Affaire Daval : une séance de dédicaces annulée, une "atteinte à la liberté d'expression"

Publié le 20/11/2021 - 09:34
Mis à jour le 20/11/2021 - 09:34

Le bâtonnier de Besançon a dénoncé vendredi 19 novembre 2021 « une atteinte à la liberté d’expression » après l’annulation d’une séance de dédicaces du livre de l’avocat du meurtrier d’Alexia Daval, Me Randall Schwerdorffer.

Randall Schwerdorffer © D Poirier
Randall Schwerdorffer © D Poirier

La séance de dédicaces devait avoir lieu vendredi à Besançon, à la veille d'une manifestation nationale contre les violences sexistes et sexuelles. Elle a été annulée par la librairie et l'éditeur de l'avocat, Hugo Doc, après la publication d'un communiqué de l'association Osez le féminisme du Doubs qui reproche à l'auteur "l'écoeurante instrumentalisation" du meurtre d'Alexia Daval, et accuse la librairie de "complicité".

"Expliquer un crime ne veut pas dire l'excuser"

Me Schwerdorffer, avocat de Jonathann Daval, avait livré son récit et son analyse de l'affaire dans un ouvrage co-écrit avec le journaliste Frédéric Gilbert, et paru en octobre.  "Cet ouvrage a pour objet d'expliquer les circonstances d'un passage à l'acte abominable au sein d'un couple devenu toxique. En aucun cas de le justifier", a soutenu l'éditeur dans un communiqué. "La défense des violences faites aux femmes est une cause juste, noble et indispensable, mais il ne faut pas qu'au prétexte de cette cause on entrave la liberté d'expression", a estimé le bâtonnier de Besançon, Mikaël Le Denmat, défendant le "droit de s'exprimer" de son confrère.

"Faire pression sur un libraire pour empêcher une séance de dédicaces constitue une atteinte à la liberté d'expression, qui est un droit fondamental", a tancé le bâtonnier. Me Schwerdorffer a regretté d'être "privé de débat avec les lecteurs", estimant qu'"expliquer un crime ne veut pas dire l'excuser".

Rappel

Le corps en partie calciné d'Alexia Daval, 29 ans, avait été retrouvé en octobre 2017 dans un bois près de son domicile de Gray-la-Ville (Haute-Saône), après que son mari Jonathann eut signalé sa disparition. Après avoir montré le visage d'un veuf éploré pendant trois mois, l'informaticien avait été confondu par les gendarmes. Il avait finalement reconnu le meurtre de sa femme et a été condamné à 25 ans de réclusion en novembre 2020.

Les parents d'Alexia ont eux aussi publié leur témoignage dans un livre ("Alexia, notre fille", aux éditions Robert Laffont).

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Pédopornographie : des habitantes demandent à Macron la révocation de leur maire

Des habitantes d'un village de Côte-d'Or ont écrit à Emmanuel Macron, lui demandant de révoquer leur maire dont le refus de démissionner, malgré des poursuites pour consultation d'images pédopornographiques, est déjà contesté par une pétition, a-t-on appris vendredi 9 décembre 2022 auprès des auteures de la lettre.

Après Camaïeu, les magasins Go Sport pourraient également fermer...

Le parquet de Grenoble a convoqué la direction de Go Sport le 19 décembre pour en savoir plus sur la situation financière du distributeur spécialisé dans le sport, propriété du même actionnaire que Camaïeu, Hermione People and Brands (HPB), alors que les représentants de salariés s'inquiètent, a appris l'AFP lundi 5 décembre 2022. Trois magasins Go Sport sont installés en Franche-Comté dont un à Besançon, et deux en Bourgogne.

Covid-19 : le radiologue et sénateur de Côte-d’Or Alain Houpert fait appel de sa suspension après avoir

Le radiologue Alain Houpert, également sénateur LR de Côte-d'Or, a annoncé lundi 5 décembre 2022 faire appel de sa suspension par l'Ordre des médecins, pour "fautes déontologiques", après avoir notamment défendu un traitement à base de miel, de vitamine D et d'hydroxychloroquine contre le Covid-19.

Statue de Victor Hugo vandalisée : l’un des auteurs explique que " la couleur de peau n’était pas respectée "

Ce vendredi 25 novembre, le procureur de la République de Besançon Étienne Manteaux a convié la presse à la bibliothèque du palais de justice, suite aux dégradations commises ces derniers jours sur les statues de Victor Hugo et de "L’homme et l’enfant" pour évoquer l’interpellation de deux suspects.

Un ancien responsable de l’aumônerie universitaire de Besançon confesse des " gestes déplacés " envers une jeune femme

Aujourd’hui âgé de 81 ans et en retraite, Mgr Jean-Pierre Grallet, ancien archevêque de Strasbourg, ancien responsable de l’aumônerie universitaire de Besançon, a reconnu avoir eu des "gestes déplacés" envers une jeune femme majeure en 1985. Une enquête est ouverte par la justice pénale et la justice canonique.

Blanchiment lié à l’acquisition d’un château : l’accusé nie s’être fait passer pour mort

Une arrivée "rocambolesque" en France et une mémoire parfois sélective : le principal prévenu dans l'affaire de blanchiment liée à l'achat du château de la Rochepot, en Côte-d'Or, s'est expliqué durant la deuxième journée d'audience, tentant de se défausser sur ses co-prévenus et de brouiller les pistes, mardi 8 novembre à Nancy.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 0.48
légère pluie
le 09/12 à 21h00
Vent
1.17 m/s
Pression
1005 hPa
Humidité
92 %