Crimes et délits enregistrés par les services de sécurité en 2021 : 54 % des violences sexuelles élucidées au bout d’un an

Publié le 23/04/2023 - 18:01
Mis à jour le 23/04/2023 - 18:03

Dans un communiqué de presse daté du jeudi 20 avril, le Service statistique ministériel de la sécurité intérieure (SSMSI) a publié un rapport sur l'élucidation des crimes et des délits enregistrés par le service intérieur en 2021. Selon l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales, près de 100.628 crimes et délits avaient été recensés pour l'année 2020 en Bourgogne-Franche-Comté. Un chiffre en hausse depuis ces dernières années. 

 © Elodie R
© Elodie R

Lorsqu’un auteur présumé est identifié pour un crime ou un délit enregistré par la police et la gendarmerie nationales, ce dernier est alors considéré comme "élucidé". En 2021, les atteintes aux personnes sont bien plus souvent élucidées que les atteintes aux biens. Alors que plus de 80 % des coups et blessures volontaires sur personnes de 15 ans ou plus dans le cadre familial sont élucidés au bout d’un an, seuls 8 % des cambriolages de logements le sont. L’évolution de la part de crimes ou de délits élucidés varie selon le type d’infraction. Entre 2017 et 2021, le taux d’élucidation à 1 an des escroqueries et abus de confiance a diminué de 12 points, celui des vols avec violence a augmenté de 3 points. Enfin, la part des faits élucidés dans un délai court est plus faible pour les violences sexuelles enregistrées en 2021 que pour les autres atteintes aux personnes.

Les atteintes aux biens, souvent moins élucidées

Le taux d’élucidation des crimes et délits enregistrés par les services de sécurité est variable selon la catégorie d’infraction. Les atteintes aux biens sont moins souvent élucidées. En particulier, s’agissant des vols sans violence contre des personnes, des cambriolages de logements et des vols liés aux véhicules enregistrés en 2021, les taux d’élucidation associés ne dépassent pas 8% au bout d’un an. Les atteintes aux personnes sont plus souvent élucidées : plus de la moitié des atteintes aux personnes enregistrées en 2021 sont élucidées au bout d’un an, en particulier les homicides (74 % au bout d’un an).

Un taux en baisse pour les cas de violences sexuelles

Entre 2017 et 2021, le taux d’élucidation varie plus ou moins fortement selon la catégorie d’infraction. Alors qu’il est stable à un an pour la plupart des indicateurs, il est en baisse pour les violences sexuelles (- 6 points entre 2017 et 2021) et en nette baisse pour les escroqueries et abus de confiance (-12 points entre 2017 et 2021). Le taux d’élucidation des vols avec violence augmente de 3 points sur la période.

La part des crimes et délits élucidés dès les premiers mois après la constatation varie également selon la catégorie de l’infraction. Au sein des atteintes à la personne, les violences sexuelles sont les plus longues à être élucidées : seules 54 % des violences sexuelles enregistrées en 2021 et élucidées au bout d’un an le sont en moins d’un mois alors que 75 % le sont pour les homicides et pour les coups et blessures volontaires sur personnes de 15 ans ou plus. Pour les atteintes aux biens, les vols avec violence présentent la part des crimes et délits élucidés dans un délai court la plus importante (75 %) et les escroqueries et abus de confiance la plus faible (50 %).

Info +

Au sein du ministère de l’intérieur, le SSMSI est le service statistique en charge de la sécurité intérieure, rattaché à la fois à la police et à la gendarmerie nationales. Il compose avec l'Insee et 15 autres services statistiques ministériels le service statistique public coordonné par l’Insee.

Créé fin 2014, le SSMSI a pour mission de produire et de mettre à disposition du grand public et des services du ministère des statistiques et des analyses sur la sécurité intérieure et la délinquance.  Comme les autres membres du service statistique public, il respecte un certain nombre de règles visant à maintenir la confiance dans les informations produites et diffusées, en particulier indépendance professionnelle, fiabilité, neutralité, qualité des processus, méthodologie solide, accessibilité. Son programme de travail fait l'objet d'une concertation avec l'ensemble des utilisateurs au sein du Conseil national de l'information statistique (Cnis). Son activité est évaluée par l'Autorité de la statistique publique (ASP).

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Éco-quartier : le tribunal administratif rejette le recours introduit par Les Jardins des Vaîtes

L’association demandait l’annulation de la décision par laquelle la présidente de Grand Besançon Métropole a refusé d’inscrire à l’ordre du jour du conseil communautaire l’abrogation partielle du plan local d’urbanisme de la commune de Besançon, a-t-on appris jeudi 11 avril 2024.

Maltraitance animale dénoncée par L214 : un employé d’abattoir condamné à du sursis dans l’Yonne

Un employé d'un élevage de porcs de l'Yonne a été condamné jeudi 11 avril 2024 à 1.000 euros d'amende avec sursis pour "mauvais traitement envers un animal" après la dénonciation par l'association L214 de "sévices" incluant l'agonie d'une truie assommée à coups de masse.

Daval : le procureur requiert la relaxe pour les faits de dénonciation calomnieuse

Lors du procès pour dénonciation calomnieuse de Jonathan Daval, qui purge actuellement une peine de prison de 25 ans de prison pour le meurtre de son épouse Alexia en 2017, à l’encontre de son ancienne belle-famille, le procureur de la république Étienne Manteaux a finalement requis la relaxe mercredi 10 avril 2024 au tribunal correctionnel de Besançon. 

Renforts pour la justice : combien de recrutements supplémentaires pour Besançon d’ici 2027 ?

Éric Dupond-Moretti, garde des Sceaux et ministre de la Justice, s’est rendu au tribunal judiciaire d’Annecy le 28 mars 2024 pour dévoiler la répartition des effectifs supplémentaires au sein de chaque cour d’appel et de chaque tribunal judiciaire. À Besançon, 21 effectifs supplémentaires sont prévus entre le tribunal judiciaire et la cour d'appel.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 4.2
partiellement nuageux
le 20/04 à 3h00
Vent
1.07 m/s
Pression
1020 hPa
Humidité
99 %