Cabinets Proxidentaire : une mise en examen après 76 plaintes

Publié le 08/10/2021 - 09:05
Mis à jour le 08/10/2021 - 09:05

Le trésorier de deux centres de soins dentaires low cost en Bourgogne-Franche-Comté a été mis en examen après le dépôt de 76 plaintes de patients dénonçant mauvais traitements, mutilations et abus financiers, a indiqué jeudi 7 octobre le parquet.

 © Proxidentaire Belfort
© Proxidentaire Belfort

Le trésorier des centres Proxidentaire de Belfort (Territoire-de-Belfort) et Chevigny-Saint-Sauveur (Côte-d'Or) est soupçonné de "tromperie ayant entraîné un danger pour la santé, complicité d'exercice illégal de chirurgien dentiste et abus de confiance", a précisé en conférence de presse le procureur de la République à Dijon, Olivier Caracotch.

Cette mise en examen fait suite à l'ouverture, ce même jour, d'une information judiciaire des mêmes chefs à la suite du dépôt de 76 plaintes de patients.

L'enquête concerne notamment les "conditions d'hygiène des locaux et des ustensiles ainsi que les qualifications des personnels", selon le procureur. L'instruction se penchera également sur des accusations d'encaissement de chèques, d'un montant total de 200.000 euros, pour des soins non réalisés et sur l'absence de diplômes pour certains dentistes.

Arrachage de dents sans anesthésie, dentiers blessants et mutilations

Les clients de Proxidentaire, réunis dans un collectif, dénoncent depuis des mois des mauvais traitements - arrachage de dents sans anesthésie, dentiers blessants et mutilations.

L'Agence régionale de santé (ARS) Bourgogne-Franche-Comté a de son côté annoncé la fermeture définitive des deux centres, après la suspension de leur activité intervenue en juin et juillet.

L'ARS considère que l'association Proxidentaire n'est "pas en mesure d'assurer une gestion des centres garantissant la préservation de la santé publique".

L'affaire n'est pas sans rappeler le scandale des centres dentaires low cost Dentexia, il y a plus de cinq ans, dans lequel des milliers de patients s'étaient plaints d'avoir été mal soignés ou abandonnés en cours de traitement.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Éclatements de pneus Goodyear : de nombreuses données informatiques saisies lors des perquisitions

"De nombreuses données informatiques" ont été saisies lors de perquisitions menées chez le géant américain du pneumatique Goodyear, "qui vont pouvoir être exploitées par les enquêteurs", a déclaré jeudi 16 mai 2024 le procureur de la République de Besançon, après l'éclatement de pneus de camions à l'origine d'accidents mortels.

Journée prison morte : mobilisation des agents pénitentiaires après l’attaque mortelle d’un convoi

L’intersyndicale appelle ce mercredi 15 mai à un blocage national après l’attaque d’un convoi pénitentiaire hier dans l’Eure dans laquelle deux agents sont morts et trois autres ont été gravement blessés. Une minute de silence sera également observée à 11h. 

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Éco-quartier : le tribunal administratif rejette le recours introduit par Les Jardins des Vaîtes

L’association demandait l’annulation de la décision par laquelle la présidente de Grand Besançon Métropole a refusé d’inscrire à l’ordre du jour du conseil communautaire l’abrogation partielle du plan local d’urbanisme de la commune de Besançon, a-t-on appris jeudi 11 avril 2024.

Maltraitance animale dénoncée par L214 : un employé d’abattoir condamné à du sursis dans l’Yonne

Un employé d'un élevage de porcs de l'Yonne a été condamné jeudi 11 avril 2024 à 1.000 euros d'amende avec sursis pour "mauvais traitement envers un animal" après la dénonciation par l'association L214 de "sévices" incluant l'agonie d'une truie assommée à coups de masse.

Daval : le procureur requiert la relaxe pour les faits de dénonciation calomnieuse

Lors du procès pour dénonciation calomnieuse de Jonathan Daval, qui purge actuellement une peine de prison de 25 ans de prison pour le meurtre de son épouse Alexia en 2017, à l’encontre de son ancienne belle-famille, le procureur de la république Étienne Manteaux a finalement requis la relaxe mercredi 10 avril 2024 au tribunal correctionnel de Besançon. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 12.85
légère pluie
le 21/05 à 21h00
Vent
3.33 m/s
Pression
1011 hPa
Humidité
86 %