25 ans de réclusion criminelle pour infanticide

Publié le 27/04/2016 - 08:23
Mis à jour le 27/04/2016 - 13:47

Une mère de 28 ans, accusée d'avoir volontairement noyé ses deux enfants pour "faire souffrir" leur père, en 2013 à Ronchamp, a été condamnée à 25 ans de réclusion criminelle mardi (26 avril 2016) par la cour d'assises de Haute-Saône.

capture_decran_2013-05-16_a_14.28.43.png
Le drame s'est déroulé dans ce petit collectif à Ronchamp ©
PUBLICITÉ

Aurore Baumgartner a reconnu avoir noyé l’un après l’autre Mélina, sa fille de 2 ans, et Elyas, son fils de 9 mois, en leur maintenant la tête sous l’eau dans une baignoire, le 15 mai 2013 à Ronchamp (Haute-Saône). Condamnée pour assassinat, sa peine de 25 ans de réclusion criminelle a été assortie d’un suivi sociojudiciaire de 5 ans avec injonction de soins. « Pourquoi j’ai tué mes enfants ? Pour faire souffrir leur père », a-t-elle déclaré sans détour devant la cour, le visage fermé, à l’issue de deux jours de procès.

Pourtant décrite comme une « bonne mère », elle n’a à aucun moment lors de l’audience évoqué de souvenirs avec ses enfants. Mme Baumgartner « a basculé à un point où ce ne sont plus des enfants, ce sont des objets. Ils lui appartiennent, elle va les tuer pour en priver leur père », a dit l’avocat général Gabi Bouyssou, requérant 30 ans de réclusion criminelle et 7 ans de suivi sociojudiciaire. « C’est l’acte le plus égoïste qui soit », a-t-il ajouté. La jeune femme maigre à la longue natte brune entretenait une relation tumultueuse avec le père de ses enfants, avec lequel elle n’a jamais vécu en concubinage et qui n’avait reconnu que son fils.

Elle a décidé de tuer ses enfants lorsqu’elle a découvert qu’il menait une double vie avec une autre femme à Paris, où cet ancien militaire s’était installé, et qu’il voulait se battre pour avoir la garde des enfants. L’accusée, dont le niveau intellectuel est jugé bas, « a été submergée par différentes émotions qu’elle n’avait pas les moyens de gérer », ont plaidé ses avocates, Mes Caroline Lavallée et Marjorie Weiermann, soulignant « l’extrême solitude » et « l’angoisse d’abandon » de cette mère qui élevait seule deux enfants.

« C’était une jeune femme manipulée (par le père de ses enfants) et complètement démunie » au moment du passage à l’acte, ont-elles ajouté. La mère au foyer, qui était consciente de son acte selon les psychiatres, avait elle-même prévenu les gendarmes après son geste fatal. Quelques heures avant de tuer ses enfants, elle avait envoyé un SMS au père des petits pour lui dire qu’il ne les reverrait jamais. « Quel que soit la vie de Mme Baumgartner, rien ne justifie son geste criminel », a estimé pour sa part Me Sarah esbois, avocate du père des enfants.

(Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Jonathann Daval a admis qu’il avait « procédé à la crémation partielle du corps » d’Alexia

Jonathann Daval a admis qu’il avait « procédé à la crémation partielle du corps » d’Alexia

Lundi 17 juin 2019, Jonathann Daval a livré des aveux complets lors d'une reconstitution qui s'est déroulée pendant sept  heures à Gray en Haute-Saône, reconnaissant avoir lui-même "procédé à la crémation du corps" de sa femme Alexia et lui avoir porté des coups violents, a déclaré le procureur de Besançon Etienne Manteaux.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 34.98
ciel dégagé
le 26/06 à 15h00
Vent
1.79 m/s
Pression
1020.75 hPa
Humidité
45 %

Sondage