Assassinat d'un jeune homme en Haute-Saône : un couple mis en examen pour complicité

Publié le 23/10/2021 - 09:12
Mis à jour le 23/10/2021 - 09:12

Un homme et une femme soupçonnés d’avoir participé, en août en Haute-Saône, à l’organisation de l’assassinat d’un étudiant de 19 ans auquel ils voulaient voler environ 200.000 euros de cryptomonnaie, ont été placés en détention ce vendredi 22 octobre 2021, a annoncé le procureur.

Etienne Manteaux, procureur de la République de Besançon. © Alexane Alfaro
Etienne Manteaux, procureur de la République de Besançon. © Alexane Alfaro

Mis en examen pour "complicité d'assassinat", ils ont reconnu avoir été informés du projet de trois de leurs proches de tuer la victime, a précisé lors d'une conférence de presse le procureur de la République de Besançon, Etienne Manteaux. Ces trois proches avaient, eux, déjà été mis en examen et écroués pour"assassinat" en août dernier.

Une "séance de torture"

Le 18 août, le corps de l'étudiant, originaire de Tours, avait été retrouvé dans un étang à Planche-Bas, petite commune située dans l'est de la Haute-Saône. L'autopsie a révélé plus d'une vingtaine de coups de couteau au niveau du cou et du torse, dont aucun n'a été mortel, ce qui permet d'envisager "une séance de torture", selon le magistrat. L'étudiant est finalement mort noyé, après avoir été jetée dans l'étang, encore agonissant.

200.000 euros en cryptomonnaie

D'après les investigations de la section de recherches de la gendarmerie de Besançon, ce passionné d'informatique avait "créé un logiciel pour boursicoter dans le domaine des cryptomonnaies", a précisé le commandant Yves Raguin. Il avait révélé à son compagnon, un homme de 32 ans domicilié à Montbéliard (Doubs), avoir amassé environ 200.000 euros en cryptomonnaie, dont des bitcoins. Ce dernier en avait informé à son frère jumeau et sa femme, domiciliés en Haute-Saône, qui hébergeaient deux jeunes de leur famille à la personnalité fragile, âgés de 18 et 23 ans.

Lors de la découverte du cadavre, le compagnon trentenaire avait d'abord déclaré aux gendarmes avoir été été la cible, avec l'étudiant, d'une agression homophobe, avant d'admettre lors de sa garde à vue avoir participé à l'assassinat, avec les deux jeunes de 18 et de 23 ans.

Le trio a reconnu son implication, "même si personne n'assume avoir donné les coups de couteau", a souligné le procureur.  Et les suspects ont finalement révélé que le frère jumeau et sa femme les avait aidés à préparer le crime.

Ces cinq individus aux revenus modestes avaient déjà déterminé la répartition du butin à venir. Ils auraient par ailleurs fomenté une première tentative d'assassinat qui a échoué la veille du crime. Ils étaient connus de la justice pour des délits mineurs et la femme du groupe, qui avait ouvert un compte en ligne avant l'assassinat, a déjà été condamnée pour des escroqueries, selon M. Manteaux.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Chute mortelle à Besançon :  la version des policiers et du gérant de la discothèque corroborée par l’enquête

L'enquête sur les circonstances de la chute mortelle d'un jeune homme fin juillet à Besançon, après une altercation devant une discothèque, corrobore les dires des policiers et du gérant de l'établissement lancés à sa poursuite et qui nient toute responsabilité dans  son décès, a indiqué le parquet de Besançon.

Tribunal administratif de Besançon : la médiation devient obligatoire dans certains contentieux

Depuis 2017, le recours au juge administratif n’est pas la seule forme de résolution des conflits ni nécessairement la plus adaptée. La médiation préalable, moins onéreuse, plus rapide et plus discrète, a fait ses preuves en permettant de régler de nombreux conflits ces cinq dernières années. Elle devient obligatoire dans certains contentieux. Thierry Trottin, président du tribunal administratif de Besançon, nous en parle.

Justice : l’enregistrement sonore ou audiovisuel d’une audience au tribunal est désormais possible, mais…

Depuis la loi du 22 décembre 2021, toute personne a le droit de filmer ou enregistrer une audience dans un tribunal, à condition de remplir plusieurs critères et pas des moindres… Thierry Trottier, président du tribunal administratif de Besançon nous en parle.

 Tribunal administratif de Besançon : un délai de jugement qui jamais été aussi court…

Le président du tribunal administratif de Besançon, Thierry Trottier, a présenté ce mardi 5 juillet les chiffres de l’année 2021 et du premier semestre 2022. Pas moins de 2.111 nouvelles requêtes y ont été traitées en 2021, un chiffre en hausse par rapport à 2020, mais en recul par rapport aux années précédentes principalement en raison de la crise sanitaire. Le tribunal administratif de Besançon peut se targuer de juger les affaires plus rapidement qu’au niveau national soit 7 mois et 12 jours.

Suisse : trois motards des Bandidos incarcérés

Un tribunal suisse a envoyé ce jeudi 30 juin 2022 en prison trois membres de la bande de motards des Bandidos pour des faits survenus lors d'un violent affrontement les opposant aux Hells Angels et leurs alliés les Broncos.
 

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 24.67
peu nuageux
le 11/08 à 21h00
Vent
2.8 m/s
Pression
1014 hPa
Humidité
46 %

Sondage