Covid : des pratiques indignes dans des EHPAD de Franche-Comté dénoncées par un collectif

Publié le 15/03/2021 - 14:01
Mis à jour le 18/03/2021 - 14:34

Depuis le début de la crise sanitaire, des mesures strictes et souvent difficiles pour les résidents en EHPAD et leurs familles sont mises en place et des pratiques jugées indignes des résidents ont été constatées par des familles. Suite à ces constats, le collectif "Nos proches en EHPAD" s'est créé pour permettre aux familles de prendre leur part active avec d'autres acteurs "à la co-construction d'un soin humaniste pour la meilleure vie possible des résidents", apprend-on ce vendredi 12 mars 2021.

Depuis un an, nombre de familles de résidents en EHPAD dont certains sont en grande souffrance sont désemparées. Les visites "encadrées" délivrées au compte-goutte dans des sortes de parloirs improvisés s'ajoutent à la désorientation de résidents, privés du repère sécurisant de leur chambre. Parfois, plusieurs familles sont reçues dans la même pièce, excluant toute intimité.

C'est ce que rapporte le collectif "Nos proches en EHPAD" créé par des familles sont des aînés vivent en EHPAD. Mais ces difficultés lors des visites ne sont pas les seules.

"Des scènes insupportables"

Le collectif rapporte en exemple :

"En visite auprès de son mari, Monique essaie vainement de communiquer avec lui, mais il est sourd et a perdu son appareil auditif... alors ils se rapprochent."

Ou "Là, à 15 heures, Georges découvre son épouse alitée avec le repas de midi dans sa serviette de table. Les soignants sont désolés, ils ne savaient pas que Georges viendrait ce jour-là !"

Ou encore le cas d'une résidente atteinte de la maladie d'Alzheimer "à l'isolement pour cause de Covid, elle est enfermée à clé dans sa chambre. Elle hurlera son désespoir et tambourinera à la porte pendant plusieurs heures !"

Et "Marie-Paule F..., elle aussi souffrant de la maladie d'Alzheimer, est privée sans vergogne de sa véritable identité pendant plusieurs semaines sous le nom de « Marie F... dite Marie Paule ». Eh oui, sa carte vitale ne portait pas de trait d'union entre les deux prénoms ! Malgré un acte de naissance rétablissant la véritable identité, l'étiquette sur la porte de sa chambre indiquait encore quelques mois plus tard : Mme F... Marie, où...Paule se lisait par transparence sous le blanc à effacer !"

"Ces scènes insupportables illustrent ce qui doit cesser" affirme le collectif : "le manque d'informations aux familles y compris par téléphone, les traitements proches de la maltraitance, le mépris des familles considérées comme irresponsables, et illégitimes à s’exprimer, l’insuffisance en effectifs et de formation du personnel, le manque de légitimité démocratique et de considération des instances de représentation des résidents : conseil de vie sociale (CVS) et commission des usagers (CDU) lorsqu’il s’agit d’une unité de soins de longue durée (USLD), l'absence d'intérêt pour l'histoire de la personne qui ne peut plus s'exprimer, l'arrêt des animations et des sorties en extérieur depuis un an, etc."

Et de lancer : "Le « quoi qu'il en coûte » doit franchir la porte des EHPAD."

La vaccination pour espérer secrètement un retour à "la vie d'avant" mais…

Le collectif "Nos proches en EHPAD" évoque également la vaccination qui a reçu l'adhésion d'un très grand nombre de résidents et de familles "avec très certainement le secret espoir de retrouver la « vie d'avant » sitôt la fin de la campagne." Si tel est bientôt le cas avec des aménagements envisagés par certains établissements, le collectif dénonce le fait que d'autres annonceraient déjà que "rien ne changera et menacent."

Un collectif ouvert

Partageant ces constats, plusieurs membres de familles ayant des résidents dans au moins sept EHPAD en Franche-Comté se sont réunis pour constituer le collectif "Nos proches en EHPAD". Pour eux, "l'équilibre de la vie en EHPAD suppose l'interactivité entre les quatre partenaires inséparables que sont : les résidents, les familles, les institutions et les soignants. À défaut d'effectifs suffisants et qualifiés, les soignants le plus souvent exemplaires sont soumis à des conditions de travail très difficiles. On leur doit une reconnaissance toute particulière."

Le collectif se fixe l'objectif de "permettre aux familles de prendre leur part active avec les autres acteurs, à la co-construction d'un soin humaniste pour la meilleure vie possible des résidents."

Il s'ouvre à toute personne ayant un membre de sa famille en EHPAD et souhaitant œuvrer dans ce sens en le contactant à nosprochesenehpad@laposte.net

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Covid-19 : les derniers indicateurs ne sont pas bons (non plus) en Bourgogne-Franche-Comté

Le taux d'incidence dépasse désormais les 300 cas pour 100.000 habitants en Bourgogne-Franche-Comté avec un taux de positivité des tests désormais à 6 %. Le Jura connaît toujours le taux d'incidence le plus élevé (448 cas pour 100.000 habitants) devant le Doubs (375) et le Territoire de Belfort (315). Les hospitalisations sont aussi en augmentation.

Omicron : les personnes vulnérables non vaccinées doivent éviter de voyager

lors que le nouveau variant Omicron suscite toutes les inquiétudes, l’Organisation mondiale de la santé a dévoilé de nouvelles recommandations, mardi 30 novembre. Les personnes à risque non vaccinées contre le Covid-19, y compris les plus de 60 ans ou celles ayant des comorbidités (maladie cardiaque, cancer et diabète), doivent éviter de voyager dans les zones où la transmission locale du coronavirus existe.  

Huit cas possibles au variant Omicron en France. Les ministres de la Santé du G7 se réunissent à Londres

Alors qu'en France huit cas possibles au variant Omicron du Coronavirus ont été détectés, les ministres de la Santé du G7 sont attendus en urgence à Londres ce lundi 29 novembre, face à l’inquiétude suscitée par ce nouveau variant. Une mutation qui continue à se propager à travers le monde malgré les fermetures de frontières. Les ministres de la Santé de la France, des États-Unis, du Canada, d’Allemagne, d’Italie, du Japon et du Royaume-Uni se retrouvent pour discuter de l’évolution de la situation sur Omicron, lors d’une réunion d’urgence.

Large oui des Suisses au pass Covid

En pleine cinquième vague et alors qu'un cas probable du variant omicron aurait été détecté, une large majorité de Suisses ont approuvé dimanche la loi ayant permis d'instaurer le pass Covid, lors d'un vote marqué par une Alors que la police craignait des manifestations, seuls quelques dizaines d'opposants à la loi Covid se sont rassemblés devant le siège du gouvernement et du parlement à Berne, placé sous haute sécurité et entouré d'une clôture grillagée. au terme d'une campagne électorale houleuse.

Société

« Évasion d’un détenu dangereux d’une maison d’arrêt » : exercice de sécurité pour les élèves de l’académie de Besançon

De façon régulière, les élèves et l’ensemble de la communauté éducative de l’académie de Besançon sont confrontés à un exercice académique d’entrainement au risque attentat-intrusion. Un nouvel exercice a été déclenché ce jeudi 2 décembre à 9 h 52 afin de tester la chaine d’alerte entre les structures scolaires, les directions des services départementaux de l'Éducation nationale (DSDEN) et le rectorat.

Large oui des Suisses au pass Covid

En pleine cinquième vague et alors qu'un cas probable du variant omicron aurait été détecté, une large majorité de Suisses ont approuvé dimanche la loi ayant permis d'instaurer le pass Covid, lors d'un vote marqué par une Alors que la police craignait des manifestations, seuls quelques dizaines d'opposants à la loi Covid se sont rassemblés devant le siège du gouvernement et du parlement à Berne, placé sous haute sécurité et entouré d'une clôture grillagée. au terme d'une campagne électorale houleuse.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 0.25
nuageux
le 02/12 à 18h00
Vent
0.79 m/s
Pression
1009 hPa
Humidité
98 %

Sondage