Alerte Témoin

Crème solaire : vous n'avez pas les bons réflexes…

Publié le 07/08/2018 - 11:54
Mis à jour le 07/08/2018 - 11:54

Plus de neuf parents sur dix n'appliquent pas la crème solaire au bon moment à leurs enfants… et souvent sur eux-mêmes ! Voici les bons gestes pour mieux appliquer la crème solaire. Et un rappel :  l'écran total, ça n'existe pas !

Bronzage
pasja1000 / Pixabay

« 90,37% des parents n’appliquent pas au bon moment la crème solaire à leur bambin. Ils sont encore 21,34% à penser que les crèmes écran total existent vraiment. Ils sont aussi 34,61% à promener leur bébé entre 11h et 16h, aux heures les plus chaudes et dangereuses de la journée ! » selon une enquête menée par Newpharma auprès d’un panel de 1.199 parents.

L'étude réalisée en avril 2018 démontre que 39,88% des enfants de moins de trois ans ont déjà eu des coups de soleil. "À répétition, ces réactions inflammatoires de la peau augmentent de façon significative les risques de développer un cancer de la peau".

Si certains réflexes semblent bien assimilés comme le fait d'appliquer régulièrement de la crème solaire, de donner régulièrement à boire ou de placer les plus jeunes enfants sous un parasol, il apparait que certaines erreurs persistent et que nombreux sont ceux qui méconnaissent les bons réflexes.

  • 90,37% des parents n'appliquent pas au bon moment la crème solaire à leur bébé et 89,33% d’entre eux ne la renouvellent pas assez.

Il faut laisser au produit le temps de former une barrière protectrice sur la peau. Sans compter que, dans les 30 minutes qui suivent l’application, l’efficacité des crèmes solaires diminue de 90%

  • 56,74% des parents ne remettent pas de crème solaire à leur bébé quand il sort de l'eau. 

Non seulement la crème a été « rincée », mais en plus l’eau fait « effet miroir », ce qui accélère l’apparition des coups de soleil

  • 75,66% des parents ne protègent pas leur bébé des rayons du soleil au jour le jour. Ils le font principalement en vacances, à la plage…

Dès que l'on sort de chez soi, les UV agressent la peau. Et cela vaut même par temps couvert, les nuages laissant passer 80% des UV ;

  • 37,23% des parents ne choisissent pas le bon indice de protection pour protéger leur bébé du soleil.

En théorie, lorsque l’on applique une crème solaire IP30, les UVB attaquent la peau 30 fois plus difficilement que si on était sans protection. Mais pour cela, il faudrait étaler 2mg de crème par cm² de peau. Dans la pratique, qui le fait ? Donc, un indice IP30 voit souvent son efficacité réduite de moitié, voire du tiers. Raison de plus pour privilégier les produits solaires à indice de protection très élevé. Et lorsqu’il s’agit de la peau plus fragile et de la santé des tout-petits, voyez grand : optez pour une crème haute protection.

Quelques conseils

La majorité de ces recommandations sont d’usage tant à la plage qu’à la montagne, mais aussi à la plaine de jeux, à la ville ou derrière la vitre de la voiture :

  • Utiliser une crème solaire affichant l’indice maximal IP50+. À appliquer 30 minutes avant l’exposition, ensuite répéter l’opération toutes les 2 heures, voire toutes les 30 minutes en cas de fort ensoleillement
  • Rincer et sécher l’enfant quand il sort de l’eau ou qu’il a transpiré, puis lui remettre de la crème
  • Lors de toute exposition – donc y compris les petites promenades ou jeux en plein air – préférer les heures où le soleil tape le moins (avant 11h et après 16h)
  • Mettre son bébé à l’ombre, idéalement sous un parasol ou derrière un pare-soleil
  • Lui faire porter des lunettes et un chapeau de soleil
  • L’habiller de vêtements couvrants, voire anti-UV
  • Protéger son bébé de la déshydratation en le faisant boire de l’eau régulièrement et en petite quantité
  • Asseoir son bébé sur une serviette plutôt qu’à même le sable, car 20% des UV sont réverbérés par le sable.

Une liste non exhaustive,  valable aussi pour… les "grands enfants" !

Soyez le premier à commenter...

3 commentaires

Laisser un commentaire

Santé

220 professionnels du CHU formés au « retournement sur le ventre » pour les détresses respiratoires aigües

L’un des éléments importants de la stratégie thérapeutique pour les patients Covid-19 souffrant de détresse respiratoire aiguë est la pratique du décubitus ventral, la technique de "retournement sur le ventre". Ainsi, 220 professionnels volontaires suivent une formation accélérée du "Team décubitus ventral", habituellement réservée au service de réanimation.

Quand un fabricant de literie se met à produire des masques…

Pénurie de masques • Le Groupe Maliterie,  et notamment son usine de Voray-sur-l'Ognon en Haute-Saône, a répondu à l'appel du ministère pour fabriquer entre 500 et 1.000 masques de protection par jour à partir du 15 avril 2020. Les masques seront commercialisés en priorité dans le Doubs et en Haute-Saône.

Coviplasm : un essai clinique avec du plasma de patients guéris

À partir du mardi 7 avril 2020, un test va démarrer en Ile-de-France, dans le Grand-Est et en Bourgogne-Franche-Comté auprès d'environ 200 patients guéris. L'essai clinique consiste à transfuser du plasma sanguin de personnes guéries du Covid-19 vers des "patients en phase aiguë de la maladie". Le Pr Pierre Tiberghien de Besançon (EFS Bourgogne-Franche-Comté) mènera cette étude avec le Pr Karine Lacombe.

Une plateforme régionale pour mettre en lien les fabricants de matériel médical et les hôpitaux

stopcovid19.fr •

L’Agence Régionale de Santé Bourgogne-Franche-Comté et les services de l’État ont lancé  une plate-forme régionale contributive en ligne permettant d’identifier la disponibilité de matériel médical nécessaire à la prise en charge des personnes atteintes du COVID19.

Et pourquoi ne pas fabriquer votre propre masque ?

Modèle Afnor télécharger • AFNOR, Association française de normalisation (qui représente la France auprès de l'Organisation internationale de normalisation et du Comité européen de normalisation) a mis à disposition gratuitement depuis le 27 mars 2020 un référentiel pour faciliter et accélérer la fabrication en série ou artisanale d’un nouveau modèle de masque, dit « masque barrière ». L'atelier des gourdes a pris  le modèle Afnor et vous montre comment réaliser votre masque ! Envie de vous lancer à l'occasion de ce nouveau week-end de confinement ?

Témoignage : un médecin guéri du Covid-19 rend hommage aux soignantes du CHU de Besançon

Vidéos • Médecin généraliste à Salins-les-Bains, le Dr Damien Pollet a été testé positif au Covid-19 le 21 mars 2020 à l'hôpital de Lons-le-Saunier. Après une semaine ponctuée d'une importante fatigue et de fortes fièvres, il développe une forme sévère du Coronavirus. Sa saturation en oxygène diminue le samedi 28 mars. Il est alors transféré par le SAMU à l'hôpital de Besançon. Guéri, de retour chez lui depuis le 1er avril, il a décidé de rendre  hommage aux "guerrières", ces femmes qui l'ont réconforté durant la maladie...
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 8.68
ciel dégagé
le 08/04 à 0h00
Vent
1.75 m/s
Pression
1028 hPa
Humidité
72 %

Sondage

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune