Chocolaterie de Bourgogne en redressement judiciaire : 310 emplois menacés

Publié le 29/10/2014 - 14:05
Mis à jour le 29/10/2014 - 14:09

Chocolaterie de Bourgogne, qui emploie 310 personnes à Dijon, a été placée en redressement judiciaire, a-t-on appris mercredi 29 octobre 2014 auprès du tribunal de commerce et du président de l’entreprise, confirmant une information du Bien Public.

 ©
©

"Nous espérons quitter le purgatoire relativement vite", a déclaré à l'AFP Philippe de Jarcy qui n'envisage pas de suppressions de postes "en l'état actuel": "les solutions traditionnelles qui consistent à licencier 100 personnes ne marchent pas dans le cas présent. Nous avons plus de travail chaque jour". Actuellement, 310 personnes travaillent en CDI et CDD sur le site dijonnais de l'entreprise.

Placée en redressement judiciaire mardi par le tribunal de commerce de Dijon pour une durée de six mois, Chocolaterie de Bourgogne doit combler un trou d'entre "cinq et six millions (d'euros) de besoin de fonds de roulement (BFR)" entre fin octobre et la fin du premier trimestre 2015, a précisé le dirigeant. "Nous avons généré 86 millions d'euros de contrats supplémentaires dont 56 sont documentés (...) ces contrats nous amènent à un équilibre financier à partir de la fin du premier trimestre 2015", a-t-il assuré. Avec deux investisseurs étrangers, il avait repris et transformé en 2012 l'usine dijonnaise du groupe suisse Barry Callebaut, numéro un mondial du chocolat industriel, en une nouvelle entité, Chocolaterie de Bourgogne.

M. De Jarcy a mis en avant "le retard dans la mise en place d'une directive européenne qui prévoit un nouvel étiquetage (dans l'agroalimentaire) à partir du 1er janvier 2015" pour expliquer les difficultés de son entreprise. Ce "retard" a généré des délais plus longs dans l'approvisionnement des emballages, perturbant la bonne exploitation du site et plongeant l'entreprise dans le rouge, selon lui. Pour en sortir avant même la fin de la période d'observation du plan de redressement judiciaire, Chocolaterie de Bourgogne mise également sur un "apport financier" de la part des pouvoirs publics et d'investisseurs privés français et européens.

Contactés, deux syndicats de l'entreprise n'ont pas souhaité réagir à la décision du tribunal de commerce. L'entreprise, dont le premier client reste Barry Callebaut, produit également pour de grandes marques et des enseignes de la grande distribution, et commercialise son propre chocolat "Prestige de Bourgogne". Chocolaterie de Bourgogne table sur un budget prévisionnel compris entre "100 et 110 millions" pour l'exercice 2014-2015.

(Source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Open Business : les prochains rendez-vous de la CCI Saône-Doubs pour répondre aux défis et enjeux de demain

La Chambre de commerce et d’industrie (CCI) Saône-Doubs a présenté mardi 20 février 2024 les trois nouvelles thématiques de son cycle de conférences baptisé Open Business. Au programme cette année, des rencontres autour des thèmes de l’intelligence artificielle, du vieillissement de la population et de la performance dans l’entreprise et le sport à Besançon, Vesoul et bientôt Montbéliard. 

“Coiffure Michel Delgrande” devient “Le 83 coiffure” au centre-ville de Besançon

Loïc, coiffeur depuis 24 ans dans le salon Michel Delgrande, situé au 83 rue des Granges à Besançon, a eu envie de nouveauté. Jeudi 15 février 2024, après environ 34 ans sous le nom de son fondateur, le salon a finalement changé d’identité pour devenir "le 83 coiffure". Pour autant, cette nouveauté ne tend pas à oublier le passé…

En immersion dans le plus vaste chantier privé à Besançon…

Depuis quelques mois, les travaux ont démarré dans l’ancienne institution Saint-Jean du quartier Saint-Claude à Besançon dans le cadre du projet immobilier comptant 245 logements, dont 80 en rénovation, porté par le groupe SMCI : le Domaine Hugo. En ce moment, un parking souterrain de type silo de 240 places est en cours de construction… Fabrice Jeannot, président du groupe SMCI et Patrick Collard, directeur technique du groupe nous en parlent.

Bruno Le Maire abaisse à 1% la prévision de croissance 2024 et annonce 10 milliards d’euros d’économies

Le gouvernement français a nettement revu à la baisse son estimation de croissance pour 2024, de 1,4% à désormais 1%, a annoncé dimanche 18 février 2024 Bruno Le Maire, dévoilant des économies "immédiates" de 10 milliards d'euros sur les dépenses de l'Etat pour tenir les ambitions budgétaires.

Autoroutes : une hausse moyenne des prix de 3% en 2024

Les tarifs des péages sont revus chaque année au 1er février. Le ministère des Transports avait annoncé en novembre 2023 une augmentation inférieure à 3 % en moyenne en 2024, après 4,75 % en 2023 et 2 % en 2022. Plusieurs arrêtés publiés au Journal officiel du 31 janvier confirment une hausse autour de 3 % sur les principaux réseaux autoroutiers, selon service-public.fr.

Économie circulaire : plusieurs entités publiques comtoises récompensées

Chaque année, la plateforme de ventes aux enchères de matériels d'occasion Agorastore, publie les résultats de son programme "Meilleur vendeur". Parmi les 306 entités publiques et collectivités territoriales récompensées pour leur "engagement exceptionnel dans une gestion plus responsable des ressources" figurent plusieurs acteurs locaux. 

À Besançon, la pâtisserie végétale Cocoëlle déménage…

Depuis mercredi 14 février 2024, c’est dans un tout autre lieu, bien plus grand et plus lumineux que Cocoëlle a emménagé sa cuisine et sa déco. Il n’en fallait pas moins pour que Noëlle Claude, fondatrice et gérante, développe sa pâtisserie végétale ouverte en 2019, devenue incontournable à Besançon...

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 4.34
couvert
le 21/02 à 6h00
Vent
1.1 m/s
Pression
1027 hPa
Humidité
88 %