Faux tracts électoraux à Belfort : le procès d'un député LR renvoyé

Publié le 27/06/2019 - 08:40
Mis à jour le 27/06/2019 - 10:45

Le procès du député LR du Territoire-de-Belfort Ian Boucard, poursuivi en correctionnelle à Besançon pour de faux tracts lors des législatives de 2017, a été renvoyé mercredi après le dépôt par sa défense d'une question prioritaire de constitutionnalité (QPC).

Ian Boucard
Ian Boucard, député LR de la 1re circonscription du Territoire-de-Belfort
PUBLICITÉ

M. Boucard, 30 ans, devait être jugé pour « détournement de suffrages d’électeurs par manoeuvre frauduleuse » après la distribution, entre les deux tours des législatives de juin 2017, de 25.000 tracts, faussement imputés au Front national (devenu depuis Rassemblement National) et à La France Insoumise, et qui appelaient à voter contre son adversaire Christophe Grudler (MoDem-LREM).

M. Boucard l’avait emporté de justesse (50,75% des voix), mais l’élection avait été contestée par M. Grudler. Le Conseil constitutionnel l’avait invalidée en décembre 2017 mais M. Boucard avait remporté la législative partielle face à M. Grudler début 2018.

Déposée par Me Philippe Blanchetier, conseil de M. Boucard, la QPC va être transmise par le tribunal de Besançon à la Cour de cassation qui dispose de trois mois pour examiner sa recevabilité et éventuellement la transmettre au Conseil constitutionnel.

Elle pose la question de savoir si un élu peut être jugé en correctionnelle pour « manoeuvre frauduleuse » lorsque qu’il a déjà été jugé par le Conseil constitutionnel pour ces faits et si cela ne porte pas atteinte au principe en vertu duquel on ne peut pas être jugé deux fois pour les mêmes faits.

« Vous ne pouvez pas déférer (en correctionnelle) du chef de manoeuvre frauduleuse des faits examinés par une juridiction (…) qui a sanctionné déjà M. Boucard« , a indiqué  Me Blanchetier, qui insiste sur le fait que, lorsqu’il a annulé l’élection fin 2017, « le Conseil constitutionnel n’a pas conféré un caractère frauduleux » aux tracts de M. Boucard.

Le Conseil constitutionnel aurait aussi pu prononcer son inéligibilité mais « il ne l’a pas fait« , ce qui signifie « à mon sens » qu’il n’a pas voulu « laisser cette faculté au juge correctionnel », a-t-il estimé.

Le tribunal de Besançon, où l’affaire avait été dépaysée, est au contraire tout à fait fondé à juger M. Boucard, a rétorqué l’avocat de M. Grudler, Me Randall Schwerdorffer, pour qui il convient de « sanctionner le comportement délictueux d’un élu de la République ».

  • Une nouvelle audience est prévue le 4 octobre 2019 devant le tribunal correctionnel de Besançon, uniquement pour faire le point sur l’état de la procédure.
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS • Les investigations concernant l'assassinat fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, dont le corps n'a jamais été retrouvé, sont terminées et la France demande l'extradition du suspect chilien Nicolas Zepeda Contreras, a indiqué jeudi 10 octobre 2019 le procureur de Besançon Etienne Manteaux, qui dévoile les détails de l'enquête (voir vidéos ci-dessous).

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

Après le jugement du tribunal administratif de Besançon d'annulation de dérogation "espèces protégées" de la carrière de Semondans, la préfecture du Doubs met en demeure la SAS Maillard de régulariser sa situation administrative en cessant l'activité irrégulière ou déposant un dossier de demande d'autorisation environnementale. En attendant, le fonctionnement de la carrière est suspendu.

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Le parquet de Besançon a finalisé une demande d'extradition du Chilien Nicolas Zepeda Contreras, principal suspect dans la disparition fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, qui sera transmise aux autorités chiliennes dans les prochains jours, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Un aide-soignant, écroué en juin pour agressions sexuelles et harcèlement sexuel sur quatre personnes dans un Ehpad de Haute-Saône, est suspecté d'avoir commis des faits similaires sur neuf autres victimes dans plusieurs établissements de la région, a indiqué ce jeudi 3 octobre 2019 le parquet.

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon a annulé vendredi le prénom "Jihad" donné il y a presque un an par une mère à son nouveau-né, et que la justice considère comme ayant une "acception péjorative", a-t-on appris vendredi 27 septembre 2019 auprès du parquet.

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

La Cour de cassation a rejeté ce mercredi 18 septembre 2019 le pourvoi formé par le parquet général contre le maintien en liberté du Dr Frédéric Péchier, anesthésiste de Besançon soupçonné de dizaines d'empoisonnements, qui reste donc libre, a-t-on appris de source proche du dossier et auprès de son avocat.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 14.44
ciel dégagé
le 14/10 à 0h00
Vent
3.4 m/s
Pression
1016.09 hPa
Humidité
80 %

Sondage