Condamnation "inédite" d'une fromagerie pour avoir pollué un ruisseau

Publié le 08/07/2022 - 12:27
Mis à jour le 08/07/2022 - 12:39

La fruitière à comté Monnin a été condamnée vendredi par le tribunal correctionnel de Besançon à 70.000 euros d'amende, dont 40.000 euros avec sursis, pour avoir pollué un ruisseau qui coulait à proximité, une condamnation "inédite", selon le parquet.

La fromagerie Monnin, qui fabrique du morbier et du comté, fromage AOP (Appellation d'origine protégée) le plus vendu en France, a été reconnue coupable du délit de "pollution générale des eaux" entre avril et mars 2021.

"C'est une audience inédite, les fromageries sont très peu contrôlées", a souligné Claire Keller, parquetière spécialisée en charge du pôle régional de l'environnement. Cette condamnation pourrait faire jurisprudence.

La société déversait directement dans le sol une partie des déchets issus de la fabrication du fromage, qui s'infiltraient dans le sous-sol calcaire karstique avant de ressortir dans le ruisseau de Bonnecreau, un affluant de la Loue.

L'alerte avait été donnée par les riverains qui avaient constaté la présence inhabituelle d'algues. Une enquête avait été ouverte, menée par l'Office français pour la biodiversité (OFB).

Le tribunal a également condamné la fromagerie à une contravention de 7.000 euros pour "violation d'un arrêté préfectoral" entre août 2019 et février 2021. Cet arrêté l'autorisait à traiter 21.000 litres de lait par jour, et quantifiait le litrage qu'elle pouvait légalement déverser dans la rivière.

Mais l'enquête a établi qu'elle en avait traité jusqu'à 33.500 litres en mai 2020. Le gérant et son fils ont par ailleurs été condamnés à verser chacun 5.000 euros d'amende, dont 3.000 euros avec sursis, pour "pollution générale des eaux" et 1.000 euros pour "violation d'un arrêté préfectoral".

La fromagerie Monnin, crée à Chantrans en 1994, près d'Ornans, emploie une vingtaine de salariés et dégage un bénéfice annuel de près de 800.000 euros.

Elle avait fait l'objet de trois mises en demeure de la préfecture du Doubs pour se mettre en conformité.

La Fédération de pêche, qui s'alarme de la pollution des rivières du Doubs, notamment réputées pour la pêche à la truite, s'était portée partie civile au titre du préjudice écologique.

(Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Un commentaire

Laisser un commentaire

Justice

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Éco-quartier : le tribunal administratif rejette le recours introduit par Les Jardins des Vaîtes

L’association demandait l’annulation de la décision par laquelle la présidente de Grand Besançon Métropole a refusé d’inscrire à l’ordre du jour du conseil communautaire l’abrogation partielle du plan local d’urbanisme de la commune de Besançon, a-t-on appris jeudi 11 avril 2024.

Maltraitance animale dénoncée par L214 : un employé d’abattoir condamné à du sursis dans l’Yonne

Un employé d'un élevage de porcs de l'Yonne a été condamné jeudi 11 avril 2024 à 1.000 euros d'amende avec sursis pour "mauvais traitement envers un animal" après la dénonciation par l'association L214 de "sévices" incluant l'agonie d'une truie assommée à coups de masse.

Daval : le procureur requiert la relaxe pour les faits de dénonciation calomnieuse

Lors du procès pour dénonciation calomnieuse de Jonathan Daval, qui purge actuellement une peine de prison de 25 ans de prison pour le meurtre de son épouse Alexia en 2017, à l’encontre de son ancienne belle-famille, le procureur de la république Étienne Manteaux a finalement requis la relaxe mercredi 10 avril 2024 au tribunal correctionnel de Besançon. 

Renforts pour la justice : combien de recrutements supplémentaires pour Besançon d’ici 2027 ?

Éric Dupond-Moretti, garde des Sceaux et ministre de la Justice, s’est rendu au tribunal judiciaire d’Annecy le 28 mars 2024 pour dévoiler la répartition des effectifs supplémentaires au sein de chaque cour d’appel et de chaque tribunal judiciaire. À Besançon, 21 effectifs supplémentaires sont prévus entre le tribunal judiciaire et la cour d'appel.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 5.09
partiellement nuageux
le 23/04 à 9h00
Vent
4.23 m/s
Pression
1017 hPa
Humidité
73 %