Amiante: 1 500 salariés d'Alstom devant les prud'hommes de Belfort pour "préjudice d'anxiété"

Publié le 07/10/2015 - 14:59
Mis à jour le 07/10/2015 - 15:06

Plus de 1 500 salariés et anciens salariés d'Alstom à Belfort demandent réparation devant les prud'hommes de Belfort pour le "préjudice d'anxiété" lié à leur exposition à l'amiante, ont indiqué leurs représentants en ce mercredi 7 octobre 2015.

alstom_logo.jpg
©as
PUBLICITÉ

"1 500 à 1 600 dossiers ont été déposés devant les prud'hommes de Belfort", qui ont entamé mardi 6 octobre 2015 l'examen de l'affaire, a expliqué à l'AFP Laurence Farey, secrétaire générale de la Fnath 90 (Fédération nationale des accidentés du travail et handicapés), à laquelle près de 1 000 dossiers ont été remis, les autres étant pris en charge par la CGT.

Indemnité pour exposition à l'amiante

Les salariés concernés demandent une indemnité pour avoir été exposés à l'amiante, interdite en France depuis 1997, en travaillant pour le groupe Alstom entre 1960 et 1985. L'audience de ce mardi a essentiellement porté sur le délai de prescription.

Selon Mme Farey, Alstom assure de son côté que le délai de cinq ans est révolu, prenant en compte la date de classement en "site amiante" d'Alstom Belfort, en 2007. Les salariés ont quant à eux mis en avant la date de 2010, correspondant au moment où la Cour de cassation a consacré le droit des anciens travailleurs de l'amiante à être indemnisés pour le préjudice dû à la crainte de contracter des maladies, parfois plus de 30 ans après leur exposition.

De plus en plus de morts

La décision sur la question de la prescription est attendue le 1er décembre 2015, avant un éventuel examen du dossier au fond. "Il y a encore plus de 100 000 morts attendus liés à l'amiante dans les années qui viennent", a expliqué mercredi Mme Farey, soulignant que parmi les personnes qui demandent la reconnaissance du préjudice d'anxiété, "certaines sont déjà malades, ont des nodules".

Alstom déjà condamné il y a quelques mois

En juillet 2015, Alstom avait été condamné à dédommager 54 ex-salariés de son site de Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis) qui demandaient également réparation au titre du préjudice d'anxiété, pour avoir été "délibérément exposés" selon eux à l'amiante au cours de leur carrière. Le conseil de prud'hommes de Bobigny avait condamné Alstom à verser la somme de 5.000 euros à chacun d'entre eux. Mettant en avant la "complexité" du dossier, l'avocate d'Alstom, Me Magali Thorne, avait alors assuré à l'audience que l'entreprise avait "pris des mesures" dès les années 1990 "contre les problèmes d'amiante".

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Arrêté anti-pesticide : « Plus de 100 personnes mobilisées » en soutien à Emmanuel Cretin à Besançon

Emmanuel Cretin, maire de Nans-Sous-Saint-Anne avait pris (avec le vote favorable du conseil municipal) un arrêté anti-pesticide en octobre dernier. Convoqué ce 14 novembre 2019 suite à la saisine du tribunal administratif par le Préfet du Doubs, ce dernier estime que la mobilisation ce jeudi à Besançon est une "victoire".

Affaire Maëlys : l’avocat de N. Lelandais souhaite faire annuler le témoignage d’un ex co-détenu

Me Alain Jabubowicz a demandé jeudi 24 octobre 2019 aux magistrats de la cour d'appel de Grenoble d'annuler les déclarations d'un ex co-détenu de Nordahl Lelandais à Saint-Quentin-Fallavier (Isère) selon les informations de RTL et du Parisien. L'ancien militaire lui aurait avoué avoir violé et battu à mort la petite Maëlys.

Suppression des juges selon les scores LREM : Belfort s’indigne

Dans un article paru ce mercredi 23 octobre 2019, Le Canard Enchaîné prétend qu'avec la réforme de la justice, certains postes de juges d'instruction sont menacés d'être supprimés dans plusieurs villes... Des villes où le parti de la majorité, LREM, n'a pas des bons scores, comme à Belfort. Dans la ville du Lion, on s'indigne...

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS • Les investigations concernant l'assassinat fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, dont le corps n'a jamais été retrouvé, sont terminées et la France demande l'extradition du suspect chilien Nicolas Zepeda Contreras, a indiqué jeudi 10 octobre 2019 le procureur de Besançon Etienne Manteaux, qui dévoile les détails de l'enquête (voir vidéos ci-dessous).

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 1.42
légères chutes de neige
le 18/11 à 6h00
Vent
2.7 m/s
Pression
1012 hPa
Humidité
99 %

Sondage