Covid-19 : un Conseil de défense pour limiter les risques à Noël

Publié le 17/12/2021 - 08:44
Mis à jour le 17/12/2021 - 09:47

Face à une cinquième vague fulgurante et un variant Omicron très contagieux en embuscade, le gouvernement réunit vendredi un nouveau conseil de défense sanitaire avant d’annoncer peut-être de nouvelles mesures d’ici les fêtes.

 © Elysee
© Elysee

Ce conseil de défense a été décidé mercredi par l’Elysée. Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal n’a alors pas exclu « de nouvelles décisions d’ici la fin de la semaine (…) pour prendre les mesures qui s’imposent ».

Il avait mentionné une accélération de la campagne vaccinale, le renforcement des contrôles aux frontières et la mise en place de recommandations pour les fêtes de famille.

Avant même la tenue de ce conseil, le gouvernement a annoncé jeudi que la France allait durcir ses conditions d'accès pour les voyageurs en provenance du Royaume-Uni afin de limiter la propagation du variant Omicron.

La validité des tests pour se rendre en France depuis le Royaume-Uni va être réduite de 48 heures à 24 heures, a précisé Gabriel Attal, et les motifs de voyage seront "limités aux résidents français et à leurs familles". Les déplacements de "tourisme ou professionnels pour des personnes qui ne sont pas résidentes en France seront limités".

Confronté à une flambée des contaminations liée au variant Omicron, le Royaume-Uni a enregistré jeudi 88.376 nouveaux cas de Covid-19 en 24 heures, un record depuis le début de la pandémie pour le deuxième jour consécutif.

"Il ne faut pas se leurrer: il y a un moment où ce variant va envahir la planète comme son prédécesseur le variant Delta", a reconnu jeudi le ministre de la Santé Olivier Véran.

"Noël en famille"

Avec cette nouvelle menace, le gouvernement redoute en fait "une vague dans la vague".

La cinquième vague causée en France par le variant Delta, déjà très contagieux, continue, elle, de déferler. Jeudi, 60.866 nouveaux cas ont été diagnostiqués alors que la veille le nombre de nouveaux cas (65.713) avait atteint un niveau sans précédent depuis début avril. Leur moyenne des sept derniers jours, plus parlante pour éviter les fluctuations quotidienne, a poursuivi sa hausse à 50.703.

Le gouvernement redoute une saturation des hôpitaux à l'approche des fêtes de fin d'année, en raison notamment de personnels en congés pendant cette période. D'autant qu'une troisième menace pèse: l'arrivée de la grippe.

Pour répondre à ces défis, le gouvernement devrait de nouveau miser sur une accélération de la vaccination et de la dose de rappel, qui pourrait protéger en partie du variant Omicron.

Réduire le délai de cinq mois entre la deuxième et la troisième dose pour aller vers quatre mois, comme d'autres pays l'ont fait, pourrait être une piste "intéressante", selon le ministre de la Santé.

"Quand toutes les personnes qui doivent être vaccinées avant le 15 janvier l'auront été, probablement qu’en janvier on peut discuter le raccourcissement de ce délai", a déclaré jeudi soir M. Véran au cours de l'émission C à Vous.

La vaccination pour tous les enfants de 5 à 11 ans devrait aussi être prochainement proposée.

Mais le sujet est sensible et le gouvernement attend encore les avis de la Haute autorité de santé (HAS) et du comité consultatif national d'éthique (CCNE). Ce dernier va être publié ce vendredi.

M. Véran a par ailleurs indiqué que les Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC) aux Etats-Unis donneraient le 21 décembre "tous les résultats en vie réelle de la vaccination chez les enfants en termes d'efficacité et d'assurance (...) qu'il n'y a pas d'effet indésirable".

La HAS et le comité d'orientation de stratégie vaccinale, "tout ce monde-là nous répond dans la semaine qui vient", a-t-il ajouté.

Plus des deux tiers (68%) des parents d'enfants âgés de 5 à 11 ans sont opposés à la vaccination des enfants, dont 47% très opposés, selon un sondage Elabe pour L'Express, BFMTV et SFR publié jeudi.

A quelques jours des fêtes, le gouvernement devrait aussi renouveler ses conseils de prudence aux Français, et recommander vaccination, tests (notamment des autotests), gestes barrières et limitation du nombre de convives à table.

Mais, les Français "fêteront Noël en famille", a promis Olivier Véran.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Covid-19 : le repli de l’épidémie se confirme selon l’agence régionale de santé

Avec un taux d’incidence en population générale désormais sous la barre des 400 cas pour 100/000 habitants, l’épidémie confirme son repli en Bourgogne-Franche-Comté selon les derniers chiffres de l'ARS Bourgogne-Franche-Comté.  Le taux de positivité des tests perd 5 points mais reste cependant élevé à près de 25%.
 

Covid-19 : le nombre de patients testés a doublé en un mois en Bourgogne-Franche-Comté  

Le nombre de tests a "de nouveau franchi" la barre des trois millions en une semaine, selon des chiffres publiés jeudi par le ministère de la Santé, sur fond de septième vague de l'épidémie de Covid-19. En Bourgogne-Franche-Comté, plus de 77.000 personnes ont réalisé un test antigénique ou PCR entre le 27 juin et le 3 juillet 2022 contre 54.000 la semaine précédente et 33.000 début juin.

Politique

Hommage aux Manouchian à Besançon : une ”instrumentalisation” du Parti communiste selon Besançon maintenant

Une cérémonie en hommage aux résistants du groupe Manouchian s’est tenue place du 8 Septembre à Besançon, organisée par le Parti communiste français et la Ville de Besançon. Pour Ludovic Fagaut (LR), chef du groupe Besançon maintenant au conseil municipal, parle d’une ”instrumentalisation à des fins partisanes”.

À Besançon, une centaine de personnes rassemblées en hommage au groupe Manouchian

Alors que le couple de résistants communistes, Missak et Mélinée Manouchian étaient panthéonisés lors d’une cérémonie d’hommage national à Paris mercredi 21 février, en même temps à Besançon, une cérémonie s’est  tenue place du 8 Septembre en présence d’une centaine de personnes.

Visas, pesticides, simplification : Gabriel Attal donne des gages aux agriculteurs avant le Salon

Un mois après le début d'un mouvement d'exaspération des paysans, Gabriel Attal a placé mercredi 21 février 2024 l'agriculture "au rang des intérêts fondamentaux" du pays, récapitulant les engagements déjà pris par le gouvernement et annonçant quelques nouvelles mesures sur les saisonniers étrangers, les pesticides et la rémunération.

Reçus à l’Elysée, FNSEA et JA attendent des “décisions claires” avant le Salon de l’agriculture

Les dirigeants des deux syndicats agricoles majoritaires, la FNSEA et les Jeunes agriculteurs (JA), ont dit attendre des "décisions claires" d'Emmanuel Macron qui les reçoit mardi 20 février 2024 dans l'après-midi à l'Elysée, à quatre jours de l'ouverture du Salon de l'agriculture à Paris.

Agriculteur : ”Le toilettage normatif ne signifie pas l’abandon de toute ambition en matière environnementale” selon le sénateur Rietmann

À l’occasion d’un débat sur l’avenir du modèle agricole français le 13 février 2024, Olivier Rietmann, sénateur LR de la Haute-Saône, a défendu une revendication nouvelle exprimée par les agriculteurs lors du récent mouvement de protestation : l’impératif de simplification administrative.

Magazine municipal de Besançon : une “propagande politique” selon L. Croizier et L. Fagaut

Suite à la parution de l’édition février/mars 2024 du magazine municipal Besançon votre ville, les élus du groupe Ensemble bisontins (Renaissance-Modem-Horizon) et du groupe LR Besançon maintenant ont exprimé leur stupéfaction, mercredi 14 février 2024, en dénonçant “le détournement du magazine de la ville à des fins de propagande politique”. Le dossier porte, ce mois-ci, sur le positionnement de la maire de Besançon, Anne Vignot, au sujet de la loi immigration. Une entrevue qui n’a pas laissé les groupe d’élus sans voix.

Pour la première fois, des Rencontres régionales du patrimoine en Bourgogne Franche-Comté

Jeudi 15 février 2024, la Région Bourgogne-Franche-Comté organise à la Cité internationale de la gastronomie et du vin, à Dijon, les premières Rencontres régionales du patrimoine, en présence de Marie- Guite Dufay, présidente de la Région, et de Nathalie Leblanc, vice-présidente à la culture et au patrimoine.

Élections européennes : plusieurs partis politiques se réunissent pour sensibiliser les jeunes à Besançon

Les élection européennes sont délaissées par bon nombre de citoyennes et de citoyens en France et à travers l’union. C’est pourquoi sept partis de gauche se réuniront pour sensibiliser les jeunes électeurs à ce temps démocratique jeudi 15 février 2024 à la faculté des lettres, rue Mégevand à Besançon.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 8.67
légère pluie
le 23/02 à 15h00
Vent
4.26 m/s
Pression
998 hPa
Humidité
66 %