EDF et GE en discussions pour le rachat de la branche nucléaire du groupe américain

Publié le 22/09/2021 - 13:40
Mis à jour le 22/09/2021 - 14:03

 © GE Power
© GE Power

"EDF est en cours d'analyse des conditions dans lesquelles les intérêts du groupe EDF pourraient être préservés", a déclaré un porte-parole du groupe. "Il n'y a aucune certitude quant à l'aboutissement de ces travaux et discussions exploratoires", a-t-il toutefois souligné.

GE a également confirmé auprès de l'AFP l'existence de ces discussions, indiquant n'avoir "aucune certitude sur les conclusions de ces discussions".

"Je suis satisfait que les négociations soient entamées, j'appelais ce rachat de mes voeux depuis de longs mois", a déclaré  Damien Meslot, le maire LR de Belfort, ville où sont localisées les activités de GE Steam Power. "Je serai extrêmement attentif au périmètre du rachat, qu'il soit suffisamment large pour assurer la pérennité des activités et de l'emploi à Belfort".

Une annonce accueillie avec prudence

Ce sont "2.000 personnes sur 11.000 qui ont peut-être de la chance de quitter GE", a déclaré une source syndicale à l'AFP, en faisant référence aux différents plans sociaux qui se sont succédé chez General Electric ces dernières années.

"Maintenant, il faut regarder le projet industriel", a complété la même source, estimant que le rachat des activités nucléaires de GE Steam Power par l'un de ses clients "risquait" de faire perdre des contrats auprès d'autres clients, et était donc associé à un "risque de casse sociale".

GE avait lui-même racheté en 2015 la branche énergie d'Alstom, parmi lesquelles figuraient ses activités nucléaires. A l'époque, le groupe américain comptait 16.000 emplois industriels en France (hors GE Capital), selon les chiffres de la direction, et promettait d'en créer 1.000 supplémentaires. Mais en cinq ans, les effectifs sont descendus à 13.000, après des cessions d'actifs, et des réorganisations.

En décembre, GE Steam Power avait initié une nouvelle réorganisation, qui prévoyait initialement 238 suppressions d'emplois, un chiffre ramené à 144 au printemps.

En mars, le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, avait déclaré, dans les colonnes de l'Est Républicain, rechercher "une solution française pour les turbines Arabelle", produites par GE. "Cette solution permettra de sécuriser cet actif unique, les compétences qui vont avec et qui sont indispensables à notre avenir énergétique".

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

SIS recherche un agent de sécurité (H/F)

OFFRE D'EMPLOI • Entreprise spécialisée dans la production d’articles de maroquinerie, SIS apporte son savoir-faire et son expertise du travail du cuir à ses clients partenaires, présents sur les secteurs de la maroquinerie et de l’horlogerie. L’entreprise familiale a vu son effectif passé de 300 à 1 000 collaborateurs en 9 années, pour un CA de 60 millions d’euros.

Présidentielle 2022 : la Cour des comptes veut faire entendre sa voix avant la présidentielle

Inédites dans leur format - une quinzaine de pages - ces notes se veulent "synthétiques et pédagogiques", et s'inscrivent dans la stratégie de "modernisation" de la Cour, a défendu son premier président Pierre Moscovici, lors d'une présentation à la presse. La Cour veut ainsi se positionner "en amont des grands débats démocratiques", à six mois des élections présidentielle et législatives.

Rachat de Flowbird (ex-Parkeon) : la maire de Besançon à la rencontre des salariés bisontins

Pour la cinquième fois en moins de 20 ans, la société française Flowbird (ex-Parkeon) va être rachetée pour plusieurs millions d'euros. A Besançon, il s'agit du premier employeur privé. Les salariés, inquiets, ne savent pas encore les conditions de ce rachat. Ils se sont rassemblés une nouvelle fois devant l'entreprise ce jeudi matin. La maire Anne Vignot a rencontré les représentants syndicaux.

A Belfort, Montebourg juge les limitations de l’UE « incompatibles » avec son « Made in France XXL » 

Le candidat ex-PS à l'Elysée Arnaud Montebourg a estimé mercredi 20 octobre à Belfort que les limitations imposées par l'Union européenne (UE) étaient "incompatibles" avec les mesures qu'il souhaite mettre en place pour "reconstruire" l'industrie française et faire du "Made in France de taille XXL".

Montagne du Haut-Doubs : une stratégie pour affronter le changement climatique

Depuis 2015, le Syndicat Mixte du Mont d’Or est confronté à la problématique d’adaptation à la transition climatique. Lanceur d’alerte suite à la publication d’une étude météorologique démontrant un scénario peu propice à la poursuite du ski alpin dès 2035-40, le SMMO a décidé de faire front et de penser aujourd’hui la montagne de demain…
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 8.21
légère pluie
le 26/10 à 3h00
Vent
1.53 m/s
Pression
1023 hPa
Humidité
100 %

Sondage