Éric Fusis, candidat RN sur la 2e circonscription du Doubs

Publié le 18/05/2022 - 11:41
Mis à jour le 18/05/2022 - 12:23

Portrait • Militant actif au Front National, puis au Rassemblement national, Éric Fusis, 64 ans, se présente pour la première fois aux élections législatives dans la  2e circonscription du Doubs.

Éric Fusis, candidat RN sur la 2e circonscription du Doubs (Législatives 2022) ©
Éric Fusis, candidat RN sur la 2e circonscription du Doubs (Législatives 2022) ©

Pour les élections législatives des dimanches 12 et 18 juin 2022 maCommune.info vous présente les candidats de la seconde circonscription du Doubs.

Carte d'identité d'Éric Fusis

  • Nom : FUSIS
  • Prénom : Éric
  • Situation personnelle : Marié - 2 enfants
  • Date et lieu de naissance : 2 octobre 1958 (64 ans) à Besançon
  • Profession : retraité
    • ministère des Armées - 43 ans sous l'uniforme
    • 2 ans en tant que civil comme chargé de Prévention des Risques professionnels
  • Ville : Besançon / Thise
  • Mandats et parcours politique :
    • Aucun mandat, mais depuis 44 ans je vote FN/RN. Depuis plusieurs années je milite activement pour mon parti.
    • Par ailleurs je suis en charge de la 2e circonscription du Doubs RN25 et Délégué Départemental du DPS (Département Protection Sécurité ) RN25.
  • Une citation : "Le monde est dangereux à vivre ! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire !" A. Einstein

Étiquette politique : Rassemblement national

 Suppléant : Franck Bernard

Question à Éric Fusis

Pourquoi vous présentez-vous ?

Éric  Fusis : Je suis candidat à ces législatives, car il est indispensable que le RN - premier parti d'opposition - puisse avoir une majorité de députés pour empêcher le président de la République d'avoir les pleins pouvoirs. Fidèle à cette citation d'Einstein, je ne me résous pas à regarder et laisser faire Emmanuel Macron dans la déconstruction de notre pays, mais je veux faire partie de ceux qui donneront de l'avenir à nos compatriotes et notre pays.

Faisant partie de ces candidats, pur produit de l'implantation locale voulue par Marine Le Pen, je serai le relais de mes concitoyens entre notre département et l'Assemblée nationale pour faire valoir leurs idées et doléances.

Quels dossiers locaux et quels dossiers nationaux souhaitez-vous particulièrement défendre à l'Assemblée ?

Éric  Fusis : Parmi tous les projets portés par Marine Le Pen, je souhaite que la sécurité et le pouvoir d'achat des Français, tant au niveau local que national, soit défendu en priorité à l'Assemblée nationale. Bien évidemment ce ne sont pas les seuls dossiers qui me tiennent à cœur !

Pourquoi voter pour vous ? Quelle est votre plus-value ?

Éric  Fusis : Candidat d'un parti qui a fait plus de 13,5 millions de votes aux dernières présidentielles, il est logique que le nombre de députés soit en accord avec le nombre de voix portées sur le Rassemblement national, force de résistance populaire et démocratique qui protègera la France et les Français.

La plus-value est que notre parti durant les dernières décennies a rassemblé de plus en plus d'électeurs et de sympathisants au point de devenir le premier parti de France, prouvant ainsi que nous sommes sur le chemin de la vérité et que nous avons les solutions aux problèmes actuels de nos concitoyens.

Calendrier d'Éric Fusis

Un calendrier sera prochainement établi avec le bureau de?partemental.

Suivre Éric Fusis

Twitter : @RNDoubs

Affiche législatives 2022 d'Éric Fusis (RN) ©

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

circo2502

Législatives 2022 : les candidats de la majorité présidentielle ne lâchent rien

Dans les deux premières circonscriptions du Doubs, Laurent Croizier (Modem) et Éric Alauzet (Renaissance), les deux candidats "Ensemble !" de la majorité présidentielle, battent la campagne pour chercher les électeurs et convaincre. Tous deux brandissent le risque des dangers de "l''extrême gauche".

Stéphane Ravacley, le boulanger de Besançon : l’ovni politique qui bouscule les codes

législatives 2022 • "Ces chaussures pleines de farine, je les emmènerai à l’Assemblée nationale" : arrivé en tête du premier tour des législatives dimanche soir dans sa circonscription du Doubs, le boulanger Stéphane Ravacley continue de bousculer les codes et chasse les abstentionnistes.

Éric Alauzet, candidat Renaissance sur la 2e circonscription du Doubs

Portrait • Député sortant depuis 2012 sur la seconde circonscription du Doubs, Éric Alauzet, 63 ans, se présente à nouveau aux élections législatives sous l’étiquette « Renaissance » de la majorité présidentielle. Lors du 1er tour, le candidat a récolté 31,36 % et arrive deuxième.

Politique

150 associations bisontines concertées pour tirer les enseignements de la crise sanitaire 

La Ville de Besançon et son centre communal d’action social signent une convention afin de formaliser les modalités de leur coopération. Après avoir concerté près de 150 associations de décembre 2020 et mai 2021, plusieurs enjeux ont été dégagés. Ils seront présentés au conseil municipal ce 30 juin 2022…

Les postes clés de l’Assemblée

Vice-présidents, questeurs, secrétaires : l'élection à des postes clés à l'Assemblée nationale a tourné au vinaigre mercredi soir entre la gauche et la majorité. Annie Genevard, députée LR de la 5e circonscription du Doubs, et ancienne vice-présidente d el'Assemblée regrette de "n'avoir pu candidater…"

Tarification des transports dans le Grand Besançon : « trop de catégories sociales ont été oubliées » (N. Bodin)

Soumis au vote lors de la dernière assemblée communautaire de Grand Besançon, la question de la nouvelle tarification des transports a fait débat… Accordée pour les demandeurs d’emploi inscrits à pôle emploi, la gratuité totale n’a pas été approuvée pour les collégiens. Nicolas Bodin, à la tête du groupe PS au conseil municipal de Besançon au sein de la majorité de la maire EELV d’Anne vignot, estime que certaines catégories sociales n’ont pas été prises en compte. Il revient sur le sujet dans nos colonnes…

Emmanuel Macron charge Elisabeth Borne de former un « gouvernement d’action »

Dans un entretien à l’AFP ce dimanche 26 juin, Emmanuel Macron assure avoir demandé à la Première ministre, Elisabeth Borne, de lui présenter en fin de semaine prochaine des "propositions" pour "un nouveau gouvernement d’action" qui sera nommé "dans les premiers jours du mois de juillet". Soit, a priori, avant le discours de politique générale de la cheffe du gouvernement devant le Parlement annoncé pour le 5 juillet et l’adoption, le lendemain, du "paquet pouvoir d’achat" en Conseil des ministres.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 16.34
pluie modérée
le 30/06 à 18h00
Vent
1.46 m/s
Pression
1014 hPa
Humidité
50 %

Sondage