5G : "pas de questions de santé" sur les fréquences bientôt mises aux enchères selon Cédric O

Publié le 08/09/2020 - 12:01
Mis à jour le 08/09/2020 - 12:11

Il n'y a pas de questions de santé soulevées par les fréquences 5G que le gouvernement s'apprête à mettre aux enchères entre les opérateurs, estime le secrétaire d'Etat au numérique Cédric O.

 © D Poirier
© D Poirier

"Les fréquences qui seront mises sur le marché à la fin de l'année (...) sont des fréquences bien connues déjà, qui sont déjà utilisées pour d'autres choses comme les boucles locales radio" (une alternative aux liaisons filaires dans les zones peu denses, NDLR), a déclaré Cédric O vendredi sur Sud Radio. "Vous n'avez jamais vu quelqu'un venir avec des boutons parce qu'il y avait une boucle locale radio à côté", a-t-il ajouté.

Le gouvernement va lancer à la fin du mois les enchères pour attribuer des fréquences dans la bande des 3,4-3,8 GHz aux quatre opérateurs télécom français pour la 5G, le nouveau système de télécommunication mobile beaucoup plus rapide et puissant que l'actuelle 4G.

Mais ces enchères ne concernent pas la bande dite des 26 GHz, qui ne sera pas utilisée pour le lancement de la 5G. Les effets potentiels sur la santé de l'utilisation de ces fréquences ont été moins étudiés jusqu'à présent et sont donc moins bien connus.

La 5G suscite de l'hostilité chez plusieurs responsables politiques locaux ou ONG, qui mettent en question l'intérêt pour la société de cette nouvelle technologie, en invoquant des risques pour la santé ou un bilan environnemental défavorable.

Certains,  ont demandé un moratoire sur l'attribution des fréquences de la bande des 3,4-3,8 GHz, mais le gouvernement a refusé, mettant en avant notamment que la plupart des pays avancés ont déjà attribué ces fréquences et sont plus avancés dans le processus de mise en place de la 5G.

"Nous tiendrons le calendrier qui a été évoqué, qui est celui de fin septembre", a réaffirmé vendredi M. O, qui a ajouté qu'il irait rencontrer prochainement les élus locaux et les associations mobilisés sur le sujet.

(Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Un commentaire

Laisser un commentaire

Economie

L’entreprise Sophysa prévoit un nouveau bâtiment de 5.700 m2 d’ici 2022 à Temis

Spécialisée en valves neurologiques et en systèmes de monitoring de la pression intracrânienne, l'entreprise est installée depuis 2007 sur le site de Temis à Besançon. Cette dernière a prévue de s'agrandir avec la construction d'un second bâtiment de 5.700 m2, apprend-on ce mois de janvier 2021. Objectif ? "Tripler la capacité de production", selon Philippe Nègre, dirigeant de Sophysa.

Plus de 4 % d’inflation en 2021 des complémentaires santé : l’UFC Que choisir demande au gouvernement d’agir

Alors que ce début d’année est marqué par le déploiement du 100 % santé aux audioprothèses, l’UFC-Que Choisir dénonce dans un communiqué du 21 janvier 2021 une nouvelle forte hausse des tarifs des complémentaires santé en 2021, "difficile à justifier alors que la crise sanitaire leur a paradoxalement été favorable". Pour permettre aux consommateurs de tirer pleinement profit de la résiliation à tout moment, l’association demande au gouvernement d’agir "pour améliorer la comparabilité des offres, toujours défaillante."

Appel à projets : recyclage du foncier des friches en Bourgogne Franche-Comté

Avec un fonds friche doté de 300M€, le Plan de relance donne l’opportunité d’accompagner les territoires sur le recyclage foncier des espaces artificialisés. 7,4 M€ sont mobilisables en Bourgogne Franche-Comté, sur les deux années à venir, et donneront lieu à deux éditions d’appel à projets. Les dossiers de demande de subventions sont à déposer au plus tard le lundi 15 mars 2021 minuit.

Conjoncture du mois de décembre 2020 : « des prévisions prudentes »

La Banque de France vient d'éditer une note de conjoncture (enquête auprès des dirigeants d'entreprises sur leur niveau d’activité) pour le mois de décembre 2020. La production industrielle progresse en fin d'année. Les carnets s’étoffent mais demeurent insuffisants. Une baisse est attendue. Les services enregistrent une faible hausse d’activité, à l’exception de la restauration, lourdement affectée par le reconfinement. Les prévisions sont prudentes.

 

Endettement des entreprises : comment les aider ?

En Bourgogne Franche-Comté, près de 20 000 entreprises ont bénéficié d’un PGE (Prêt Garanti par l’Etat). Emprunt qu'il faudra bien rembourser. Alors que l’activité tourne encore au ralenti dans plusieurs secteurs, la Banque Populaire BFC tente d’aider au mieux ces entreprises et leurs prêts avec sa « BOX PGE »…
Web Tv 90
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 7.74
pluie modérée
le 22/01 à 15h00
Vent
1.94 m/s
Pression
993 hPa
Humidité
97 %

Sondage