Affaire Grégory : les avocats de Murielle Bolle demandent la nullité de sa mise en examen

Publié le 30/11/2017 - 12:07
Mis à jour le 30/11/2017 - 12:07

Les avocats de Murielle Bolle, personnage clé de l'affaire Grégory, vont déposer vendredi une requête visant à faire annuler sa mise en examen pour "enlèvement suivi de mort", a indiqué ce jeudi 30 novembre 2017 à l'AFP l'un d'eux, Me Christophe Ballorin.

PUBLICITÉ

Cette requête sera déposée devant la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Dijon, dont la présidente Claire Barbier instruit l'affaire. "Nous avons toute confiance dans la collégialité de la chambre de l'instruction car ce sont trois magistrats indépendants de qualité", a souligné le conseil.

La requête sera précédée d'une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) sur "la validité de la garde à vue" de Murielle Bolle en 1984, durant laquelle l'adolescente n'avait pas été assistée par un avocat, la loi ne l'imposant pas à l'époque.

La demande de nullité vise notamment "l'absence d'indices graves et concordants qui font qu'il n'y avait pas lieu de la mettre en examen" à la fin juin, estime Me Ballorin. La QPC porte quant à elle sur les "droits de la défense", "les libertés fondamentales et l'évolution du droit". "Outre la présence d'un avocat, tout gardé à vue a le droit de se taire et, pour un mineur, le droit d'être assisté par une personne de la famille", a détaillé l'avocat, pour qui "les procès-verbaux durant cette garde à vue sont nuls".

Selon lui, la cour devrait "surseoir à statuer" sur la demande d'annulation de la mise en examen, "dans l'attente d'une décision sur la QPC". "Ce sont des débats de fond que Me Jean-Paul Teissonnière et moi-même posons, on ira jusqu'en cassation", a-t-il d'ores et déjà prévenu.

Murielle Bolle, 48 ans, a été mise en examen fin juin. En 1984, elle avait accusé son beau-frère Bernard Laroche, cousin du père de Grégory, du rapt du garçon de quatre ans retrouvé mort dans la Vologne, avant de se rétracter. Jean-Marie Villemin avait tué ce dernier d'un coup de fusil en 1985. Pour l'accusation, Mme Bolle aurait changé son témoignage après avoir subi des violences familiales, ce que contestent ses avocats. Elle est soupçonnée aujourd'hui d'avoir participé à l'enlèvement de Grégory, le 16 octobre 1984, avec Bernard Laroche.

D'abord écrouée, elle a été placée sous strict contrôle judiciaire début août, avec obligation de résider dans un département éloigné de son domicile vosgien. Sa mise en examen était intervenue deux semaines après celles de la grand-tante du petit Grégory, Jacqueline Jacob, et de son époux Marcel, poursuivis eux pour enlèvement et séquestration suivis de mort, un coup de théâtre qui avait relancé cette affaire vieille de 33 ans.

Jacqueline Jacob, 73 ans, a été autorisée par la chambre de l'instruction de Dijon à rentrer chez elle le 20 novembre, trois jours après son interrogatoire par la juge d'instruction.

Marcel Jacob, toujours privé de contact avec sa femme dans le cadre de son contrôle judiciaire, doit être entendu à son tour lundi avant de demander, le 20 décembre devant la cour d'appel, à rentrer chez lui dans les Vosges. Les deux septuagénaires sont soupçonnés d'avoir été les "corbeaux" de l'affaire et d'être impliqués dans le rapt et la mort de Grégory, dans le cadre d'un "acte collectif" qu'ils contestent.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Arrêté anti-pesticide : « Plus de 100 personnes mobilisées » en soutien à Emmanuel Cretin à Besançon

Emmanuel Cretin, maire de Nans-Sous-Saint-Anne avait pris (avec le vote favorable du conseil municipal) un arrêté anti-pesticide en octobre dernier. Convoqué ce 14 novembre 2019 suite à la saisine du tribunal administratif par le Préfet du Doubs, ce dernier estime que la mobilisation ce jeudi à Besançon est une "victoire".

Affaire Maëlys : l’avocat de N. Lelandais souhaite faire annuler le témoignage d’un ex co-détenu

Me Alain Jabubowicz a demandé jeudi 24 octobre 2019 aux magistrats de la cour d'appel de Grenoble d'annuler les déclarations d'un ex co-détenu de Nordahl Lelandais à Saint-Quentin-Fallavier (Isère) selon les informations de RTL et du Parisien. L'ancien militaire lui aurait avoué avoir violé et battu à mort la petite Maëlys.

Suppression des juges selon les scores LREM : Belfort s’indigne

Dans un article paru ce mercredi 23 octobre 2019, Le Canard Enchaîné prétend qu'avec la réforme de la justice, certains postes de juges d'instruction sont menacés d'être supprimés dans plusieurs villes... Des villes où le parti de la majorité, LREM, n'a pas des bons scores, comme à Belfort. Dans la ville du Lion, on s'indigne...

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS • Les investigations concernant l'assassinat fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, dont le corps n'a jamais été retrouvé, sont terminées et la France demande l'extradition du suspect chilien Nicolas Zepeda Contreras, a indiqué jeudi 10 octobre 2019 le procureur de Besançon Etienne Manteaux, qui dévoile les détails de l'enquête (voir vidéos ci-dessous).

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 1.43
légères chutes de neige
le 18/11 à 6h00
Vent
2.7 m/s
Pression
1012 hPa
Humidité
99 %

Sondage