Engorgement des urgences : l’ARS invite à contacter un médecin ou le 15 en première intention 

Publié le 06/04/2022 - 11:33
Mis à jour le 09/04/2022 - 09:40

Dans un contexte épidémique toujours marqué par une double circulation intense de la COVID-19 et de la grippe, les urgences des établissements de santé sont fortement sollicitées. Ce mois d’avril 2022, l’Agence régionale de la santé de Bourgogne Franche-Comté (ARS) invite les patients à consulter leur médecin traitant en première intention ou à composer le 15 pour être bien orientés.

"L’arrivée tardive de l’épidémie de grippe et le net rebond de l’épidémie de COVID conduisent à des tensions sur la prise en charge hospitalière, en particulier dans les services d’urgences", explique l’ARS en indiquant qu’en "respectant quelques règles simples" dans les modalités de recours aux soins, "chacun peut agir pour éviter la saturation de ces services et permettre aux professionnels qui y exercent d’assurer leurs missions dans de meilleures conditions".

Le médecin en première instance 

Afin d’éviter l’engorgement des urgences, l’ARS rappelle l’importance du médecin traitant qui tient, selon elle, un "rôle pivot". 

Les patients sont donc invités à le contacter en journée et à solliciter le 15 la nuit ou le week-end en cas d’urgence : "Cet appel préalable permet, grâce à la régulation assurée par des médecins, de bien orienter chacun en fonction de son besoin de prise en charge", est-il précisé.

Ainsi, suivant l’analyse médicale de la situation, le patient pourra soit de bénéficier de conseils médicaux au téléphone, soit être dirigé vers le médecin de garde (ou vers les urgences d’un établissement de santé), soit être pris en charge sur place par une équipe médicale.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Cernés par le sucre ? Valentine Caput fait le point sur la présence du sucre dans les produits

Une toute récente étude de l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) de mars 2024, vient de livrer ses conclusions concernant l’utilisation de sucres ou de produits sucrants dans quelques 54.000 produits alimentaires transformés de consommation courante. Notre diététicienne bisontine, Valentine Caput, commente ces résultats pour le moins vertigineux...

Pour une “école promotrice de santé”, les académies de Bourgogne Franche-Comté et l’ARS signent une convention

Pour renforcer la coordination entre ARS et rectorats de la région académique, au service de la santé des élèves de Bourgogne-Franche-Comté, Nathalie Albert-Moretti, rectrice de la région académique et de l’académie de Besançon, Pierre N’Gahane, recteur de l’académie de Dijon, et Jean-Jacques Coiplet, directeur général de l’ARS, ont signé une convention de partenariat, ce lundi 15 avril, à Dijon, dans les locaux de l’Agence Régionale de Santé.

Numérique en santé : l’Europe consolide son soutien à la plateforme régionale eTICSS

Au cœur de la stratégie e-santé en Bourgogne Franche-Comté, eTICSS est l’outil clé de la transformation numérique des parcours de santé dans la région. Dans un communiqué daté du 3 avril 2024, la Région Bourgogne-Franche-Comté annonce avoir mobilisé 10,5 millions d'euros de financements européens pour la seconde phase du projet numérique.

L’ARS Bourgogne-Franche-Comté se mobilise pour attirer et fidéliser les professionnels de santé

L’agence régionale de santé (ARS) Bourgogne-Franche-Comté anime depuis un an, avec ses partenaires, un plan de mobilisation en faveur des métiers du social, du médico-social, et de la santé. Les mesures concrètes, de l’orientation à l’emploi, sont d’ores et déjà nombreuses. On fait le point.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 7.1
légère pluie
le 19/04 à 12h00
Vent
5.83 m/s
Pression
1019 hPa
Humidité
79 %