GE Belfort: l'intersyndicale en appelle à Macron

Publié le 09/12/2020 - 08:01
Mis à jour le 09/12/2020 - 08:20

L'intersyndicale du site de General Electric à Belfort en a appelé ce mardi 8 décembre 2020  à Emmanuel Macron, en visite au Creusot pour soutenir la filière nucléaire, afin de "stopper la mauvaise orientation stratégique" du géant américain, acteur important de la filière nucléaire.

©Page Facebook-Intersyndicale General Electric Belfort ©
©Page Facebook-Intersyndicale General Electric Belfort ©

L’ensemble des syndicats des différentes filières du site de GE à Belfort s’est réuni mardi pour interpeller le président de la République, en déplacement en Bourgogne-Franche-Comté sur le site du fabricant de réacteurs nucléaires Framatome au Creusot (Saône-et-Loire).

"Monsieur Macron, monsieur le Président. Quand allez-vous intervenir pour stopper cette mauvaise orientation stratégique, prise dans un contexte de panique, sous pression des actionnaires de General Electric ?", a interrogé Christian Mougenot de la CFDT, lors d'une conférence de presse à Belfort. "Si vous voulez soutenir le nucléaire, nous demandons des actes".

Depuis des mois, élus locaux et représentants du personnel réclament l'intervention de l'Etat. Mardi se tenait le comité central européen de General Electric devant acter la suppression de 240 emplois à Belfort dans l'entité Steam Power de GE, spécialisée dans les turbines pour centrales nucléaires et à charbon.

Ce plan de restructuration, qui prévoit la suppression de près de 300 postes au total en France, vient s'ajouter à deux autres procédures d'information-consultation déjà en cours dans les activités Grid (réseaux électriques) et Hydro (pièces pour centrales hydroélectriques), menaçant environ 700 postes au total, d'après les syndicats.

Le site historique de Belfort a par ailleurs pris de plein fouet le plan de 485 suppressions de postes annoncé en 2019 dans l'activité Gas (centrales au gaz), pour lequel 476 départs volontaires ont d'ores et déjà été validés. "La filière nucléaire ne peut se faire sans Belfort", si les PSE en cours ne s'arrêtent pas, "ce sont des compétences stratégiques de la filière nucléaire qui disparaîtront à jamais", a déclaré le délégué CFE-CGC belfortain Philippe Petitcolin. Il s'agit pour lui "d'une question d'indépendance énergétique".

Dans une lettre ouverte adressée au président de la République à l'occasion de son déplacement au Creusot, la présidente de la région Bourgogne-Franche-Comté, Marie-Guite Dufay, lui demande "ne pas oublier Belfort" et sa filière nucléaire "hautement stratégique" pour la France. Elle plaide pour que Framatome "se porte acquéreur de l'ensemble de la branche énergétique de GE", afin de "recréer un champion énergétique français".

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

« Label Palette » reçoit le trophée « Éco-innovez en Bourgogne-Franche-Comté »

Émanation du P’tit Dépanneur Comtois, la société Label Palette de Serre-les-Sapins dans le Grand Besançon a reçu ce jeudi 25 février 2021 dans ses locaux le trophée "Éco-innovez en Bourgogne-Franche-Comté" de l'agence économique régionale (AER) pour son service d'aménagement évolutif en bois de récupération.

Besançon : deux boutiques proposent les menus des restaurateurs

En partenariat avec plusieurs organismes, le grossiste Métro a souhaité donner un coup de pouce aux restaurateurs du coin en ouvrant deux boutiques éphémères regroupant les menus des chefs du Grand Besançon. Fort de son succès, l'opération est renouvelée ce vendredi 26 et samedi 27 février 2021 pour la boutique au 58 rue des Granges Besançon (anciennement le K2).et samedi pour la seconde enseigne au sein des Galeries des Passages Pasteurs...

Jacob Delafon : la Région « à disposition » pour accompagner tout projet de reprise

Mardi, le groupe français Kramer a retiré mardi l'unique offre de reprise de l'usine Jacob Delafon dans le Jura. Alors que le gouvernement s'efforce de "renouer les liens du dialogue" entre le groupe américain Kohler et français Kramer, la présidente de Région espère encore trouver une issue favorable.

Grand Besançon Métropole : pas de hausse de la fiscalité en vue pour 2021

À l'instar de la Ville de Besançon, le Grand Besançon Métropole oriente son budget de telle sorte qu'aucune augmentation d'impôts n'est prévue en 2021 malgré l'impact de la crise sanitaire. Les orientations budgétaires seront discutées ce jeudi 25 février lors du conseil communautaire du GBM. Le vote définitif se tiendra le 8 avril prochain.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 5.65
partiellement nuageux
le 27/02 à 9h00
Vent
7.02 m/s
Pression
1032 hPa
Humidité
48 %

Sondage