Doubs : 15 et 20 ans de réclusion criminelle pour un assassinat à l'arbalète et au couteau

Publié le 17/10/2020 - 08:31
Mis à jour le 17/10/2020 - 08:31

Deux jeunes hommes ont été condamnés à 15 et 20 ans de réclusion criminelle vendredi 16 octobre 2020 par la cour d’assises du Doubs pour avoir assassiné Ion Matovic, 21 ans, à l’aide d’une arbalète et d’un couteau, en 2017 à Maîche.

Palais de justice de Besançon © Alexane Alfaro
Palais de justice de Besançon © Alexane Alfaro

Au terme de trois jours d'audience à huis clos, la cour a suivi les réquisitions de l'avocate générale, Julie Fergane, qui a requis une peine d'emprisonnement de 15 ans pour le plus jeune, âgé de 17 ans au moment des faits, et de 20 ans pour le plus âgé, qui avait alors 20 ans.

Les deux accusés ont reconnu l'assassinat de Ion Matovic, le 4 juillet 2017 à Maîche (Doubs).

Un troisième participant, âgé à l'époque de 15 ans, a été condamné en mars dernier à 12 ans de prison par le tribunal de Montbéliard. Il avait été reconnu coupable d'avoir tiré un carreau d'arbalète dans le dos de la victime. La victime avait été retrouvée morte près d'un abribus, le corps lacéré de coups de couteau. L'autopsie avait révélé qu'un carreau d'arbalète lui avait perforé le poumon droit.

Présenté comme l'instigateur du crime, le plus âgé des accusés avait une dette de stupéfiants de 600 euros auprès de Ion Matovic. Mais d'après son avocat, Me Julien Vernet, ce n'est ni pour cette dette, ni pour prendre la place de son dealer, qu'il l'a tué. Il subissait "des pressions, des violences, des coups" de la part de ce dernier, il l'a tué car il "n'en pouvait plus, il fallait que toute cette violence s'arrête", a plaidé Me Vernet.

"Rien dans le dossier ne montre que M. Matovic était insistant", a pour sa part rétorqué le conseil de la famille de la victime, Me Jean-Baptiste Euvrard, décrivant l'accusé comme un "menteur" et un "affabulateur".

Son complice, "un adolescent à l'enfance chaotique, émaillée de violences", selon son avocate Me Nathalie Rey-Demaneuf, est l'auteur du coup de couteau mortel porté près du coeur.

"Abandonné par sa mère et livré à lui-même, il était clairement sous l'emprise" de l'organisateur de l'assassinat, sans lequel "il n'y aurait jamais eu ce drame", a assuré l'avocate.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Éco-quartier : le tribunal administratif rejette le recours introduit par Les Jardins des Vaîtes

L’association demandait l’annulation de la décision par laquelle la présidente de Grand Besançon Métropole a refusé d’inscrire à l’ordre du jour du conseil communautaire l’abrogation partielle du plan local d’urbanisme de la commune de Besançon, a-t-on appris jeudi 11 avril 2024.

Maltraitance animale dénoncée par L214 : un employé d’abattoir condamné à du sursis dans l’Yonne

Un employé d'un élevage de porcs de l'Yonne a été condamné jeudi 11 avril 2024 à 1.000 euros d'amende avec sursis pour "mauvais traitement envers un animal" après la dénonciation par l'association L214 de "sévices" incluant l'agonie d'une truie assommée à coups de masse.

Daval : le procureur requiert la relaxe pour les faits de dénonciation calomnieuse

Lors du procès pour dénonciation calomnieuse de Jonathan Daval, qui purge actuellement une peine de prison de 25 ans de prison pour le meurtre de son épouse Alexia en 2017, à l’encontre de son ancienne belle-famille, le procureur de la république Étienne Manteaux a finalement requis la relaxe mercredi 10 avril 2024 au tribunal correctionnel de Besançon. 

Renforts pour la justice : combien de recrutements supplémentaires pour Besançon d’ici 2027 ?

Éric Dupond-Moretti, garde des Sceaux et ministre de la Justice, s’est rendu au tribunal judiciaire d’Annecy le 28 mars 2024 pour dévoiler la répartition des effectifs supplémentaires au sein de chaque cour d’appel et de chaque tribunal judiciaire. À Besançon, 21 effectifs supplémentaires sont prévus entre le tribunal judiciaire et la cour d'appel.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 2.74
légère pluie
le 22/04 à 9h00
Vent
3.99 m/s
Pression
1021 hPa
Humidité
89 %