Fiscalité : Bruxelles veut abandonner la règle de l'unanimité dans l'UE

Publié le 15/01/2019 - 17:28
Mis à jour le 16/04/2019 - 13:37

La Commission européenne a proposé mardi 15 janvier 2019 d’abandonner progressivement la règle de l’unanimité pour les décisions en matière fiscale dans l’UE, malgré les réticences de certains Etats membres, Irlande en tête.

 © Alexane Alfaro
© Alexane Alfaro

Actuellement pour être adoptée, une loi européenne sur les taxes doit être approuvée par les 28 pays de l'UE. Une situation qui a conduit à de nombreuses frustrations puisqu'elle freine considérablement toute tentative d'harmonisation en matière d'impôts dans l'Union. La fiscalité et les affaires étrangères sont en effet les deux derniers bastions de la législation européenne qui requièrent encore l'unanimité pour adopter une décision. Dans tous les autres domaines, énergie, transport, social, etc, il suffit d'avoir la majorité qualifiée.

"Les temps ont changé !"

"Les temps ont changé ! S'accrocher au principe d'unanimité pour protéger les régimes nationaux de taxation contre l'harmonisation dans l'UE (...) est un mythe, pas une réalité", a martelé le commissaire européen aux Affaires économiques, Pierre Moscovici, en présentant son projet lors d'une conférence de presse au Parlement européen à Strasbourg. "Seule la majorité qualifiée peut aider nos Etats membres à relever les défis d'aujourd'hui. Sinon ce sont des pays tiers ou des multinationales qui vont décider de nos politiques fiscales", a mis en garde l'ancien ministre français des Finances. "Il ne faut pas dire non par principe" à l'abandon de la règle de l'unanimité, a jugé mardi le ministre allemand des Finances, Olaf Scholz (SPD), lors d'un discours sur l'Europe. "Ce n'est pas une perte de souveraineté mais une condition préalable pour 
pouvoir être pris au sérieux, chez nous et par le reste du monde", a ajouté le ministre allemand estimant que les citoyens européens attendent de l'UE qu'elle soit "capable d'agir".

Plusieurs initiatives européennes en matière fiscale sont en effet bloquées par cette règle.

La taxe sur les géants du numérique, cheval de bataille du président français Emmanuel Macron, a fait l'objet d'une proposition de Bruxelles présentée au printemps 2018. Mais elle fait face à l'opposition farouche de certains Etats membres, tels que la Suède, le Danemark ou encore l'Irlande. Cette dernière taxe peu les entreprises pour attirer des multinationales sur son sol, comme Apple.

Autre exemple : la taxe sur les transactions financières (TTF), une proposition rendue publique en 2011 et qui est toujours au point mort même si une dizaine d'Etats membres, dont la France, tentent toujours de parvenir à un accord sur le sujet.

Une progression pas à pas

Consciente des réticences que le passage à la majorité qualifiée (bien à la majorité qualifiée) suscite, la Commission européenne veut progresser pas à pas. Elle suggère que les Etats membres s'accordent d'abord à la majorité qualifiée sur la coopération et l'administration en matière de fraude fiscale, puis sur les taxes concernant l'énergie et l'environnement. Viendraient ensuite les sujets plus épineux comme la fiscalité sur les entreprises numériques.

Pour passer à la majorité qualifiée sans être obligé de rouvrir les traités européens (où l'unanimité en matière fiscale est inscrite), l'exécutif européen veut activer ce que l'on appelle dans le jargon de l'UE la "clause passerelle".  Pour l'activer, il faut l'accord unanime des 28 Etats membres, après consultation des parlements nationaux et approbation du Parlement européen.

(Source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Offre d’emploi : Responsable de salle de sport

OFFRE D'EMPLOI • Nous recherchons un responsable de salle de sport pour accompagner la mise en place d’un tout nouvel espace à Besançon dont l’ouverture est prévue pour le début de l’année 2025 !
Sportif passionné, vous avez le goût du challenge et du développement ? Rejoignez-nous !

De nouveaux aménagements de la circulation dans le cadran nord-est bisontin

Ces derniers mois, de nombreux riverains et collectifs de riverains ont témoigné des effets positifs ou négatifs du plan de circulation mis en place à titre expérimental à l’automne 2023 dans les quartiers de la Combe Saragosse et du Point du Jour à Besançon. La Ville indique avoir eu des rencontres "particulièrement constructives et riches en propositions" à la suite de quoi, de nouveaux aménagements ont été pensés, a-ton appris le 23 mai 2024.

La Bourgogne-Franche-Comté représentée au plus grand salon européen des nouvelles technologies…

L'intelligence artificielle (IA) règne en maître sur VivaTech, le plus grand salon européen sur les nouvelles technologies, qui s'ouvre mercredi 22 mai 2024 à Paris avec des têtes d'affiche internationales du secteur. La Bourgogne-Franche-Comté est présente avec un pavillon régional dédié…

Quoi de neuf pour le printemps et l’été 2024 chez Baud ?

QUOI DE NEUF ? • Le printemps est déjà bien entamé et l’été se profile à l’horizon. Fête des mères, fête des pères, jeux olympiques, évènements personnels… la maison BAUD vous propose des desserts et créations adaptés à tout évènement de l’année, de même que nous ajustons notre offre en fonction des saisons. C’est le moment des communions, le début de la saison des mariages, bientôt des envies de glaces lorsque la température va augmenter…

Pour ses 50 ans, mignotgraphie ouvre ses portes le 24 mai 2024 !

PUBLI-INFO • Aujourd’hui, Mignotgraphie® compte une quarantaine de salariés et réalise des impressions à destination de toute la France, mais tout a commencé dans la boucle en 1974 de l’association de deux frères photographes, Yves et Alain Mignot. Récemment diplômés d’une école de photographie, fils d’un photographe installé à Pontarlier, ils décident de se lancer dans l’aventure photographique.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 15.37
légère pluie
le 29/05 à 12h00
Vent
3.98 m/s
Pression
1018 hPa
Humidité
78 %