Addiction comportementale : le CHU de Besançon rouvre une consultation pour adultes

Publié le 18/07/2022 - 18:03
Mis à jour le 10/08/2022 - 18:40

Jeux d’argent, jeux vidéo, réseaux sociaux, sport, achats compulsifs, travail, sexe... Depuis plus de deux mois, le Dr Giustiniani, addictologue et psychiatre, accueille de nouveau les personnes désireuses d’engager une démarche de soin d’addictologie les mercredis après-midi au CHU de Besançon.

© D poirier ©
© D poirier ©

Jeux d’argent, jeux vidéo, réseaux sociaux, sport, achats compulsifs, travail, sexe... sont autant de loisirs ou occupations qui peuvent, en cas d’usage abusif, devenir de véritables addictions. Le comportement devient excessif et irrépressible, en dépit des conséquences néfastes qu’il peut engendrer : perturbations de la vie personnelle, professionnelle et sociale, problèmes financiers, troubles du sommeil, de l’humeur... Les conséquences des addictions sans substances sont bien souvent tout aussi dramatiques que celles des addictions aux substances. 

La démarche de soin 

"Gérer seul une addiction comportementale est difficile, de même qu’en affronter seul les conséquences. Un accompagnement par un professionnel permet de définir la stratégie de prise en charge la plus adaptée", explique le CHU de Besançon. 

Les premières consultations sont avant tout un temps d’écoute et d’évaluation. "Il s’agit de déterminer s’il s’agit réellement d’un comportement addictif, de comprendre ce qui a pu générer le comportement addictif et d’évaluer la détermination du patient pour sortir de cet engrenage", précise l'établissement. 

Le médecin recourt ensuite aux entretiens motivationnels (technique qui vise à augmenter la motivation au changement du patient) et à la psychothérapie pour accompagner le patient vers un usage modéré voire l’arrêt de la pratique abusive. 

Le patient pourra également être orienté vers d’autres professionnels pour l’aider à gérer les conséquences négatives du comportement addictif : assistante sociale, psychologue... 

Comment savoir si vous souffrez d'une addiction ? 

Il existe pour cela des outils d’évaluation, d’orientation et d’accompagnement scientifiquement validés : www.addictaide.fr 

Infos +

  • Équipe de liaison en soins d'addictologie (ELSA) du CHU de Besançon
  • Prise de rendez-vous : 03 81 21 21 90 08 
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

L’efficacité de certains antidépresseurs remise en cause par une étude

Une étude scientifique qui ne manque pas de faire parler. L'intérêt des antidépresseurs serait remis en cause, car la dépression n'est pas liée à un déséquilibre chimique. La thèse, récemment soutenue par une psychiatre britannique, est largement contestée, mais cette polémique a l'intérêt d'illustrer les difficultés rencontrées pour comprendre cette maladie.

Covid-19 : le repli de l’épidémie se confirme selon l’agence régionale de santé

Avec un taux d’incidence en population générale désormais sous la barre des 400 cas pour 100/000 habitants, l’épidémie confirme son repli en Bourgogne-Franche-Comté selon les derniers chiffres de l'ARS Bourgogne-Franche-Comté.  Le taux de positivité des tests perd 5 points mais reste cependant élevé à près de 25%.
 

Canicule : les déchetteries du Sybert adaptent leurs horaires d’ouverture

Les épisodes de fortes chaleurs se multiplient. Pour le confort des usagers et la sécurité de son personnel, le Sybert informe qu'il adaptera les horaires d’ouverture des déchetteries en fonction des alertes Météo France liées aux épisodes caniculaires. Ce sera la cas ce mercredi 3 et jeudi 4 août 2022. 

Don du sang : l’EFS appelle la population à se mobiliser, une « urgence vitale »

L’EFS publie pour la seconde fois de son histoire, et ce à moins de 6 mois d’intervalle, un bulletin d’urgence vitale. Le niveau des réserves de sang de la France est historiquement bas, une situation critique qui pourrait se révéler dangereuse à court terme pour soigner les patients, selon un communiqué fin juin dernier.

Protoxyde d’azote à Besançon : près de 1.500 cartouches retrouvées sur la voie publique en 7 mois 

Le protoxyde d’azote, mieux connu sous les noms de « gaz hilarant », « proto » ou « ballon », est de plus en plus consommé par les jeunes affirme la Ville de Besançon dans un communiqué ce jeudi. Entre janvier et juillet 2022, 1.460 cartouches ont été collectées par les services de nettoyage.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 22.51
nuageux
le 15/08 à 18h00
Vent
2.7 m/s
Pression
1009 hPa
Humidité
60 %

Sondage