GE à Belfort : une lettre ouverte à Emmanuel Macron

Publié le 17/06/2019 - 14:13
Mis à jour le 17/06/2019 - 17:50

Alors que plusieurs centaines de salariés de General Electric ont empêché lundi 17 juin 2019 à 9h  la tenue à Belfort de la première réunion d'information sur le plan social qui doit frapper de plein fouet le site. Un nouveau rendez-vous a été fixé au vendredi 21 juin, a indiqué un porte-parole du site.

general_electric_logo.png
logo general electrics
PUBLICITÉ

Les syndicats de General Electric Belfort et les élus locaux doivent organiser un « grand rassemblement » le 22 juin à 14H00 à Belfort, en soutien aux salariés du site. GE emploie quelque 4.300 salariés à Belfort, dont 1.900 dans l’entité qui fabrique des turbines à gaz.

Il y a dix jours, les salariés avaient empêché pendant plusieurs heures le départ d’une turbine à gaz de l’usine de Belfort pour protester contre ce vaste plan social, qui doit conduire à la suppression de 1.050 emplois en France, dont 800 dans l’entité belfortaine produisant des turbines à gaz.

Ce lundi, l’intersyndicale CFE-CGC, CGT, Sud a également adressé une lettre ouverte au président de la République Emmanuel Macron, dans laquelle elle dénonce « la mort annoncée de l’entité gaz, aux effets dévastateurs pour le bassin d’emploi de Franche-Comté » et « appelle à l’action de l’Etat pour contraindre General Electric à respecter ses engagements fixés dans l’accord de 2014, contrepartie conditionnant le rachat de la branche énergie d’Alstom ».

L’acquisition du pôle énergie d’Alstom s’était accompagnée de la promesse de GE, restée non tenue, de créer 1.000 emplois nets en France d’ici à la fin de 2018.

Dans son courrier, l’intersyndicale demande aussi à l’État de contraindre GE à « s’engager en termes d’investissement et de créations d’emplois sur les axes de diversification (après-vente turbines à gazaviation, hydrogène, nucléaire) ».

Les syndicats déplorent le « silence radio » du gouvernement depuis la visite du ministre de l’Économie Bruno Le Maire, à Belfort le 3 juin 2019, et l’appellent à prendre ses responsabilités dans le « désastre actuel ».

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

« Vin Mille arômes » : une application bisontine distinguée au championnat national des mini-entreprises

« Vin Mille arômes » : une application bisontine distinguée au championnat national des mini-entreprises

Cinq mini-entreprises de Bourgogne Franche-Comté ont participé du 3 au 5 juillet 2019 à Lille au championnat national des mini-entreprises organisé par l'association "entreprendre pour apprendre". "Vin Mille Arômes", mini-entreprise de l’ECM de Besançon qui a créé une application d'accord mets-vins, a remporté le prix "champion national du numérique"

Fermeture des magasins Tati : ceux Besançon et Dole sont concernés

Fermeture des magasins Tati : ceux Besançon et Dole sont concernés

Le site historique du boulevard Barbès à Paris sera bientôt le seul Tati en France, son propriétaire depuis deux ans ayant décidé de fondre l'enseigne dans sa quasi-totalité au sein de Gifi, avec au passage la fermeture de 13 autres magasins Tati en difficulté. Ceux de Besançon et Dole sont donc concernés.

Pas de vacances pour le chantier du pôle Viotte

Pas de vacances pour le chantier du pôle Viotte

Le pôle tertiaire Viotte à Besançon prend toute son ampleur durant cet été 2019 sur le secteur Sud de l'éco quartier. Les bâtiments A1 à A 5 qui accueilleront 800 agents des services de l'État ont pris de la hauteur le long des voies ferrées et le bâtiment B de la région (200 agents) est en cours d'élévation en parallèle de la rue de la Viotte. À mi-parcours, visite du chantier avec Bernard Bletton, directeur général de la Sédia Bourgogne Franche-Comté et de Territoire 25.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 25.69
couvert
le 20/07 à 9h00
Vent
6.67 m/s
Pression
1014.43 hPa
Humidité
50 %

Sondage