncée par L214 : un employé d’abattoir condamné à du sursis dans l’Yonne

Un employé d'un élevage de porcs de l'Yonne a été condamné jeudi 11 avril 2024 à 1.000 euros d'amende avec sursis pour "mauvais traitement envers un animal" après la dénonciation par l'association L214 de "sévices" incluant l'agonie d'une truie assommée à coups de masse.

Daval : le procureur requiert la relaxe pour les faits de dénonciation calomnieuse

Lors du procès pour dénonciation calomnieuse de Jonathan Daval, qui purge actuellement une peine de prison de 25 ans de prison pour le meurtre de son épouse Alexia en 2017, à l’encontre de son ancienne belle-famille, le procureur de la république Étienne Manteaux a finalement requis la relaxe mercredi 10 avril 2024 au tribunal correctionnel de Besançon. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 13.01
couvert
le 27/05 à 0h00
Vent
1.45 m/s
Pression
1020 hPa
Humidité
97 %