Elle voulait tuer son petit-fils par vengeance : 10 ans de réclusion

Publié le 28/09/2011 - 10:17
Mis à jour le 28/09/2011 - 10:17

Les jurés des assises du Doubs ont rendu leur verdict mardi soir et ont condamné la grand-mère d’origine bulgare à 10 ans de prison. Kina Nikova a toujours reconnu son geste sans véritable émotion. Elle dit vouloir finir ses jours en prison.

« Son geste est monstrueux mais ce n’est pas un monstre. Elle ne veut pas qu’on la regarde comme une sorcière » Déclaration de Me Weiermann, l’avocate de la défense.

En août 2009,  la grand-mère avait entrainé son petit-fil de 13 ans dans le grenier pour le poignarder. Un acte prémédité. Le garçon avait réussi à s’enfuir. Arrivée en 2007, ses relations avec sa belle-fille se sont aggravées au fil des mois jusqu’au jour où le couple décide de lui  achèter  un billet d’avion pour son retour en Bulgarie. Elle décide alors de se venger. 

Ne regrettant en rien son geste, elle explique avoir voulu faire souffrir sa belle fille en ôtant la vie de l’adolescent :  « Si je n’ai plus de fils, tu n’auras plus de fils ! »

Le procureur a recquis 12 ans de réclusion pour tentative d’assassinat. Elle en écope de dix. « Je souhaite m’excuser auprès du peuple français qui me permet d’être nourrie et logée en prison, où je me trouve bien… » a-t-elle déclarée mardi en fin d’audience. Après l’annonce du verdict, elle a rejoint la prison de Dijon… 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Attaque de Rambouillet : le suspect souffrait d’une dépression

L'attaque meurtrière vendredi contre une fonctionnaire de police au commissariat de Rambouillet dans les Yvelines a replacé samedi 24 avril la menace terroriste au sommet de l'agenda politique, avec une réunion de crise à Matignon et la visite d'Emmanuel Macron auprès de la famille de la victime.

Affaire Péchier : l’anesthésiste n’a pas « les traits d’un tueur en série » selon une contre-expertise psychiatrique

D'après les conclusions d'un rapport confidentiel publiées par le Journal du Dimanche le 11 avril 2021, la contre-expertise psychiatrique de Frédéric Péchier, anesthésiste soupçonné d'avoir empoisonné volontairement 24 patients à Besançon entre 2008 et 2017, ne révèle pas "les traits d'un tueur en série" dans sa personnalité.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 17.22
couvert
le 09/05 à 21h00
Vent
1.64 m/s
Pression
1004 hPa
Humidité
30 %

Sondage