Dijon : six faucheurs d'OGM condamnés à des amendes avec sursis

Publié le 06/03/2023 - 18:35
Mis à jour le 07/03/2023 - 12:33

Six faucheurs d'OGM ont été condamnés, lundi 6 mars à Dijon, à une amende avec sursis de 800 euros chacun, pour destruction de colza supposé OGM, a-t-on appris auprès de leur avocat. Le tribunal correctionnel de Dijon a également condamné les six "faucheurs volontaires" à verser solidairement près de 11.800 euros de préjudice moral et dommages-intérêts. 

Le procureur de la République, Olivier Caracotch, avait requis une peine sous forme d'un stage de citoyenneté, regrettant que le tribunal ait été transformé en une "tribune anti-OGM". Les six hommes étaient poursuivis pour avoir détruit le 15 avril 2017, à Villy-le-Moutier (Côte d'Or), une parcelle de colza utilisée par le semencier allemand KWS pour des recherches sur les OGM, selon eux.

"Le verdict revient à légitimer les firmes semencières"

"Malgré la faible condamnation pénale, le verdict revient à légitimer les firmes semencières et leur volonté de passer en force pour imposer leurs semences OGM, au mépris des droits des paysans et des consommateurs", a réagi le Collectif des faucheurs volontaires dans un communiqué. "Les Faucheurs et Faucheuses volontaires d'OGM restent déterminés, et continueront à jouer leur rôle de lanceurs d'alerte, autant par des actions de désobéissance civile que devant les tribunaux", poursuit le collectif.

L'avocat des faucheurs, Guillaume Tumerelle, a précisé à l'AFP que ses clients "prenaient le temps de réfléchir à un appel" pour lesquels ils disposent d'un délai de dix jours. Lors de leur procès, le 14 décembre dernier, ces militants anti-OGM avaient tenté de faire le procès des semenciers, mais les victimes avaient assuré qu'ils s'étaient "trompés" affirmant que les parcelles n'étaient pas transgéniques. "Nous sommes des lanceurs d'alerte contre les OGM. La société civile les refuse massivement", s'était justifié à la barre l'un des six prévenus, Roland Essayan, déjà condamné pour des faits similaires.

"Les KWS s'accaparent les semences pour imposer leurs brevets et faire du fric"

"Les BASF, Monsanto, KWS s'accaparent les semences pour imposer leurs brevets et faire du fric", avait ajouté un autre, Nicolas Millet. Me Tumerelle avait affirmé que sur cette parcelle KWS "se cachait derrière une nouvelle technique, la mutagénèse", produisant des variétés mutées rendues tolérantes aux herbicides souvent qualifiées "d'OGM cachés", pour contourner la loi actuelle interdisant les OGM commerciaux. "Il n'y avait aucun OGM sur ma parcelle. KWS menait des recherches conventionnelles", avait répliqué le propriétaire du champ concerné, Nicolas Joigneault, assurant que, "jamais", il n'aurait accepté d'OGM.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Éco-quartier : le tribunal administratif rejette le recours introduit par Les Jardins des Vaîtes

L’association demandait l’annulation de la décision par laquelle la présidente de Grand Besançon Métropole a refusé d’inscrire à l’ordre du jour du conseil communautaire l’abrogation partielle du plan local d’urbanisme de la commune de Besançon, a-t-on appris jeudi 11 avril 2024.

Maltraitance animale dénoncée par L214 : un employé d’abattoir condamné à du sursis dans l’Yonne

Un employé d'un élevage de porcs de l'Yonne a été condamné jeudi 11 avril 2024 à 1.000 euros d'amende avec sursis pour "mauvais traitement envers un animal" après la dénonciation par l'association L214 de "sévices" incluant l'agonie d'une truie assommée à coups de masse.

Daval : le procureur requiert la relaxe pour les faits de dénonciation calomnieuse

Lors du procès pour dénonciation calomnieuse de Jonathan Daval, qui purge actuellement une peine de prison de 25 ans de prison pour le meurtre de son épouse Alexia en 2017, à l’encontre de son ancienne belle-famille, le procureur de la république Étienne Manteaux a finalement requis la relaxe mercredi 10 avril 2024 au tribunal correctionnel de Besançon. 

Renforts pour la justice : combien de recrutements supplémentaires pour Besançon d’ici 2027 ?

Éric Dupond-Moretti, garde des Sceaux et ministre de la Justice, s’est rendu au tribunal judiciaire d’Annecy le 28 mars 2024 pour dévoiler la répartition des effectifs supplémentaires au sein de chaque cour d’appel et de chaque tribunal judiciaire. À Besançon, 21 effectifs supplémentaires sont prévus entre le tribunal judiciaire et la cour d'appel.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 12.89
partiellement nuageux
le 13/04 à 6h00
Vent
0.83 m/s
Pression
1029 hPa
Humidité
90 %