Assises : René Wetzel condamné à 18 ans de réclusion

Publié le 17/06/2011 - 08:36
Mis à jour le 17/06/2011 - 08:36

L’homme de 52 ans a été reconnu coupable de l’assassinat de Philippe Courrois à coup de barre de fer en plein jour le 22 octobre 2008 à un rond pint du centre-ville d’Audincourt. Les jurés ont retenu la préméditation. Les avocats de l’accusé vont faire appel.

PUBLICITÉ

René Wetzel avait-il prémédité son geste ? C’est le débat qui a opposé la partie civile et la défense lors de ce procès devant les Assises du Doubs depuis mardi. Pour la défense, René Wetzel voulait s’en prendre à la voiture de sa victime. Un sourire narquois et tout aurait dérapé. Mais pour l’avocate générale Thérèse Brunisso « la sauvagerie » avec laquelle René Wetzel a agit en s’acharnant sur la tête de sa victime prouve la volonté de tuer. L’homme s’était ensuite enfui chez sa maitresse en Charente-Maritime. Elle requiert entre 16 et 18 ans de prison et 10 ans de suivi socio-judiciaire. Les jurés l’ont suivi.

 Les avocats de René Wetzel ont immédiatement décidé de se pourvoir en appel. 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Frédéric Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire, le parquet fait appel

Frédéric Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire, le parquet fait appel

MIS A JOUR • Le docteur Frédéric Péchier, anesthésiste à Besançon mis en examen jeudi 16 mai 2019 pour dix-sept nouveaux cas d'empoisonnements présumés de patients. Il a été laissé libre sous contrôle judiciaire, contrairement à la demande du procureur de la République, ont indiqué vendredi vers 3h du matin ses avocats. Le parquet a fait appel de cette décision.

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

Mise à jour à 21h •  30 mois d'enquête, 1.300 procès verbaux, 60 cas suspects. Le procureur de Besançon a tenu une conférence de  presse à l'issue des 48h de garde à vue du Dr Péchier. L'anesthésiste de Besançon doit être mis en examen pour "empoisonnement sur personne vulnérable" dans 17 nouveaux cas dont sept mortels sur des patients de 4 à 80 ans. Le parquet a requis un placement en détention provisoire. 

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

La garde à vue de l'anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, mis en examen en 2017 pour sept empoisonnements et interrogé sur une cinquantaine d'autres incidents médicaux suspects, a été prolongée mercredi pour 24 heures supplémentaires, a annoncé le parquet de Besançon. Randall Schwerdorffer, un des avocats du médecin a déclaré que son client restait sur la même ligne de défense et nie toute implication "de près ou de loin" dans un empoisonnement.

«Une cinquantaine» de nouveaux cas d’empoisonnements par l’anesthésiste sont suspectés

«Une cinquantaine» de nouveaux cas d’empoisonnements par l’anesthésiste sont suspectés

Un médecin-anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, déjà mis en examen pour sept empoisonnements, a été placé en garde à vue ce mardi 14 mai 2019 matin dans les locaux de la police judiciaire de la ville pour être interrogé sur «une cinquantaine» d'autres cas, a-t-on appris de source proche du dossier.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 8.98
nuageux
le 24/05 à 0h00
Vent
1.08 m/s
Pression
1016.31 hPa
Humidité
92 %

Sondage