Alerte Témoin

Et les Restos du coeur s'adaptèrent...

Publié le 11/05/2020 - 14:12
Mis à jour le 11/05/2020 - 14:12

Covid-19 •

Les restos du cœur sont devenus une institution au fil des années. Ils ont su s’adapter aux évolutions et à-coups de notre société. Avec la pandémie actuelle, ils continuent à le faire. Témoignages de Dominique, Nathalie et Vanessa.

restos du couer doubs
© FBK Restos du Coeur 25

Dominique, le chef d’orchestre

Dominique est responsable des bénévoles des Restos du cœur pour le département du Doubs et bénévole sur le plus gros site de Besançon. «L’association compte 12 centres de distribution dans le Doubs. Notre campagne d’hiver s’achevait le 13 mars et la campagne d’été démarrait le 16 mars. Tous nos centres sont donc restés ouverts pour tenir compte de la pandémie».

Reste que l’activité a dû évoluer pour tenir compte de la mise en place des gestes barrière. «Au-delà de la distribution de nourriture, nous avons des actions d’accompagnement : cours de Français, coiffeur, centres de vacances, par exemple, mais toutes sont en stand-by».

Dans le même temps, Dominique a pu constater un afflux de demandes de personnes voulant s’investir. «Depuis le confinement, nous avons reçu plus de 100 propositions d’aide. L’objectif est d’intégrer le plus possible de personnes. Ça nous fait du bien et pour eux — à raison de 3 ‘‘nouveaux’’ par distribution — cela leur permet de découvrir notre action».

Nathalie, bénévole depuis janvier

Elle a vu son quotidien de bénévole évoluer. En effet, «la distanciation implique que nous passions moins de temps avec les familles. Ça refroidit les contacts et nous avons moins de possibilités d’échanger et donc de percevoir d’autres besoins». Nathalie qui a quelques mois de recul relève que les relations entre bénévoles se transforment aussi. «Avec l’intégration de nouveaux, un vrai truc s’est créé. Même si chacun vient avec ses raisons, une espèce de connivence se développe. Une bande se crée. Les blagues fusent. Progressivement, la différence avec les nouveaux disparait et tout le monde aide tout le monde. Quand l’un d’entre nous va chercher un café, on le remplace tout simplement. Entre ça et le respect des contraintes par les bénéficiaires, je ne me sens pas plus en danger ici que lorsque je vais faire mes courses…»

Vanessa, la ‘‘petite’’ nouvelle

Vanessa est l’exemple même de ces personnes qui au moment du placement en confinement ont contacté l’association pour savoir comment se rendre utile. «Ici, je m’occupe plus particulièrement de la préparation des colis. Je suis en école d’infirmière et j’avais envie de donner de mon temps, alors j’étais vraiment contente quand j’ai appris que ma demande était acceptée…». Pour la future infirmière qui a travaillé comme aide-soignante en EHPAD, la notion d’aide est plus qu’importante. «Je suis contente d’aider tout autant les bénévoles que les familles» et c’est certainement ce qui lui donne, d’ores et déjà, envie de continuer au-delà de la pandémie.

Quel souvenir garder de cette période ?

Si Nathalie gardera l’image souriante de ces 30, 40, 50 personnes qui attendent, Vanessa se souviendra longtemps d’une autre bénévole qui apporte un gâteau chaque fois qu’elle vient — chocolat et cerises la semaine passée — Plus globalement, les deux sont d’accord sur le plaisir d’être là pour ces familles, au milieu desquelles le mot misère n’a pas lieu d’être.

Nathalie et Vanessa repartent. Aujourd’hui, Gisèle est là avec un nouveau gâteau…

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Urssaf : des mesures exceptionnelles pour les entreprises touchées par le covid-19 du 5 juillet ou du 15 juillet

Afin de tenir compte de l’impact de l’épidémie de coronavirus sur l’activité économique, le réseau des Urssaf a déclenché des mesures exceptionnelles pour accompagner les entreprises présentant de sérieuses difficultés de trésorerie. Dans le cadre de la reprise de l’activité économique, les modalités de report évoluent. Les entreprises doivent s’acquitter des cotisations sociales aux dates d’exigibilités. Les cotisations sociales sont donc exigibles au 5 et au 15 juillet 2020.

Coronavirus : quelle situation début juillet en Bourgogne Franche-Comté ?

Derniers chiffres en Bourgogne Franche-Comté • La circulation du virus reste faible. Conséquence, le nombre de formes graves nécessitant une hospitalisation continue de baisser dans la région : 132 patients contre 1.380 au plus fort de l'épidémie dans les hôpitaux le 17 avril 2020. Début juillet, moins de 10 patients étaient en réanimation en lien avec le Covid-19. En Bourgogne Franche-Comté, plus de 1.700 personnes sont mortes du Coronavirus.

Coronavirus : les derniers chiffres en Franche-Comté

Le nombre de patients hospitalisés souffrant de formes graves du Covid-19, le cumul des décès dans les hôpitaux ou le nombre de sorties d'hospitalisation. Voici les dernières données et statistiques liées à l'épidémie de Coronavirus dans le Doubs, le Jura, la Haute-Saône et le Territoire de Belfort.

Covid-19 : quelles modalités d’organisation du diplôme national du brevet en Franche-Comté ?

Les modalités d’organisation du diplôme national du brevet (DNB) sont modifiées à titre exceptionnel pour la session 2020, dans le contexte des mesures prises pour limiter la propagation de l’épidémie de covid-19 et dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire. Dans l'académie de Besançon, 14 459 candidats scolaires sont concernés. Voici les modalités...

Covid-19 : la circulation du virus "faible" en Bourgogne-Franche-Comté

Derniers chiffres en Bourgogne Franche-Comté • La circulation du Coronavirus  est "toujours faible" en Bourgogne-Franche-Comté, mais le coronavirus reste présent indique l'agence régionale de santé qui invite à toujours respecter "scrupuleusement" les mesures de prévention. La moyenne des hospitalisations pour Covid-19, s’établit autour de deux entrées par jour en moyenne et  en dessous d’ une entrée par jour en réanimation.

Didier Viodé met en vente ses oeuvres pour soutenir l'art

Pendant le confinement, l'artiste bisontin Didier Viodé a peint pas moins de 59 autoportraits, soit un par jour, pour passer le temps… Finalement, son travail ne sera pas inutile : ses œuvres sont mises aux enchères de le but de récolter des fonds pour soutenir l'art, impacté par la crise du covid-19. Mise à prix : 500 euros.

Social

Une mobilisation aujourd’hui à Besançon pour la « régularisation de tous »

L'assemblée locale des États Généraux des Migrations participe à une convergence nationale des appels en soutien à tous les sans papiers, soit une campagne nationale pour « l’égalité des droits et la régularisation de toutes et tous ! ». Un rassemblement aura lieu à Besançon le 20 juin à 15h place de la Révolution à Besançon.

Un fonds d’urgence de 270.000€ contre la précarité étudiante mis en place en Bourgogne-Franche-Comté

Dans le contexte de la crise sanitaire, de la fermeture des établissements et de la mise en place du confinement, les étudiant·e·s ont été confronté·e·s à de nombreuses difficultés : isolement, difficultés financières accrues suite notamment à l’annulation de stages rémunérés ou à la perte d’un job, au manque de matériel informatique ou à des problèmes d’accès à internet...Face à cette situation, la Région Bourgogne Franche-Comté et le Crous s'associent pour créer un fonds d'aide aux étudiants, selon un communiqué du 10 juin 2020.

Visiter les musées de Besançon ... par téléphone

Les musées du Centre à Besançon tentent, depuis début avril 2020, d'adoucir le quotidien des personnes les plus fragiles et en situation d'isolement dans le cadre du confinement. Comment ? En proposant à ces publics un nouveau type de médiation culturelle : des visites par téléphone. Explications.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     15.48
    nuageux
    le 04/07 à 21h00
    Vent
    0.74 m/s
    Pression
    1021 hPa
    Humidité
    94 %

    Sondage