Addiction comportementale : le CHU de Besançon rouvre une consultation pour adultes

Publié le 18/07/2022 - 18:03
Mis à jour le 10/08/2022 - 18:40

Jeux d’argent, jeux vidéo, réseaux sociaux, sport, achats compulsifs, travail, sexe... Depuis plus de deux mois, le Dr Giustiniani, addictologue et psychiatre, accueille de nouveau les personnes désireuses d’engager une démarche de soin d’addictologie les mercredis après-midi au CHU de Besançon.

© D poirier ©
© D poirier ©

Jeux d’argent, jeux vidéo, réseaux sociaux, sport, achats compulsifs, travail, sexe... sont autant de loisirs ou occupations qui peuvent, en cas d’usage abusif, devenir de véritables addictions. Le comportement devient excessif et irrépressible, en dépit des conséquences néfastes qu’il peut engendrer : perturbations de la vie personnelle, professionnelle et sociale, problèmes financiers, troubles du sommeil, de l’humeur... Les conséquences des addictions sans substances sont bien souvent tout aussi dramatiques que celles des addictions aux substances. 

La démarche de soin 

"Gérer seul une addiction comportementale est difficile, de même qu’en affronter seul les conséquences. Un accompagnement par un professionnel permet de définir la stratégie de prise en charge la plus adaptée", explique le CHU de Besançon. 

Les premières consultations sont avant tout un temps d’écoute et d’évaluation. "Il s’agit de déterminer s’il s’agit réellement d’un comportement addictif, de comprendre ce qui a pu générer le comportement addictif et d’évaluer la détermination du patient pour sortir de cet engrenage", précise l'établissement. 

Le médecin recourt ensuite aux entretiens motivationnels (technique qui vise à augmenter la motivation au changement du patient) et à la psychothérapie pour accompagner le patient vers un usage modéré voire l’arrêt de la pratique abusive. 

Le patient pourra également être orienté vers d’autres professionnels pour l’aider à gérer les conséquences négatives du comportement addictif : assistante sociale, psychologue... 

Comment savoir si vous souffrez d'une addiction ? 

Il existe pour cela des outils d’évaluation, d’orientation et d’accompagnement scientifiquement validés : www.addictaide.fr 

Infos +

  • Équipe de liaison en soins d'addictologie (ELSA) du CHU de Besançon
  • Prise de rendez-vous : 03 81 21 21 90 08 
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Soins dans l’Arc jurassien franco-suisse : une baisse du nombre de médecins du côté français

Dans le cadre d’un cycle de travail sur la santé, l’Observatoire statistique transfrontalier de l'Arc jurassien (OSTAJ) a publié le 27 février 2024 une nouvelle étude consacrée à l’offre de soins sur le territoire. Les chiffres reflètent particulièrement des tendances démographiques et structurelles différentes de part et d'autre de la frontière.

Une journée de sensibilisation et une exposition sur la prévention du cancer colorectal à Besançon 

Du 5 au 31 mars 2024, une exposition sur la prévention du cancer colorectal sera installée dans le hall principal du CHU de Besançon dans le cadre de Mars bleu. Une journée de sensibilisation sera également organisée le jeudi 21 mars avec une équipe pluridisciplinaire de gastro-entérologie.

Médicaments : des mesures pour anticiper les pénuries

Aider les médecins à prescrire des alternatives aux médicaments non disponibles, intensifier le bon usage des antibiotiques : le gouvernement a annoncé mercredi 21 février 2024 quelques mesures concrètes pour anticiper les pénuries.

Mars Bleu revient en Bourgogne Franche-Comté : s’il est détecté tôt, le cancer colorectal se guérit 9 fois sur 10

Tous les deux ans, les Bourguignons-Francs-Comtois de 50 à 74 ans sont invités à réaliser un test de dépistage du cancer colorectal. À l’occasion de Mars Bleu, du 1er au 31 mars 2024, campagne nationale de sensibilisation au dépistage de ce cancer, le Centre régional de coordination des dépistages des cancers (CRCDC) rappelle l’importance de réaliser ce test.

Une nouvelle salle de radiologie interventionnelle multimodale au CHU de Besançon

Le 11 décembre 2023, un premier patient a bénéficié de cette nouvelle salle au sein du CHRU de Besançon. Un véritable pas en avant dans les équipements de pointe puisque l’hôpital fait partie des dix établissements en France à avoir acquis ce dispositif d’imagerie. Quels sont les enjeux ? Nous avons fait le point avec Eric Delabrousse, chef du pôle imagerie du CHU de Besançon.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 7.17
couvert
le 02/03 à 21h00
Vent
0.54 m/s
Pression
999 hPa
Humidité
83 %