General Electric : 89 emplois vont être supprimés à Belfort, le maire interpelle le président de la République

Publié le 10/09/2020 - 08:57
Mis à jour le 10/09/2020 - 08:57

Mise à jour le 10 septembre • Le groupe General Electric va annoncer ce mercredi 9 septembre la suppression de plusieurs centaines d’emplois en France. À Belfort, la filière hydro (turbines et alternateurs pour les barrages hydroélectriques) verra 89 emplois supprimés. Le maire de la ville se dit « consterné » par des décisions « inadmissibles« .

 © Page Facebook-Intersyndicale General Electric Belfort
© Page Facebook-Intersyndicale General Electric Belfort

En France, le géant américain devrait annoncer 764 nouvelles suppressions de postes ce mercredi (à suivre sur maCommune.info). Ce plan social vise les activités françaises de sa filière d'énergies renouvelables. Ces nouvelles suppressions d'emplois surviennent seulement 5 ans après le rachat d'Alstom par le groupe américain.

Le maire de Belfort, Damien Meslot, se dit "consterné. Ces décisions sont inadmissibles. Si nous laissons faire, c’est le démantèlement du site GE de Belfort qui va être mis en œuvre par la direction."

Le maire rappelle que "Pour GE Energy Products (filière gaz), la direction s’est engagée, en signant un accord le 21 octobre dernier, à mettre en place un véritable projet industriel en échange d’un plan de réduction des coûts. Cet accord prévoyait le maintien de certaines activités jusqu’à mise en œuvre du projet industriel du site. Cela permettait de maintenir le savoir-faire et les compétences à Belfort." Il ajoute que "Les salariés ont tenu leurs engagements en faisant des efforts considérables. En revanche, la direction ralenti tout investissement, ne donne aucune garantie quant au projet industriel et décide de délocaliser des activités en Hongrie."

En ce qui concerne GE Power System (filière vapeur charbon / nucléaire), 200 emplois ont déjà été "discrètement" supprimés dans le cadre de départs volontaires, en parallèle du PSE dans la filière gaz, indique Damien Meslot. "Aujourd’hui, je crains que cette activité soit menacée par la suppression d’environ 150 postes."

"Un manque à la parole donnée"

Pour ce maire, ces nouvelles suppressions de postes sont "un manque à la parole donnée." Et d'ajouter : "La stratégie purement financière à court terme de la direction nuit gravement au savoir-faire industriel des sites français et à l’indépendance énergétique de notre pays, qui est stratégique. À Belfort, ce sont plus de 940 emplois qui ont été supprimés sur les 4 300 que comptait le site."

Pour lui, "il faut mettre fin à l'Europe du dumping social qui détruit l'industrie française." 

Damien Meslot appelle le président de la République "qui fut à l'origine de la vente des activités Energie Alstom à General Electric lorsqu'il était ministre de l'Économie et dont l'ancien conseiller industriel est désormais directeur général de GE France."

Selon lui, "le Président de la République doit intervenir avec vigueur afin d’éviter un désastre industriel et social, ainsi que pour sauvegarder la souveraineté de la France. L’État a les moyens de faire pression sur le groupe, de lui faire respecter les accords qu’il a signés avec les organisations syndicales et le gouvernement."

"Un coup de massue qui est porté aux salariés de GE Belfort"

Pour le Sénateur du territoire de Belfort, Cédric Perrin, "c’est un coup de massue qui est porté aux salariés de GE Belfort mais également un nouveau manquement à la parole donnée."

Il explique que "Le 27 mai dernier, devant la représentation nationale, en séance publique au Sénat, je dénonçais la passivité du Gouvernement face aux annonces déjà très inquiétantes de GE (pressions sur ses fournisseurs, programme de délocalisation de l’ingénierie, etc.). Quatre mois plus tard, nos craintes se confirment sans que l’État ne réagisse alors qu’il se targue de vouloir sauver l’appareil productif français.

Les remises en causes systématiques des engagements des dirigeants de GE ont désormais trop durées. Il est inenvisageable de laisser notre histoire industrielle et notre savoir-faire être mis à mal au profit d’actionnaires américains."

À l’instar de ses homologues, le Sénateur appelle solennellement le président de la République Emmanuel Macron, "à prendre rapidement toutes les mesures nécessaires pour éviter un désastre industriel et social, préserver le savoir-faire de notre industrie et celui de notre indépendance énergétique."

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Chez Tata Céline, la boutique où le temps semble s’être arrêté…

PUBLI-INFO • La table en formica de Mamie, les verres de la cantine, le mange-disque d’anciennes soirées endiablées… Tata Céline s’emploie à chiner essentiellement en Franche-Comté des objets du quotidien des années 50,60 et 70 à retrouver dans sa boutique, rue de la Madeleine à Besançon.

Le Groupe Chopard installe la marque BYD à Besançon

PUBLI-INFO • Le paysage automobile bisontin accueille depuis le 13 mai un nouvel acteur. Le Groupe Chopard distribue une nouvelle marque électrique en intégrant le constructeur chinois BYD, 1er constructeur mondial de véhicules 0 émission. Vous retrouvez au sein de ce nouveau showroom une gamme prête à se faire une place sur le segment des premiums avec de solides arguments : savoir-faire électrique, prestations innovantes et équipements haut de gamme.

Le stade Léo Lagrange bientôt équipé de 800 m2 de panneaux photovoltaïques

Le chiffre n’est pas négligeable. Si l’installation des panneaux photovoltaïques a un coût : 300.000 euros, elle permettra, à terme, d’économiser entre 30 à 35.000 euros par an, a précisé Anne Vignot, la maire de Besançon. Le projet sera soumis au vote des élus lors du Conseil municipal du 20 juin 2024.

La Région Bourgogne Franche-Comté lance une opération séduction pour attirer de nouveaux habitants

En ce premier semestre 2024, la Région Bourgogne-Franche-Comté préfigure une initiative inédite pour renforcer son attractivité résidentielle. Cette opération sans précédent vise concrètement à recruter dès le mois de septembre 2024 de futurs habitants. Prévu sur une première période de trois années, ce programme repose sur une dynamique collaborative initiée par la Région et de nombreux acteurs du territoire, et s’inscrit dans le cadre de la stratégie d’attractivité globale initiée depuis 2017.

“Chambre d’hôtes référence” : six hôtes du Doubs récompensés

Le 4 juin 2024, certaines chambres d’hôtes du département du Doubs se sont vu remettre la qualification "Chambre d’hôtes référence". Cette action nationale a été déployée depuis 2023 par Doubs Tourisme dans le département permettant à l’époque de qualifier deux premières chambres d’hôtes.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 16.7
ciel dégagé
le 25/06 à 0h00
Vent
2.21 m/s
Pression
1014 hPa
Humidité
90 %