Epilepsie : une fillette de dix ans privée de colonie de vacances

Publié le 30/06/2011 - 07:58
Mis à jour le 30/06/2011 - 07:58

« Pas de trève estivales pour la discrimination », estime l’’Association Enfance Epilepsie Franche-Comté qui s’élève contre « le refus injuste d’accueil en colonie de vacances d’une enfant atteinte d’épilepsie ».  La petite fille de dix ans s’imaginait déjà profiter d‘une semaine en colonie avec ses frère et soeur au centre Rougemont loisirs, comme les deux étés précédents.  Malheureusement, elle n’aura pas cette chance cette année, tout simplement parce qu’elle est atteinte d’épilepsie.

Selon l’association, « le centre Rougemont Loisirs ne souhaite pas accueillir cette enfant dans ses locaux sous prétexte de ne pas vouloir se risquer à prendre quelconque responsabilité en cas de crise, parce que la petite a présenté des signes de crise nocturne l’année précédente ». L’association est entrée en contact avec le centre de loisirs dans le but de comprendre ce refus et de faire changer d’avis la direction, en vain.

Le Réseau Dysepi de Besançon réseau ville-hôpital mis en place pour aider les enfants à mieux lutter contre les troubles de l’apprentissage et /ou l’épilepsie de l’enfant et de l’adolescent, s’est même proposé d’accompagner l’équipe du centre de loisirs afin de les former à administrer le Valium en cas de crise d’épilepsie. Cependant rien n’y fait, le Centre Rougemont Loisirs ne veut pas revenir sur sa décision.

D’où les nombreuses questions soulevées par l’assosiation. « Pourquoi cette petite fille se voit refuser l’intégration au centre de vacances pour cause de sa maladie alors que des enfants asthmatiques ou allergiques ont droit d’y séjourner, alors qu’il reste des places? Pourquoi ne pas accepter une enfant du fait qu’elle soit différente des autres ? Pourquoi ne pas laisser une chance d’intégration à cette enfant ? Autant de questions que se posent la petite fille et sa famille ».

« La décision du centre de loisirs a un impact désastreux pour la famille : au-delà des difficultés scolaires liées à l’épilepsie, les enfants atteints rencontrent de plus en plus de difficultés d’intégration liées aux discriminations. Certains clubs de sports, fédérations, associations de loisirs refusent les enfants épileptiques, quand ce ne sont pas les crèches ou les écoles », commente l’assosiation.

En France, 1% de la population est atteint d’épilepsie soit 600.000 personnes dont 350 000 enfants . En Franche-Comté, 2500 enfants sont atteints d’épilepsie à différents degrés et 800 sont suivis par le réseau Dysepi de l’Hôpital St Jacques à Besançon.

Les crises d’épilepsie sont la manifestation clinique d’une anomalie dans l’activité électrique du cerveau, comparable à un orage électrique. Elles ne s’accompagnent pas toujours de mouvements saccadés ou de convulsions mais peuvent se manifester sous diverses formes comme un regard fixe ou des gestes répétitifs involontaires.

L’épilepsie se soigne à travers un traitement et ne nécessite aucun appareillage spécifique, excepté un petit kit de Valium administrable en cas de crise prolongée.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Médicaments : des mesures pour anticiper les pénuries

Aider les médecins à prescrire des alternatives aux médicaments non disponibles, intensifier le bon usage des antibiotiques : le gouvernement a annoncé mercredi 21 février 2024 quelques mesures concrètes pour anticiper les pénuries.

Mars Bleu revient en Bourgogne Franche-Comté : s’il est détecté tôt, le cancer colorectal se guérit 9 fois sur 10

Tous les deux ans, les Bourguignons-Francs-Comtois de 50 à 74 ans sont invités à réaliser un test de dépistage du cancer colorectal. À l’occasion de Mars Bleu, du 1er au 31 mars 2024, campagne nationale de sensibilisation au dépistage de ce cancer, le Centre régional de coordination des dépistages des cancers (CRCDC) rappelle l’importance de réaliser ce test.

Une nouvelle salle de radiologie interventionnelle multimodale au CHU de Besançon

Le 11 décembre 2023, un premier patient a bénéficié de cette nouvelle salle au sein du CHRU de Besançon. Un véritable pas en avant dans les équipements de pointe puisque l’hôpital fait partie des dix établissements en France à avoir acquis ce dispositif d’imagerie. Quels sont les enjeux ? Nous avons fait le point avec Eric Delabrousse, chef du pôle imagerie du CHU de Besançon.

Assurance maladie : les modalités de dépistage de cancer désormais en ligne

En 2024, l’Assurance maladie a souhaité faciliter l’accès et les démarches concernant le dépistage des cancers du sein, du col de l’utérus et colorectal. Comme l’indique le site officiel de l’administration française : “Service-Public.fr”, il est désormais possible, pour les personnes concernées, de suivre les modalités d'invitation au depistage du cancer en ligne, directement sur leur espace personnel Ameli.

Médecin généraliste : vers une consultation à 30 euros sous conditions

L’Assurance maladie a ouvert jeudi 8 février 2024 la voie à une hausse à 30 euros de la consultation des médecins généralistes, lors des négociations tarifaires avec les syndicats de praticiens libéraux, tout en exigeant en retour des "évolutions en faveur de l’amélioration de la santé de la population".

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 3.39
couvert
le 25/02 à 9h00
Vent
4.13 m/s
Pression
1007 hPa
Humidité
85 %