Atteint de myopathie, un homme de 40 ans réclame le droit de fumer du cannabis

Publié le 27/06/2013 - 20:37
Mis à jour le 27/06/2013 - 20:39

La cour d’appel de Besançon a mis en délibéré au 11 juillet jeudi sa décision concernant un myopathe qui réclame le droit de fumer du cannabis à des fins thérapeutiques. Dominique Loumachi, 40 ans, a été condamné en première instance à 300 euros d’amende avec sursis pour « usage et détention de stupéfiants » par le tribunal correctionnel de Belfort. A Besançon, l’avocat général a requis jeudi la confirmation de cette peine.

Atteint de myopathie depuis l'enfance, Dominique Loumachi demande à la justice de reconnaître que l'usage du cannabis est pour lui une "nécessité".  "Je suis malade et je demande juste le droit à un usage thérapeutique du cannabis, pas la légalisation", a-t-il déclaré à l'issue de l'audience, prévenant qu'il était prêt à aller, si nécessaire, "jusqu'à la Cour européenne des droits de l'homme".

Son avocat, Me Jean-Charles Darey, a plaidé la relaxe en s'appuyant sur un arrêt de la cour d'appel de Papeete (Polynésie française) du 27 juin 2002 et une décision du tribunal correctionnel de Bourges du 13 avril 2011, relaxant des patients utilisant du cannabis pour calmer leurs douleurs.  L'usage thérapeutique du cannabis "est un problème de société et le
législateur est en train de faire évoluer la législation sur les stupéfiants" a-t-il dit. Me Darey a aussi fait état de la publication l'année passée d'un"décret permettant à la France d'importer des produits pharmaceutiques qui contiennent du cannabis".

Dans son ordonnance, le Dr François Ziegler, chef de service de neurologie de l'hôpital de Belfort-Montbéliard, stipule que Dominique Loumachi souffre de "douleurs neurologiques pour lesquelles du cannabis peut être bénéfique en traitement adjuvant de la douleur".

(source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Fromagerie Mulin : le juge des référés maintient la consignation d’1.5 million d’euros

Le 22 novembre 2023, la société Mulin a demandé au tribunal l'annulation de l'arrêté préfectoral la rendant redevable d'une somme d'1.5 million d'euros consignée et destinée à financer la mise aux normes de sa station d'épuration. Le tribunal administratif de Besançon a finalement tranché et ne s'opposera pas à l'arrêté.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 9.11
couvert
le 25/02 à 12h00
Vent
4.29 m/s
Pression
1005 hPa
Humidité
58 %