Fusion entre PSA et Fiat-Chrysler : à Sochaux, les syndicats positifs mais vigilants

Publié le 01/11/2019 - 10:18
Mis à jour le 01/11/2019 - 10:22

Les syndicats de l’usine PSA de Sochaux, plus grand site français du constructeur, réagissaient plutôt positivement jeudi à l’annonce d’une fusion avec Fiat-Chrysler, tout en réclamant des garanties sur le maintien de l’emploi en France.

© LAMY Jean-François - Groupe PSA,  Communication Sochaux ©
© LAMY Jean-François - Groupe PSA, Communication Sochaux ©

Les deux constructeurs ont annoncé jeudi 31 octobre 2019 être tombés d’accord à l’unanimité sur le principe d’une fusion entre égaux. Avec 8,7 millions de véhicules vendus par an, la nouvelle entité, qui serait basée aux Pays-Bas, deviendrait le n°4 mondial du secteur.

Cette mégafusion "met PSA à la hauteur des géants mondiaux que sont Volkswagen et Toyota", s'est réjoui auprès de l'AFP Patrick Michel, délégué FO et secrétaire du comité de groupe Monde de PSA.

"On veut aussi, pourquoi pas, pouvoir fabriquer des véhicules Fiat en France", Patrick Michel, délégué FO

"C'est aussi intéressant pour PSA d'avoir Fiat dans son giron parce que Fiat a besoin de moteurs pour respecter les nouvelles normes CO2 et il les a très peu aujourd'hui. Donc, cela va donner du travail à nos bureaux de conception et nos usines qui fabriquent des moteurs, notamment en France", estime-t-il. "On veut des garanties: le groupe PSA est aujourd'hui un groupe rentable, il se marie avec un autre groupe en bonne santé financière, il n'y a pas de raison que les salariés en pâtissent."

Fort d'environ 7.500 salariés, auxquels il faut ajouter environ 2.500 intérimaires, le site de Sochaux reste le "navire amiral" du groupe en France.

Cette fusion "va ouvrir le marché américain, peut-être, mais a contrario on craint que le site européen de Fiat prenne la charge de travail des sites français", tempère le secrétaire général CGT du site de Sochaux, Jérôme Boussard.

"Par expérience, on sait [depuis le rachat d'Opel par PSA] que les fusions créent des doublons au niveau R&D. Actuellement, on pousse déjà les gens à partir du groupe", déplore-t-il.

Indépendamment de ce mariage, il note une "baisse inquiétante des salariés et beaucoup de recours aux précaires". Pour l'usine d'Aulnay (Seine-Saint-Denis), "on disait +ça ne fermera jamais+, et ça a fermé, on ne croit plus trop à ce que dit la direction".

Son collègue de la CFE-CGC, Laurent Wechsel, évoque un "effet d'échelle" intéressant pour PSA avec notamment des "gains sur la R&D", mais met en avant "deux points de vigilance": la garantie de l'emploi en France et le mode de fonctionnement de la gouvernance.

Pour le porte-parole de l'Unsa François Guillerey aussi, cette fusion est synonyme d'"ouverture sur le marché américain et de mutualisation des coûts de recherche et développement dans le domaine des voitures électriques, hybrides voire à hydrogène". M. Guillerey exprime en revanche ses craintes pour "les salariés des bureaux d'études et des services d'essai (2.000 emplois à Sochaux et 1.000 à Belchamp), inquiets pour leur avenir depuis le rachat d'Opel". "On ne connaît pas le dimensionnement ni la répartition à moyen terme des pôles d'études européens entre la région parisienne, Rüsselsheim (Allemagne), Sochaux et Belchamp", souligne-t-il.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Camaïeu joue sa survie devant le tribunal de commerce : trois boutiques menacées à Besançon

Camaieu et ses 2.600 salariés sur le fil : deux ans après un premier sauvetage, le géant nordiste du prêt-à-porter féminin va tenter mercredi 28 septembre de convaincre le tribunal de commerce de Lille qu'il peut échapper à la liquidation, mais les syndicats craignent le pire. Besançon et le Grand Besançon comptent trois boutiques de l'enseigne.

16e édition du concours régional de l’économie sociale et solidaire : les inscriptions sont ouvertes

Cette année, pour la 16e édition, la Région Bourgogne-Franche-Comté organise le concours régional de l'économie sociale et solidaire. Vous êtes une association, une entreprise et vous portez un projet ou une initiative conforme aux valeurs de l'économie sociale et solidaire ? Les inscriptions sont ouvertes jusqu'au 5 octobre !

Considérez-vous votre emploi comme un « travail-plaisir » ou comme un « travail alimentaire » ?

À la suite du premier confinement en raison de la crise de la Covid-19, nombreuses et nombreux sont celles et ceux qui se sont posés des questions sur leur vie professionnelle. En France, la pandémie a bouleversé le marché de l’emploi. Les démissions, y compris de postes en CDI, ont été particulièrement nombreuses ces derniers mois pour un changement de vie, d'activité, etc. Et vous, comment considérez-vous votre emploi comme un "travail plaisir" ou comme un "travail alimentaire" ?

Crise énergétique : la Ville de Besançon va devoir faire des coupes budgétaires, mais lesquelles ?

La maire de Besançon, accompagnée de 11 membres de la majorité municipales, a convié les médias locaux à une conférence de presse sur la forte augmentation du prix de l’énergie et ses conséquences sur le service public. À ce jour, la Ville de Besançon doit trouver des solutions pour économiser 8 millions d’euros sur sa facture de 2023. Quoi qu’il en soit, comme dans d’autres communes, des coupes budgétaires seront envisagées, mais lesquelles ? Fermeture des musées plusieurs jours par semaine ? Un marché de Noël annulé ou plus sobre ? Des extinctions de l’éclairage des équipements sportifs ?

Salon Cap vers l’Emploi le 30 septembre à Besançon : plus de 1.000 postes à pourvoir !

PUBLI-INFO • Grand Besançon Métropole organise depuis plusieurs années, des évènements en faveur de l’emploi tels que les Rendez-vous de l’emploi au Palais des Sports. Cette année, l’événement change de nom et de lieu et se déroulera vendredi 30 septembre à Microplis : Cap vers l’emploi.  À cette occasion, les personnes en recherche d’emploi pourront rencontrer des entreprises qui recrutent sur le territoire. Plus de 1.000 offres d’emploi seront proposées.

Bourgogne Franche-Comté : connaissez-vous le CREFOP et ses missions ?

La réunion plénière d'installation du Comité Régional de l'Emploi, de la Formation et de l'Orientation Professionnelles (CREFOP) Bourgogne-Franche-Comté s’est tenue ce jeudi 21 septembre en salle des séances du conseil régional en présence de Fabien Sudry, préfet de la région Bourgogne-Franche-Comté, et de Marie-Guite Dufay, présidente du conseil régional.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 11.56
légère pluie
le 28/09 à 15h00
Vent
1.3 m/s
Pression
1002 hPa
Humidité
91 %

Sondage