Franche-Comté : cinq postes de médecins à pourvoir pour repeupler les déserts médicaux

Publié le 22/08/2013 - 16:16
Mis à jour le 24/08/2013 - 16:20

La ministre de la santé, Marisol Touraine, prend des mesures pour tenter de repeupler les déserts médicaux en France : le « pacte territoire santé« . En 2013, l’Etat signera 200 contrats de « praticiens territoriaux de médecine générale » en France. En Franche-Comté, cinq postes sont à pourvoir. 

Ce "pacte territoire santé" est plutôt destiné au jeunes diplômés et leur propose des avantages comme la garantie d'un salaire fixe et des avantages sociaux jusqu'à maintenant inexistant dans le milieu de la médecine libérale.

3.640 euros par mois pour les volontaires

Pour séduire les jeunes, l'Etat propose une garantie financière : un salaire de 3640 euros net par mois (ce qui correspond au salaire de début de carrière dans les hôpitaux). En contre-partie, le jeune devra réaliser 165 actes médicaux par mois minimum, ne pas facturer de dépassements d'honoraires et participer aux gardes de nuit.

Des congés maternité et maladie

Jusqu'à maintenant, ce type de congés n'existaient tout simplement pas dans le milieu de la médecine libérale. Cependant, le congé sera assorti de sept jours de carence. 

Un jeune médecin qui aura fait ses études dans une grande ville, qui se sera installé et qui, peut-être aura fondé une famille dans cette même ville, aura-t-il envie de s'exiler en zone rurale malgré l'appât du gain ?

Il faut savoir que le salaire moyen net d'un médecin libéral en France s'élève à 6.572 euros. En revanche, le salaire le plus bas répertorié est de 2.009 euros, un élément qui pourrait éventuellement attirer certains jeunes vers la ruralité. Même si Marisol Touraine réussi à engager 200 jeunes médecins pour intégrer le "pacte territoire santé", cela ne résoudra pas le problème, de plus en plus important, de la désertion médicale.

Répartition des postes en France

C'est dans le Rhône-Alpes que le nombre de postes à pourvoir est le plus élevé en France avec 24 postes. 15 contrats devront être signé en Ile-de-France, 13 dans la région Centre et 12 en Bourgogne et dans le Midi-Pyrénnées. C'est dans le Nord-Pas-de-Calais que la recherche de médecin en milieu rural est le moins important avec seulement 2 postes à créer.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Soins dans l’Arc jurassien franco-suisse : une baisse du nombre de médecins du côté français

Dans le cadre d’un cycle de travail sur la santé, l’Observatoire statistique transfrontalier de l'Arc jurassien (OSTAJ) a publié le 27 février 2024 une nouvelle étude consacrée à l’offre de soins sur le territoire. Les chiffres reflètent particulièrement des tendances démographiques et structurelles différentes de part et d'autre de la frontière.

Une journée de sensibilisation et une exposition sur la prévention du cancer colorectal à Besançon 

Du 5 au 31 mars 2024, une exposition sur la prévention du cancer colorectal sera installée dans le hall principal du CHU de Besançon dans le cadre de Mars bleu. Une journée de sensibilisation sera également organisée le jeudi 21 mars avec une équipe pluridisciplinaire de gastro-entérologie.

Médicaments : des mesures pour anticiper les pénuries

Aider les médecins à prescrire des alternatives aux médicaments non disponibles, intensifier le bon usage des antibiotiques : le gouvernement a annoncé mercredi 21 février 2024 quelques mesures concrètes pour anticiper les pénuries.

Mars Bleu revient en Bourgogne Franche-Comté : s’il est détecté tôt, le cancer colorectal se guérit 9 fois sur 10

Tous les deux ans, les Bourguignons-Francs-Comtois de 50 à 74 ans sont invités à réaliser un test de dépistage du cancer colorectal. À l’occasion de Mars Bleu, du 1er au 31 mars 2024, campagne nationale de sensibilisation au dépistage de ce cancer, le Centre régional de coordination des dépistages des cancers (CRCDC) rappelle l’importance de réaliser ce test.

Une nouvelle salle de radiologie interventionnelle multimodale au CHU de Besançon

Le 11 décembre 2023, un premier patient a bénéficié de cette nouvelle salle au sein du CHRU de Besançon. Un véritable pas en avant dans les équipements de pointe puisque l’hôpital fait partie des dix établissements en France à avoir acquis ce dispositif d’imagerie. Quels sont les enjeux ? Nous avons fait le point avec Eric Delabrousse, chef du pôle imagerie du CHU de Besançon.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 9
couvert
le 01/03 à 18h00
Vent
1.96 m/s
Pression
1007 hPa
Humidité
64 %