Covid-19 : l'accord des deux parents demandé pour vacciner les 5-11 ans

Publié le 07/01/2022 - 08:16
Mis à jour le 07/01/2022 - 08:16

L’accord des deux parents, et non plus d’un seul, va désormais être nécessaire pour vacciner les enfants de 5 à 11 ans contre le Covid-19, a indiqué ce jeudi 6 janvier 2022 le ministère de la Santé.

 © Hélène Loget
© Hélène Loget

"Désormais (...) il faut l'accord des deux parents pour vacciner les enfants", a indiqué un représentant du ministère lors d'un point avec la presse. Le ministère a par la suite précisé à l'AFP que seuls les enfants de 5 à 11 ans étaient concernés. Pour les enfants de 12 à 15 ans, l'accord d'un seul parent continue à suffire. Enfin, les adolescents de 16 ans et plus peuvent se faire vacciner sans accord parental.

Concrètement, un seul parent peut être présent lors du rendez-vous de vaccination d'un enfant de 5 à 11 ans, mais il doit être muni d'une attestation sur l'honneur selon laquelle le deuxième parent est d'accord, a précisé le ministère. Selon lui, cette nouvelle disposition fait suite à une demande du Conseil d'Etat.

La vaccination a été ouverte à l'ensemble des 5-11 ans le 22 décembre. A la date du 4 janvier, quelque 67.000 enfants de cette tranche d'âge ont reçu au moins une injection. "Ce chiffre peut sembler encore peu élevé, pour autant il augmente bien", a-t-on estimé au ministère, en relevant qu'avec un peu plus de 17.000 vaccination, mercredi avait été "la plus grosse journée de la campagne pédiatrique" de vaccination.

"La campagne de vaccination des 5-11 ans est lancée, il faut qu'elle continue sereinement, les tous derniers chiffres laissent penser qu'on entre dans une dynamique assez bonne", a-t-on commenté de même source. Selon le ministère, plus de 400 centres proposent désormais des vaccins pour les enfants, contre une centaine au moment de l'ouverture à cette classe d'âge. "Le but, c'est d'élargir rapidement ce nombre de centres", a-t-on indiqué de même source.

La vaccination des 5-11 ans se fait avec le vaccin Pfizer, mais adapté à cet âge (3 fois moins dosé). La France a reçu 1,9 million de doses et va en recevoir un million supplémentaire en janvier, pour un total de plus de 6 millions fin février.

Par ailleurs, le ministère a modifié le délai entre les deux premières injections du vaccin pour les enfants.

Si l'intervalle de 21 jours reste "optimal", il est désormais possible de prendre rendez-vous de 18 à 24 jours entre la première et la deuxième dose.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Soins dans l’Arc jurassien franco-suisse : une baisse du nombre de médecins du côté français

Dans le cadre d’un cycle de travail sur la santé, l’Observatoire statistique transfrontalier de l'Arc jurassien (OSTAJ) a publié le 27 février 2024 une nouvelle étude consacrée à l’offre de soins sur le territoire. Les chiffres reflètent particulièrement des tendances démographiques et structurelles différentes de part et d'autre de la frontière.

Une journée de sensibilisation et une exposition sur la prévention du cancer colorectal à Besançon 

Du 5 au 31 mars 2024, une exposition sur la prévention du cancer colorectal sera installée dans le hall principal du CHU de Besançon dans le cadre de Mars bleu. Une journée de sensibilisation sera également organisée le jeudi 21 mars avec une équipe pluridisciplinaire de gastro-entérologie.

Médicaments : des mesures pour anticiper les pénuries

Aider les médecins à prescrire des alternatives aux médicaments non disponibles, intensifier le bon usage des antibiotiques : le gouvernement a annoncé mercredi 21 février 2024 quelques mesures concrètes pour anticiper les pénuries.

Mars Bleu revient en Bourgogne Franche-Comté : s’il est détecté tôt, le cancer colorectal se guérit 9 fois sur 10

Tous les deux ans, les Bourguignons-Francs-Comtois de 50 à 74 ans sont invités à réaliser un test de dépistage du cancer colorectal. À l’occasion de Mars Bleu, du 1er au 31 mars 2024, campagne nationale de sensibilisation au dépistage de ce cancer, le Centre régional de coordination des dépistages des cancers (CRCDC) rappelle l’importance de réaliser ce test.

Une nouvelle salle de radiologie interventionnelle multimodale au CHU de Besançon

Le 11 décembre 2023, un premier patient a bénéficié de cette nouvelle salle au sein du CHRU de Besançon. Un véritable pas en avant dans les équipements de pointe puisque l’hôpital fait partie des dix établissements en France à avoir acquis ce dispositif d’imagerie. Quels sont les enjeux ? Nous avons fait le point avec Eric Delabrousse, chef du pôle imagerie du CHU de Besançon.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 8.49
couvert
le 02/03 à 21h00
Vent
0.56 m/s
Pression
999 hPa
Humidité
80 %