Covid-19 + grippe : pourquoi l'agence régionale de Santé insiste sur la double vaccination

Publié le 24/11/2021 - 15:30
Mis à jour le 26/11/2021 - 08:07

Pierre Pribile, directeur de l'ARS BFC © Alexane Alfaro
Pierre Pribile, directeur de l'ARS BFC © Alexane Alfaro

Si le virus de la grippe saisonnière ne circule pas encore en Bourgogne Franche-Comté, celui de la Covid-19 est de plus en plus actif. L'agence régionale de santé craint la conjonction des deux épidémies et appelle à la vaccination, pour la Covid-19 (notamment la dose de rappel), mais aussi pour le virus de la grippe auprès des populations plus vulnérables.

Se faire vacciner contre la Covid-19 sans oublier le rappel, et pour les plus fragiles, contre la grippe saisonnière. Retrouver les gestes barrières. À la veille de l'hiver et avant même l'arrivée de l'épidémie de grippe, l'agence régionale de santé a souhaité adresser un message aux habitants de Bourgogne Franche-Comté afin d'éviter "la double peine" aux systèmes de santé déjà fragilisés, voire même usés par près de deux années de crise sanitaire.

"Il faut utiliser les deux cartes : gestes barrières et vaccination" Pierre Pribile

"Ce qui est recommandé, ce sont vraiment les deux vaccinations. Il s'agit là d'un véritable enjeu pour que les personnes concernées bénéficient des deux vaccins. Il n'y a pas à choisir à avoir l'une ou l'autre de ces pathologies qui peuvent conduire à des pathologies graves" insiste Pierre Pribile, directeur de l'ARS Bourgogne Franche-Comté. "On veut éviter 'effet cumulatif de l'impact hospitalier de la 5e vague Covid et celle de la grippe saisonnière qui, potentiellement, peut-être délétère". Surtout que l'immunité collective pour la grippe devrait être plus faible en raison de contaminations moindres l'an passé.

"J'ai un patient vacciné pour quatre non-vaccinés dans mon service" Pr Lionel Piroth, chef du service des maladies infectieuses au CHU de Dijon

Sur le plan sanitaire, la 5e vague de la Covid-19 est bel et bien amorcée en Bourgogne Franche-Comté avec un taux d'incidence autour de 200 et un taux de positivité de 5%. La circulation du virus devrait s'amplifier dans les semaines à venir. Et ça grimpe dans les hôpitaux : plus de 280 patients souffrent de formes graves dont 40 en soins critique.

"Aujourd'hui, dans mon service, j'ai un patient vacciné pour quatre non-vaccinés, mais ce chiffre va mathématiquement grimper" note le Pr Lionel Piroth, chef du service des maladies infectieuses au CHU de Dijon qui tient à rappeler qu'une personne vaccinée a dix fois moins de risque de développer une forme grave.

Avec la conjonction de l'épidémie de grippe qui va arriver tôt au tard durant l'hiver, le médecin ne s'"attend pas à des jours faciles"

"La Covid a tout balayé en terme de gravité. La grippe est 3 à 6 fois moins grave, mais, selon son ampleur, elle peut provoquer jusqu'à 15.000 décès par ans" souligne-t-il en insistant de ne pas la confondre avec les autres infections de l'hiver et encore moins avec la Covid. "D'où l'importance de se faire dépister pour savoir de quoi l'on souffre, car si les symptômes peuvent se recouper, les traitements eux, seront différents..."

Grippe : 680.000 bons envoyés en Bourgogne Franche-Comté

"Le vaccin contre la grippe est tétravalent contre quatre des souches les plus fréquentes. Il est administrable en même temps que le vaccin contre la Covid-19. "C'est un vaccin très bien toléré avec une efficacité entre 30 et 70 % " poursuit le Pr Piroth. Et pour tordre une idée reçue, "il est impossible d'attraper la grippe en se faisant vacciner, car il ne contient pas de particule infectante pour le faire..."

L'Assurance Maladie a envoyé par courrier 680.000 bons aux assurés de Bourgogne-Franche-Comté pour le remboursement des vaccins et des injections. Cela concerne tous les plus de 65 ans et les personnes fragiles identifiées.

Les personnes éligibles n'ayant pas reçu de bon (femmes enceintes, personnes obèses dont l'IMC est supérieur à 40) et, depuis cette année, les les aides à domicile des particuliers employeurs vulnérables, peuvent se faire éditer un bon auprès d'un professionnel de santé.

Si vous n'êtes pas dans une catégorie ciblée par l'assurance maladie, il est possible de recevoir une injection, mais le vaccin ne sera alors pas gratuit. Son coût varie de 6 et 10 €.

En attendant, l'idéal est encore de conserver les bonnes vieilles méthodes entre gestes barrières et distanciation sociale. Pierre Pribile conseille d'ailleurs le port du masque en milieu clos. "Quand bien même ce n'est pas une obligation, le port du masque est important, car lorsque l'on se retrouve à plusieurs dans une salle fermée, il y a un vrai risque accru de contamination".

Info + : le léger rebond de la vaccination

89 % des plus de 12 ans sont vaccinés en Bourgogne Franche-Comté (77,5 % en population générale)

Entre 50 et 60 % de la population éligible à la 3e dose a reçu le rappel vaccinal contre la Covid-19 en Bourgogne Franche-Comté. Avec 50.000 rappels la semaine dernière, la campagne s'accélère dans la région. C'est 40 % de plus comparé à la semaine dernière.

Les primo-injections sont également en hausse. 6.0000 habitants de la région ont reçu leur première dose la semaine dernière, c'est 25 % de plus comparé à la semaine précédente.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Des congés menstruels pour "améliorer la qualité de vie au travail"

Alors qu’aujourd’hui, en France, 1 personne menstruée sur 2 déclare souffrir de dysménorrhée (règles douloureuses) et 1 personne menstruée sur 10 est atteinte d’endométriose (maladie chronique), la CGT propose de "lever le tabou" des règles douloureuses et réclame "le congé menstruel pour les personnes menstruées qui en ont besoin" pour les personnes travaillant à la Ville de Besançon, au CCAS et à Grand Besançon Métropole.   

Baignade : l’ARS fait le point sur les risques et la qualité des eaux en Bourgogne Franche-Comté

Alors que les chaleurs sont de retour en Bourgogne Franche-Comté et que les vacances d'été ont commencé, l'Agence régionale de santé de Bourgogne Franche-Comté met en garde la population contre les risques de baignades dans des zones non surveillées et sur la qualité de l'eau. Tout ce qu'il faut savoir en cet été 2024.

L’Université de Franche-Comté recherche des patients standardisés pour les examens de médecine

Afin d’aider les étudiants en médecine à développer leurs capacités cliniques et relationnelles, l’université de France-Comté réitère sa recherche de volontaires afin de jouer le rôle de patients standardisés lors des examens des étudiants en 4e, 5e et 6e année de médecine.

La chronobiologie en nutrition analysée par Valentine Caput, diététicienne bisontine

L'OEIL DE LA DIET' • Une toute récente étude de l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) de mars 2024, vient d'établir un rapport établissant un lien entre nutrition et chronobiologie. Notre diététicienne bisontine, Valentine Caput, commente ces résultats.

Journée mondiale de solidarité pour la migraine : zoom sur le traitement de la maladie en Bourgogne – Franche-Comté

Le 21 juin 2024, comme tous les ans, c’est la journée mondiale de solidarité pour la migraine. Pour l’occasion, l’association La Voix des migraineux et l’institut de sondage Opnion Way, ont soutenu une initiative de la société pharmaceutique Pfizer. Ainsi, plus de 4.000 personnes en France ont été interrogées sur le thème des migraines, laissant apparaitre des différences selon les régions…

Un collectif régional de médecins volontaires pour réduire le temps d’attente d’un certificat de décès

Le collectif porté par l’Union régionale des professionnels de santé (URPS) médecin Libéral en Bourgogne-Franche-Comté est opérationnel depuis le début de l’année 2024. Il permet une voie de recours en cas d’absence de solution pour établir un certificat de décès. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 29.66
partiellement nuageux
le 19/07 à 15h00
Vent
2.65 m/s
Pression
1017 hPa
Humidité
54 %