Haute-Saône : une femme de ménage condamnée pour avoir volé 100.000 euros à son employeur

Publié le 07/04/2014 - 18:16
Mis à jour le 17/04/2019 - 08:51

Une femme de ménage et son amant ont été condamnés à 30 mois de prison, ce lundi 7 avril à Vesoul, pour avoir volé des pièces de collection d’une valeur estimée à 100.000 euros au domicile d’un de ses employeurs qu’ils avaient ligoté, frappé et menacé avec un cutter. Cette femme de 34 ans et son amant de 39 ans comparaissaient pour « vol avec violence » devant le tribunal correctionnel de Vesoul. Ils ont été placés en détention à l’issue du procès.

 ©
©

En août 2013, ils s'étaient rendus à Vesoul au domicile d'un homme d'une soixantaine d'années chez qui la femme effectuait régulièrement des tâches ménagères. Le couple avait frappé le sexagénaire et l'avait ligoté sur une chaise, le menaçant avec un cutter pour obtenir de l'argent et les clés du coffre-fort. Les deux complices étaient finalement repartis avec un sac de pièces de collection rares d'une valeur estimée à 100.000 euros, que la femme de ménage avait écoulées en Belgique. Les deux acolytes ont finalement été interpellés vendredi.

Devant le tribunal, la femme a expliqué qu'elle avait agi par vengeance car son employeur lui aurait fait des avances. Ces propos n'ont pas convaincu le procureur Jean-François Parietti qui a requis entre 5 ans et 6 ans de prison ferme à leur encontre.

(Source : AFP)
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Attaque à la machette à Besançon : un père de famille interpellé

Alexia Marquis, substitut du procureur à Besançon et David Tognelli, chef de la filière judiciaire (DIPJ), sont revenus jeudi 27 juin 2024 sur les faits commis vendredi dernier. Une commerçante avait été gravement blessée non pas la machette, mais au couteau vers 05h10 du matin Avenue Denfert-Rochereau à Besançon. Quelques minutes plus tôt, c’est un homme qui a échappé de peu à une agression similaire rue de Belfort…

Tag de “L’Origine du monde” de Gustave Courbet : l’organisatrice de l’action mise en examen…

La performeuse franco-luxembourgeoise Deborah de Robertis, qui avait revendiqué être à l’origine d’une action début mai au Centre Pompidou-Metz où cinq œuvres, dont le tableau "L’origine du monde" de Courbet, ont été taguées et une autre dérobée, a été mise en examen, a-t-on appris lundi 3 juin 2024 auprès du parquet de Metz.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 22.77
nuageux
le 23/07 à 12h00
Vent
4.26 m/s
Pression
1021 hPa
Humidité
68 %