Gattaz (Medef) dénonce une "posture" du gouvernement dans le dossier Alstom

Publié le 13/09/2016 - 11:26
Mis à jour le 13/09/2016 - 11:26

Le numéro un du Medef, Pierre Gattaz, a dénoncé ce mardi 13 septembre 2016 une "posture" du gouvernement au sujet d'Alstom qui avait selon lui "tiré la sonnette d'alarme depuis des années" sur la situation de son usine de Belfort, et mis en garde contre "des commandes artificielles".

o-medef-pierre-gattaz-facebook.jpg
Pierre Gattaz a été élu à la présidence du Medef le 3 juillet 2013 ©Facebook medef
PUBLICITÉ

« Je suis choqué de voir les cris d’orfraie sur le sujet », a déclaré M. Gattaz lors de sa conférence de presse mensuelle. « Je crois savoir qu’Alstom, notamment à Belfort, a tiré la sonnette d’alarme depuis des années », a-t-il souligné.

« Nos politiques font semblant de découvrir qu’il y a un problème », a-t-il affirmé. « Posture, je dirais +jeu de rôle+, +comédie+ », a-t-il ajouté. « J’attends que le gouvernement soutienne, accompagne les entreprises françaises dans leur attractivité, leur compétitivité en France », a dit le patron des patrons, qui a appelé une nouvelle fois  une fiscalité et un marché du travail plus compétitifs pour faire venir « davantage d’investisseurs » dans l’Hexagone. Par ailleurs, « il faut accompagner nos salariés dans l’emploi, dans leur formation permanente, dans leur mobilité », a-t-il estimé.

M. Gattaz a par ailleurs mis en garde contre la tentation de passer au groupe des « commandes artificielles » pour permettre au site de Belfort de maintenir ses emplois. « Vous avez deux types de commandes : des commandes dont vous avez vraiment besoin et là bravo, (…) ou alors des commandes artificiellement créées, et là c’est catastrophique », a déclaré le président de la principale organisation patronale.

Soulignant que pousser la SNCF à passer commande à Alstom risquait de poser un « petit problème juridique », M. Gattaz a observé que cela représenterait aussi « des impôts supplémentaires » pour les Français.

Le constructeur ferroviaire, Alstom, confronté à une pénurie de commandes en France, a annoncé l’arrêt de la production de locomotives à Belfort, site qui sera « transféré » à Reichshoffen, en Alsace, d’ici à 2018. Cette décision menace plus de 400 emplois. 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

alstom belfort

Le syndicat FO Alstom s’inquiète de l’avenir du site dans une lettre ouverte adressée à Emmanuel Macron

Le syndicat FO Alstom s’inquiète de l’avenir du site dans une lettre ouverte adressée à Emmanuel Macron

Le syndicat central FO Alstom exprime ses inquiétudes sur l'avenir d'Alstom depuis son mariage ferroviaire avec Siemens dans une lettre ouverte au président de la République. Depuis le 27 septembre 2017,  Siemens est entré au capital d'Alstom à hauteur de 50 % dans le cadre d'un rapprochement "entre égaux". L'État français n'est pas actionnaire du groupe. 

Le plan de sauvetage d’Alstom Transport confirmé par Bruno Le Maire

Le plan de sauvetage d’Alstom Transport confirmé par Bruno Le Maire

Suite à une rencontre avec les élus locaux et le préfet du Territoire de Belfort ce vendredi 4 août à Bercy, le ministre de l'Économie a déclaré qu’au-delà du plan de sauvetage, il était nécessaire de réfléchir à des mesures à plus long terme pour définir une véritable stratégie industrielle pour le groupe Alstom.

Alstom : des élus demandent à François Hollande « d’user de toute son influence pour déclencher les commandes »

Alstom : des élus demandent à François Hollande « d’user de toute son influence pour déclencher les commandes »

Dans une lettre ouverte datant de ce mardi 21 février 2017 au président de la République François Hollande, quatre élus du Territoire de Belfort lui demandent de "rassurer" les salariés d'Alstom en usant "de toute son influence pour déclencher" les commandes citées dans le plan de sauvetage de l'État. Une lettre qui prépare la visite du président à l'usine de Belfort ce mercredi 22 février.

Dans la catégorie

Sanctions américaines : la Côte-d’Or offre du Bourgogne à Trump pour le faire changer d’avis

Sanctions américaines : la Côte-d’Or offre du Bourgogne à Trump pour le faire changer d’avis

Le département de Côte-d'Or va envoyer deux bouteilles de Bourgogne au président américain Donald Trump pour tenter de le faire changer d'avis sur les sanctions douanières contre l'Union Européenne, qui doivent viser le vin français, a annoncé son président François Sauvadet le 14 octobre 2019 sur Twitter.

Le Crédit Agricole Franche-Comté présente son prêt « Mon 1er toit comtois » au Salon de l’Habitat Les 18, 19 et 20 octobre 2019

Le Crédit Agricole Franche-Comté présente son prêt « Mon 1er toit comtois » au Salon de l’Habitat Les 18, 19 et 20 octobre 2019

Publi-infos • Le Crédit Agricole Franche-Comté a de bonnes raisons d’être présent au Salon de l’Habitat à Micropolis Besançon. D’abord, c’est un partenaire historique de cette manifestation. Et puis, c’est l’occasion de présenter son offre régionale à succès «?Mon 1er toit comtois?», un prêt Habitat à taux zéro %. C’est donc le moment idéal pour rencontrer les conseillers du Crédit Agricole Franche-Comté.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 16.41
partiellement nuageux
le 14/10 à 18h00
Vent
1.97 m/s
Pression
1010.13 hPa
Humidité
74 %

Sondage